Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 31 janvier 2007

Là où je vois que mon Brisefer a grandi (mais qu'il lui reste encore beaucoup à apprendre).

Avant, tout petit, au CP genre, quand Brisefer recevait une punition à l'école, il pleurait.
C'était le bon temps.
Ensuite, avec l'habitude, quand il en recevait une, il ne pleurait plus -à quoi bon-.
Il conjuguait ses verbes vite fait (pas toujours) bien fait, venait quérir piteusement la signature de ses parents, subissait les roulements de yeux et remontrances en faisant le dos rond et en attendant que ça passe, jusqu'à la prochaine fois.
Bah, un petit mauvais moment à passer, c'est tout.
C'est qu'il devenait philosophe, mon Brisefer.
Mais depuis qu'il a presque 10 ans, Brisefer a décrété qu'il jouait désormais dans la cour des grands.
Maintenant, avec l'expérience, il connaît parfaitement la marche à suivre.
Il fait ses verbes toujours à la va comme j'te pousse, mais il ne s'embarrasse plus de venir présenter la petite chose à ses parents, pensez-vous, il n'est plus un bleu quand même, non, maintenant, il signe lui même, pour son père et pour sa mère, ça va tellement plus vite, allez pas de chichi, vite fait bien fait j't'embrouille et on n'en parle plus.
Sauf que Brisefer doit quand même manquer un tout petit peu d'entraînement dans la contrefaçon d'autographe, parce que son maître, quand il a vu la signature de manchot analphabète sensée être la notre, n'a pas eu l'ombre d'un doute quant au fait qu'il était victime d'une vaste entourloupette. Et que du coup, Brisefer qui pensait pouvoir étouffer l'affaire dans l'oeuf et dans la plus grande discrétion en a été pour ses frais.
Bah, allez monsieur mon fils, courage, je suppose qu'avec juste un peu d'entraînement, ça passera bientôt comme une lettre à la poste.

mardi 30 janvier 2007

La question philosophique du jour.

C'est Minipuce qui te la pose. "Pourquoi la Minouchette, elle est pas chatouilleuse sous les bras?" ??? Alors?

lundi 29 janvier 2007

Je remets ça (encore un questionnaire, koâ)

Bon, je sais, c'est un questionnaire que j'ai déjà fait, en plus. Mais est-ce que je suis responsable, si on me refile toujours le même, hein? Et puis un questionnaire d'angel, ça ne se refuse pas: je le lui ai déjà dit, si on m'avait proposé le premier rôle dans Amour, Gloire et Beauté, je n'aurais pas été aussi fière.
Il paraît que deux versions circulent: une soft et une trash; je ne sais pas celle que j'ai faite ni celle que j'ai à faire, mais c'est une bonne excuse pour le faire deux fois, en tous cas, non?

Quatre autres choses que vous ignoriez de moi, donc, j'en suis sûre:

-  Je suis peut-être sûrement une future grand-mère indigne, mais quand ce matin j'ai demandé à Minipuce combien elle voulait avoir d'enfants plus tard (c'est ma fille, je lui pose les questions que je veux quand je veux si je veux) et qu'elle m'a répondu tout à trac "TROIS: un qui pue, un qui pète, un qui joue de la trompette", je lui ai dit que jamais je garderai mes petits-enfants, et figurez-vous que je le pensais vraiment -et que je le pense toujours-.

- Lors de ma première année d'enseignement, j'ai eu des angines à répétition et on m'a enlevé les amygdales, puisque c'était un vrai gîte de France cinq épis tout confort pour microbes ma bonndame, vous serez toujours malade avec un machin comme ça.
J'ai souffert le martyr.
Quand j'ai eu la glotte aérée et légère, j'ai été d'abord un peu moins malade, pis figurez-vous que les angines ont recommencé, et que quand je suis retournée voir l'ORL pour me plaindre, il m'a dit texto, franco de port et d'emballage "aaaaaah mais c'est normal ça, parce que figurez-vous que (petit air sadique anal) vous avez les amygdales qui repoussent! Mais c'est rien, ça arrive parfois, vous z'inquiètez pas du tout, un petit coup de bistouri là maintenant tout de suite sur le fauteuil, c'est rien de rien et basta les amygdales- le- retour- de- la- vengeance- qui- tue-deux fois."
J'ai manqué tomber en digueudig sur son fauteuil, et à regret il a abandonné cette idée, mais je vis depuis douze ans avec l'idée tapie au fond de moi que j'ai les amygdales qui ont (sûrement bien, depuis le temps) repoussé, et croyez-moi, c'est pas une sinécure. Je porte ma croix et je pèse mes mots.

- J'ai jamais pu saquer la conjugaison des verbes des 2 ème et 3 ème groupes à l'impératif présent.
Le Nouveau Bescherelle est mon fidèle compagnon -qui n'a de nouveau que le nom d'ailleurs, vu qu'est gravé sur la première page le nom de jeune fille de ma soeur-, et j'essaie toujours de tourner ma phrase autrement pour ne pas avoir à l'utiliser. Et pourtant, je suis très autoritaire et j'adôôre donner des ordres, allez comprendre ou me chercher vite un psy et ne venez pas me dire que c'est sexuel, hein, pour changer.

- Ma taille est inversement proportionnelle à ma masse cérébrale; je mesure 1m60, faites le calcul.

dimanche 28 janvier 2007

Bien couvert.

Ma voisine, 75 berges au compteur trafiqué: " Ooooooooh, Madame Bellzouzou!!! c'est vraiment pas qu'on regarde chez vous, hein, mais ce matin, mes yeux se sont portés sur vos ardoises, et je me suis dit mais qu'est-ce que c'est que ça??, alors j'ai appelé mon mari pour qu'il aille chercher les jumelles* et maintenant on se demande si c'est pas un morceau de votre toit qui s'en va, des fois!?"
Après vérification, ah oui, c'est bien ça.
Chouette, devinez qui va revenir?
*et chuis rudement contente de savoir que quand mes voisins ne voient pas tout à fait bien chez moi ils vont chercher les jumelles, dis donc.

jeudi 25 janvier 2007

Du grand pestacle chez Bellzouzou

Si d'aventure, un jour, vous venez chez les Bellzouzou, vous aurez peut-être la chance d'être invité au pied levé et à la bonne franquette à un pestacle fait maison et roulé sous les aisselles. En général, ceux qui en ont vu un ne reviennent jamais.
Mon ours et moi, on connaît mille stratagèmes double-flash pour y échapper mais de temps à autre, suite à un mauvais négoce, on est obligés d'y passer.
Alors on se fait une raison, on se résigne, on essaie de penser à autre chose et on attend que ça passe.
Hier soir, justement, c'était pestacle.
Au micro mille couleurs qui brillent dans le noir (en play-back) et à la choré: Minipuce, fait la révérence, dandine, virevolte, houspille son musicien, salue sous les applaudissements.
A la flûte à bec, Brisefer joue laborieusement, d'une seule main et faux le seul air qu'il connaisse, les deux premières mesures de "j'ai du bon tabac"; fait la batterie avec le pied sur le tambourin.
A l'éclairage: Puceminus est sensée braquer la lampe de poche clignotante sur ses aînés, en réalité, elle se la braque entre les deux yeux sans que ça la dérange plus que ça.
Dans la salle: les géniteurs doivent avoir l'air enthousiaste, s'agiter sur leurs sièges et faire la claque à tout rompre, accessoirement maintenir fermement la bête féroce sur les genoux car elle aussi doit assister au pestacle, bon gré mal gré.
Maintenant vous comprenez pourquoi la bête féroce, dès qu'elle en a eu l'occasion, s'est enfuie ventre à terre et les oreilles basses pour aller gratter frénétiquement à la porte et faire valoir son droit de chat à pouvoir dormir au sous-sol et tout de suite je vous prie, pourquoi je me suis couchée avec ma première migraine ophtalmique de l'année et l'impression d'avoir tout raté dans ma vie, et pourquoi mon ours a ronflé sur un air latino pot- pourri de Lorie toute la nuit.

mercredi 24 janvier 2007

Un fort mal léché.

Hier, alors qu'il pensait vraisemblablement à autre chose, je demande à mon ours ce qu'il a pensé de mon billet sur Nico. "- Bien. pour une fois que c'est intelligent. - ... - (devant ma mine stupéfaite) euh, je veux dire pour une fois que ce n'est pas drôle... - ... - (devant ma mine déconfite) enfin...bon, euh... j'aurai droit à un câlin quand même, ce soir?" (Vous inquiétez pas, les filles, je suis à l'hôtel du cul tourné pour deux semaines mini.)

mardi 23 janvier 2007

Un pacte avec Nico.

Vous je sais pas, mais perso, Nico, je l'aimais bien. Parce qu'il est beau. Parce que je trouvais qu'on pouvait le croire sincère, peut-être -z'avez vu comme je suis prudente, hein- avec son appel à signer le pacte écologique qu'il est tout mignon tout beau et qu'il sent bon entre les orteils. Quand Nico appelait "l'élan du pacte à se transformer en véritable lobby des consciences", moi je la lui abandonnais illico ma conscience, et même plus encore, s'il m'avait demandé de formaliser mes engagements. Seulement, hier soir, chez Pujadas, j'ai vu de mes yeux vu Nico quitter sa conférence de presse avec une fille sur son scooter, et j'ai trouvé que ça faisait pccchhhhht!!! Naaaaan, pas le scooter, juste l'esprit du pacte écologique.

lundi 22 janvier 2007

Docteur Cochon.

Figurez-vous que la semaine dernière, ma Puceminus, pour fêter dignement ses troizans, a décidé de nous couver une belle rhino en gant de crin. Je l'emmene donc chez l'ORL, et en chemin, tente de la rassurer: "- Tu vas voir, Puceminus, ce n'est pas le docteur que tu connais, mais il est très gentil lui aussi, il va regarder ta gorge et puis tes oreilles et puis après ce sera fini et on rentrera à la maison... - un autre docteur? - oui, un autre docteur très gentil, le docteur Cro*chon." A ce stade de l'histoire, je sais qu'il y en a déjà parmi vous qui se disent que: 1) un nom pareil ça peut pas exister, spa possib' elle sait plus quoi inventer la Bellzouz'. Elle est total' obsédée par George et les cochons, ça tourne plus rond sous son couvercle. (et à ces gens-là, je réponds: "regardez donc dans le bottin, les gens, s'il y a pas un ORL Cro*chon à Chartres, non mais").
2) on devine déjà la suite (et à ces gens-là, je réponds: "je ne vous sous-estime pas le moins du monde, mais elle est effectivement très prévisible") "- un Docteur cochon???? - mais non, un Docteur CRo*chon, c'est son nom, c'est pas un cochon non non non, un docteur cochon, ça n'existe pas, d'ailleurs, lui, c'est un docteur normal qui est très gentil et qui va regarder tes oreilles, et bla bla bla..." (j'essaie de noyer le poisson, misère, mais qu'est- ce que j'avais besoin de lui parler de son nom, non mais j'vous jure je suis vraiment pas maligne bon sang, et si elle allait encore gaffer ah la la...) Heureusement Puceminus est tellement abrutie de fièvre qu'elle n'insiste pas, clôt le chapitre et somnole; c'est presque rassurée que je m'installe avec elle dans la salle d'attente. La saleté attendra que le docteur vienne nous chercher pour ouvrir un oeil, puiser très profond dans ses réserves, au-delà de sa fatigue, et me lancer d'un regard véritablement outré: "Naaaaaaaaaaaaaaan, c'est pas un cochon, le docteur!!!!"*
*heureusement, comme tous les ORL, soit il est un peu sourd, soit il a fait semblant de ne pas entendre.

dimanche 21 janvier 2007

La croisière s'amuse.

Bellzouzou l'aïeule:
" Ah, je suis contente, je suis contente!
Tu sais, pour l'anniversaire de Puceminus, j'ai trouvé un petit cadeau sensas, tu vas voir, elle va adorer, c'est tellement rigolo, tiens, qu'on y a joué, avec ton père, l'autre soir!!"
Moi j'dis: vivement la retraite, qu'on se marre aussi.

jeudi 18 janvier 2007

5 choses que vous ignoriez, j'en suis sûre.

Parce qu'à part les aïeux Bellzouzou et encore, personne ne sait ce que je vais vous révéler là maintenant tout de suite, bande de chtis veinards, allez, c'est pas tous les jours dimanche.
Quand j'étais petite, j'avais un double 33 tours de Karen Chéryl; à l'intérieur elle était tout en queue de cheval et peau de léopard. J'adôôôrais. Je sais faire bouger mes oreilles de droite à gauche et de haut en bas, oui vous pouvez applaudir mais vous le saviez déjà, je sais.
Je suis la cousine par alliance de Johnny Depp. Ah ah, ça vous en bouche un coin, là, hein? rien de plus vrai, pourtant, et toc! (et arrêtez de ricaner nerveusement comme ça).
Un jour, il y a fort longtemps, j'ai vu le silence des agneaux à Orléans, et en sortant, il faisait froid, il faisait nuit et j'étais toute remuée, mais j'ai quand même clairement vu que le gars qui marchait devant nous sur le trottoir titubait et tenait dans la main un long couteau ensanglanté.
J'ai perdu ma dernière dent de lait à l'âge de 20 ans, et encore, c'est le dentiste qui me l'a arrachée car elle ne bougait pas du tout.
Je n'ai pas du tout la tête de mon blog.

mercredi 17 janvier 2007

Et toi, t'es cap de capturer les captchas?

Avant, de mon temps ma bonn'dame, on déposait son commentaire sur les blogs vite fait bien fait j't'embrouille, en deux coups de cuillère à pot; c'était propre comme une litière à chat et on n'en parlait plus. Mais maintenant, 'Dame Michu, depuis qu'il nous ont installé leurs satellites un peu partout qu'un jour y'en a un qui va finir par nous tomber sur la permanente, il y a les captchas anti-spams (naaaaan, maman, rien de cochon là-dedans).
Quand c'était encore les bons vieux GIGN, CFDT, RATP ou AC/DC à recopier, j'arrivais à suivre, quasiment fingerzinzenoze.
Sauf chez Moukmouk, où il fallait déjà recopier des codes numériques à la mord-moi la moelle épinière, 46879542358 genre, c'était déjà plus barbant.
Ensuite, il y a eu la vitesse supérieure, genre interro surprise niveau BTS force de vente, il a fallu se forcer à réfléchir, quelle horreur, : " dans 587469542301, quel est le chiffre situé avant le 7?"
Mais l'autre jour, -encore chez Moukmouk, toujours à la pointe du progrès, celui-là-, j'ai halluciné si fort que je m'en suis presque gerçé la glotte de surprise: "combien font trente six moins trente deux?"
Mazette, c'est plus de ma compétence du tout, je suis total largued là, j'ai niveau début de grande section en maths moi et j'en suis fière, faudrait peut-être pas l'oublier.

mardi 16 janvier 2007

Je vis avec la méchanceté faite homme.

C'est terrible, j'vous jure.
Genre quand je le sollicite gentiment pour m'aider à plier les draps après une journée ordinairement harassante pour moi, il est capable de me lancer d'un air vraiment mauvais:
"ah ouais, c'est à 11 heures du soir, quand je m'en vais me coucher que tu m'demandes de faire ça, toi? (désespéré) misère, fallait que ça tombe sur moi: plier les draps avec Madame lastminute.com*!"
*eh, les gens, y m'a traitée, là, non?

lundi 15 janvier 2007

Un grand mystère chez Bellzouzou.

Eh, les gens, chez moi il y a un mystère que j'aimerais bien éclaicir. Oh, rien de bien grave, mais quand même, ça me chiffonne, ça me turlupine (comme ce cas de Corée cher à DSK qui devrait rappeler quelque chose aux lecteurs du Canard enchaîné, les autres, pardon, mais Bellzouzou l'aïeule n'apprécierait pas du tout que je me lance là maintenant tout de suite dans une explication de texte.) Bref, j'ai un petit souci d'intendance. Quand, en bonne fée du logis quatre étoiles trois fourchettes et un bon point que je suis, je trie le linge de la maisonnée, à chaque fois je remarque - c'est que je suis perspicace, hein- que pour trois petites culottes de Bellzouzou , de chacune des filles et trois caleçons de Brisefer, je ne trouve systématiquement qu'UN slip de l'ours. Reconnaissez que c'est mystérieux, quand même.
(Et venez pas me dire que c'est parce qu'il ne change de slip qu'une fois tous les trois jours, spa possib', sa mère l'a trop bien élevé pour ça.)

dimanche 14 janvier 2007

à la trace.

Après une demi- journée de shopping entre filles, quand je retrouve mon ordinateur squatté de façon inespérée et intensive par les deux gars d'la famille, qu'est-ce que je trouve dans mon historique google, moi, hein? "face nord du Mont Perdu Brèche de Tuquerouye Couloir Swann Marboré par le col du Cylindre Soum de Ramond par le balcon de Pineta et les terrasses de Bellevue " (agh, c'est pas vrai, il est encore allé sur des sites cochons) "comment échangé des timbres de sport contre des timbre de ping pong ou trouvé des timbres de ping pong francais le nouveau classement de timo boll et micael maze le site de diam's".
P.S: l'ours ricane et me propose d'avoir l'honnêteté de publier aussi mes propres requêtes. Si, j'suis cap!
(franchement, rien dont j'aie à rougir):
"photos sous le manteau de George Clooney nu comme un ver
tout sur les cochons vietnamiens
comment rencontrer George Clooney ailleurs que dans ses rêves?
fan-club des amoureuses de George Clooney
à quelle heure a lieu le cours de gym-abdos-fessiers de George Clooney?
comment dégoûter à tout jamais son homme de randonner dans les Pyrénées?
comment faire progresser son fils en orthographe-moyens rapides, efficaces et sûrs?"
Edit, 18 heures: allez, les gens comme vous avez été sages, je vous fait partager le petit trésor des requêtes sur Spiritu Sanctu que Marie Dom', dame pieuse s'il en est, a bien voulu nous faire partager:
Ruses communes du démon.
Crucifix pliables.
Où trouver du beurre de missel ?
Peut-on encore sauver les âmes de pécheresses comme Bellzouzou ou Laflote ?
Godemichés et génuflexion.
Monsieur Sar*kosi est-il pieux ?
Délivrez nous de l'animal (je sais très bien à qui je pense).
Prière et frénésie.
Peut-on se ronger les doigts en priant ?
Peut-on prier en se rongeant les doigts ?
Amen.

vendredi 12 janvier 2007

Y m'semblait bien aussi.

D'après Moukmouk, un requin serait aussi con qu'un poisson rouge...

jeudi 11 janvier 2007

wwwwwahoooooOOOOOUUUU!!!

Les filles, je vous supplie de ne pas être jalooooooooooooooouses, c'est ainsi, c'est la vie, vous aurez d'autres compensations ailleurs, d'autres bonheurs vous attendent ici ou là, les premiers seront les derniers ne l'oubliez pas... ..... mais en attendant, visez un peu ce que George vient de m'envoyer sur mon mail très perso, eh oui, rien qu'à moi (y a qu'à voir comme il me zieute bien droit dans les zoeils)

Une très belle année à toi aussi, hein, mon Amour!

(et mille merci, Calorine!)

mardi 9 janvier 2007

Minipuce aime (?) Lorie.

-" ça veut dire quoi, des zamourfugaces? - .......hn? - c'est dans Lorie. Alors?? - aaah...des amours fugaces?? ben...c'est quand l'amour ne dure pas longtemps, quand on change d'amoureux souvent, quoi. - ah. et un donjuen c'est quoi?
- ......hn? aah..un Dom Juan?? euh..c'est un garçon qui a beaucoup d'amoureuses, tu vois.
- ah. et un dragueur, c'est quoi?
- ben c'est un gars qui aime bien parler avec les filles.
- (dubitative)...ah?? ouais, trop bien, Lorie (pas convaincue)".

lundi 8 janvier 2007

M. Brisefer en tongs au télésiège.

Chez Bellzouzou, en ce moment, c'est l'ambiance la montagne ça vous gagne.
Cause que le père Noël a déposé dans les boots de Brisefer le connect tv snow*boarder.
Mon fils peut donc se jouer l'épate du flying squirrel back flip 360° les zoeils in ze poquette et les fingers in ze noze. Tout ça sous l'oeil impitoyable de son entraîneuse perso, Minipuce en personne -même Philippe Lucas et Laure Manaudou, c'est doudou-croque-love à côté-: "plie, mais pliiiiiiiiiiiiiie les jambes, je te diiiiis!!!"

dimanche 7 janvier 2007

Fous ta cagoule!

Méfiance, méfiance:

Si d'aventure vous la croisez dans la rue, c'te cagoule canadienne, c'est pire que de la rigolade, hein, parce que même Moukmouk, il ne sait même pas ce que c'est (j'le sais mieux que vous, je lui en ai parlé, il m'a demandé si j' lui causais d'une capuche ou d'un manteau)

Et pis en plus, paraît qu'à Montréal, il fait 10° en ce moment, alors pff.

samedi 6 janvier 2007

Maîtresses de toutes les maternoches, révoltons-nous!*

Problème: 25 élèves ont chacun 10 doigts. Sachant: -que chaque enfant retire ses gants au moins une fois par récréation (envie de faire pipi, de se moucher le nez, de se gratter..), - qu’il y a deux loooongues récrés par jour,
- que Nicolas et Brice, les deux plus affreux, les retirent toutes les deux minutes pour se les lancer sur la tronche,
- que l’élastique de la main gauche de la petite Rachida ne tient plus,
- que le vent du Nord-Ouest souffle à 25 km/h et que le capitaine aura 57 ans dans deux mois,
calcule combien de petits doigts Bellzouzou fait quotidiennement rentrer dans chaque compartiment de gants et multiplie ton résultat par 10 parce qu’elle le fait très consciencieusement.
Alors aux grands maux les petits mots dans le cahier de correspondance, j'ai décidé que c'en était fini de la tyranie des gants
Signé: Bellzouzou, la maîtresse qui ne rigole pas avec les gants, non mais sans blague.

* Gants, chaussures à lacets, même combat! Société, tu m'auras pas!

Angel

Angel, elle est gentille.
Angel, elle est rigolote.
Angel, elle est collègue de moi.
Angel, il lui arrive toujours des aventures pas croyab'.
Angel, elle a des stats de folle-dingue, style: elle se fait en une demi-journée ce que je peine à faire en une semaine. Une bonne semaine. Celle où j'ai parlé de la pene et des coglione de Zidane, par exemple (pardon, maman).
Angel, elle a rien que des qualités.
Sauf une. Sur son blog, elle ment.
(Un mensonge laid au moins autant qu'un pou qui fait de la bedaine pour vous donner une idée.)
Son blog s'appelle "La taie d'oreiller (soit), blog anti-ride préventif ".
Sous-titre à la mord-moi le nerf rachidien, non? je suppose qu'elle a voulu dire par là que rigoler, ça donne moins de rides que de faire la gueule (scientifiquement prouvé non mais sans blague), alors là laissez-moi ricaner doucement, car rire nuit quand même , la preuve:
Moi, depuis que je lis Angel, j'ai 3 en 1 (rien que ça, 'scusez du peu, hein):

- des pattes d'oie et les rides au front qui vont avec (rire, c'est bien connu, ça en donne).

- des ridules aux deux coins (-coins, hi hi) de la bouche.

- des yeux qui, à force de plisser, rapetissent et un double menton qui, d'éclater de rire si fréquemment, s'accentue au contraire.

En bonus, des fois, je me marre si fort que j'en ai des crampes au bide et que je dois m'aliter.

En super bonus, y'a des gens dans mon entourage qui pensent que je perds la boule pour m'avoir vue ricaner bêtement à certains moments très inopportuns, tout ça parce que je venais de repenser à ce que j'avais lu la veille chez Angel.

J'ai bien essayé de penser à autre chose en lisant, histoire de m'empêcher de rire. Un truc bien sordide qui d'ordinaire me chagrine. (Que, par exemple, George C. a partagé sa vie avec un cochon vietnamien qui maintenant est mort sans que George me fasse signe que le côté droit de son lit était désormais vaquant.) Mais ça marche peau de balle et balai de crin- je m'applique pourtant.

J'ai aussi essayé de ne lire que le début des posts, histoire de connaître l'histoire en gros, et de m'arrêter quand je sens que ça va commencer à devenir trop drôle, quoi. Bon, mais c'est genre 3 cuillerées de Häagen*Dazs Chocolate midnight Cookies et retour direct au congélo, voyez?? bon.

Non, il faut se rendre à l'évidence: Angel, elle est trop drôle et son blog, il n'empêche pas les rides, il en donne, hein, c'est pas pareil.

J'en propose donc un nouveau, moins accrocheur, mais plus réaliste: "La taie d'oreiller, le blog qui rend vieux avant l'âge (à moins que vous vous en foutiez d'être vieux)".

C'est peut-être un peu dur à entendre, mais il ne faut plus se rider la face.

vendredi 5 janvier 2007

Encore un "billet à la con" *

Quand les bellzouzou vont se caler les badigoinces, c'est pas n'importe où, non non non, ils ne confient pas leurs estomacs au premier venu, hein

*Dédicacé tout spécialement au Caribou: dis-moi juste, quand tu me souhaitais "encore plein de billets à la con" pour la nouvelle année, c'était des billets dans ce goût-là, non?

mercredi 3 janvier 2007

La randonnée mode d'emploi.

Figurez-vous les gens que je viens de mettre la main sur une petite merveille de guide qui traînait chez les Bellzouzou depuis des lustres, mais que personne n'avait jamais pris la peine de parcourir -et d'apprécier- comme il se doit.
Pour la petite histoire, c'est un ouvrage ayant appartenu à Bellzouzou l'aïeul. Pourquoi? comment? c'est un mystère sombre et profond, surtout quand on sait que mon vieux père fait de la randonnée comme moi du ninjutsu subaquatique. Mais va savoir, un beau matin, il s'est réveillé en déclarant qu'il fallait absolument qu'il sache distinguer un noeud en huit d'un noeud de chaise, traverser une fondrière, charger un chameau ou utiliser une boussole à prisme. Déjà, rien que la biographie de l'auteur, un brave gars du nom de Hugh mac Manners, sur la jaquette, elle fait rêver, pensez donc: soldat pendant 16 ans, commando dans la 3ème brigade (celle du tigre), il a dirigé l'école de formation au combat de jungle de l'armée britannique (waaah, comment ça en jette), para, instructeur de combat-survie et instructeur-chef de nageurs de combat, n'en jetez plus, c'est l'homme de la situation on vous dit et si on ne vous en dit pas plus, d'ailleurs, c'est qu'il n'y avait pas assez de place sur la jaquette. En plus, vous j'sais pas, mais moi perso, je le trouve plutôt pas mal, le Hugh, au naturel.
Je vous dis ça parce qu'ensuite, en situation, ça se gâte:

Il lui arrive même d'avoir l'air ridicule, je trouve, -mais ces propos n'engagent que moi, hein-; le summum étant atteint avec Hugh dans son abri anti-atomique:

Pas chichi-gratin pour un sou, à la bonne franquette.

Bref, un brave gars, ce Hugh, non? d'autant plus qu'il sait de quoi il cause et qu'il veut qu'on sache qu'il sait de quoi il cause, la preuve: il sait que "si vous apercevez un putois, éloignez-vous; cet animal sécrète un liquide nauséabond et désagréable"(vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas).

Il sait aussi qu'"il ne faut pas installer son campement sur une fourmilière" (ça va mieux en le disant, non?).

Il vous conseille de "ne pas donner à manger à un ours, c'est un animal qui peut devenir violent" (aaaah?)

Enfin, il vous supplie de "toujours bien vérifier qu'aucun serpent ne s'est glissé dans votre sac de couchage"(maintenant, si vous en trouvez un, c'est que vous le voulez bien, hein).

Moi, ce que j'aime chez Hugh, c'est qu'il donne des conseils pratiques et pleins de bon sens, du genre, tu n'y avais jamais pensé mais maintenant qu'il te le dit, tu penses: bon sang, mais c'est bien sûr! Tenez, à vélo, par exemple, "concentrez-vous sur le contrôle de votre vélo. Une faute d'inattention peut entraîner une chute au cours de laquelle vous risquez de vous blesser et d'abîmer votre vélo". Quand vous fixez les attaches de votre hamac pour la nuit, "n'oubliez pas que le hamac va fléchir sous votre poids". Ou encore, "évitez, dans la mesure du possible, de marcher avec un pied gelé". Ca, c'est du concret quand même, et du vécu aussi, ça se sent.

Sinon, j'aime autant vous dire que Hugh est un homme, un vrai.

Un du genre à porter son sac.

Y a plutôt intérêt, d'ailleurs, quand on voit tout ce qu'il vous suggère d'emporter.

Outre "l'équipement vital", à porter obligatoirement autour du cou pour plus de sécurité,

visez un peu tout ce que vous devez faire rentrer dans votre sac à dos: nécessaire de randonnée ( couteau suisse avec ciseaux, tournevis, tire- bouchon, loupe, lime à ongles ouvre- boîte, poinçon alésoir, crochet tout en un, allumettes imperméables, lampe- torche, boussole, jumelles, carte), nécessaire de toilette (je ne vous mens pas, accrochez-vous, ça décoiffe: savon et porte-savon, coupe-ongles, miroir métallique, rasoir, crème hydratante, shampoing, peigne, dentifrice, brosse à dents, gant de toilette, serviette de toilette, trousse de toilette) trousse premiers soins ("pharmacie pour la jungle"), nécessaire de survie (Hugh vous précise que tout doit tenir dans une seule boîte): fil de pêche, hameçons et plombs, épingles à nourrice, crayon, fil à scier, lames de scalpel, fil de cuivre, réflecteur, permanganate de potassium, fil, aiguilles et boutons, sel, sacs plastiques, sparadraps, purificateurs d'eau, antibiotiques, bougie. Sans compter, les ustensiles, l'équipement de cuisine, l'équipement pour l'eau, les aliments, le transistor, le duvet et la tente, le PQ. Je ne vous parle même pas de la petite culotte de rechange.

Moi je dis que si d'aventure tu réussis à rentrer tout ça dans ton sac, une fois le sac sur le dos, ce qui ne doit pas être une mince affaire non plus, il s'agit de ne pas tomber à la renverse, sinon, tu ne te relèves JAMAIS.

La sacoche ventrale est en sus, ne comptez pas sur elle pour faire contrepoids, elle ne contient que le strict nécessaire: un carnet, un crayon, des lunettes, une pochette pour les documents, un baume à lèvres, un bandage, des bonbons(!) Hugh, qui est très pudique, ne nous dit pas s'il faut prévoir des préservatifs, chacun agit selon sa conscience. Par contre, comme il aime rigoler, il vous signale à toutes fins utiles qu'une "carte de crédit n'est pas encombrante (au point où on en est, ndlr) et peut être très utile".

Toujours drôle, Hugh. Tenez, il réussit même à plaisanter avec des choses très sérieuses. Les toilettes de plein air, par exemple. Pas du genre à n'y aller que d'une fesse, Hugh. Il vous explique bien, mine de rien pour ne pas vous embarrasser, qu'il faut dresser un écran de feuillage devant les latrines "pour l'intimité" au moment de déposer le bilan ou de lâcher les écluses, mais aussi les creuser sous le vent par rapport à la tente. Hugh reste discret là-dessus, peu d'explication, on a tous sa petite pudeur, hein. Mais toujours le mot pour rire, Hugh, il vous rappelle qu'il faut "toujours installer une corde de sécurité autour des latrines", pour ne pas tomber dedans les soirs de fond de cuve, sans doute.

Drôle, c'est indéniable, mais poète aussi à ses heures.

Tenez, mieux que Ronsard en son temps, il vous parle de la rosée du matin.

Tant de subtilité et de poésie chez un homme, c'est rare, croyez-en ma vieille expérience. Un homme complet, c'est rien de le dire.

Allez, j'vous dis pas tout, car le guide recèle encore bien des trésors, si si, Hugh vous fait les signaux pour hélicoptère avec les bras, Hugh vous présente toute sa collection de chaussettes et de guêtres, Hugh vous apprend à construire un igloo, Hugh vous montre comment bien vous couper les ongles de pieds, il faut le voir pour le croire, hein, si ça vous a pas donné envie tout ça quand même.

(11€40 chez tous les bons libraires, parce qu'il les vaut bien, non? Un homme pareil, ça court pas les rues, je vous signale*).

* Les filles, c'est MOI qui ai découvert Hugh, il est à moi, je le garde, commencez pas à faire vot'numéro, j'vous ai à l'oeil.