Bellzouzou, Pensées profondes, livre XIII verset 126:
"Un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"Tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 30 décembre 2018

Jours de fêtes.

Les fêtes, cette année, sont tellement occupées que je joue les matches les uns après les autres sans respirer et sans réfléchir.

Pour Noël, je recevais neuf personnes dans ma cuisine.
Dans cette petite phrase, je dis beaucoup.
Notamment que l'Ours avait préalablement pris en charge, enfin, et de façon musclée, la mise en pieds de la fameuse chaise à quatre pieds gauches.

De façon musclée, oui. 
C'était ça, ou il y en avait un qui restait debout pendant le repas.

Tout le monde a donc pu ripailler assis, mais il y a quelqu'un de ma famille, un être cher, qui a posé son séant sur la chaise maudite, forcément. Je savais qui c'était, et je n'ai rien dit pour pas lui faire peur, mais n'empêche, j'ai beau ne pas être superstitieuse, maintenant je crains que cette personne soit touchée par la malchance pour le reste de sa vie, hein.
(Dans cette petite phrase, je dis aussi que j'ai cuisiné. Cuisiné *original*,  tu penses bien: chapon et bûche.)
Bref, Noyel, c'est fini et c'est pas dommage, et à l'année prochaine.

Ensuite, ça a été un aller retour express d'à peine 24 heures en Vendée sauvage et profonde.
Ce jour-là, au lieu de profiter pleinement de mes enfants et neveux réunis, j'ai cherché mes lunettes en retournant la maison de mon beau père et en pleurnichant que ce n'était pas dieupossible un truc pareil, pour finalement les trouver à un endroit dingue, le seul où je n'avais même pas regardé tellement il était rigoureusement impossible qu'elles y fussent: mon étui à lunettes. (Bellzouzou l'aïeul, peut-être une piste pour ton petit mystère à toi.)

Et puis depuis ce soir, c'est ma Névrose préférée qui squatte la chambre d'amis avec son amoureux, vous comprenez bien que je ne m'attarde pas, on a du potin et du potin par-dessus les moulins à faire, hein.

Joyeuses fêtes, mes amis!

[Ici, je sais bien que je devrais glisser une photo de Mads avec un bonnet de Père Noël sur la tête pour vous faire plaisir et vous gâter pour les fêtes, mais les années passant inexorablement, il se trouve, à mon grand désespoâr, que je n'en ai plus d'inédite, et vous m'en voyez bien désolée, au moins autant que vous, chuis sûre.]
[Sinon, côté ciné, j'ai aimé Sauver ou périr, bien que tout y soit prévisible de la toute première à la toute dernière minute; côté lecture, j'ai bien aimé Douleur de Zeruya Shalev dont je vais de ce pas lire les autres romans.
(et l'Ours m'a offert la correspondance amoureuse de Mitterrand avec Anne Pingeot, j'attends d'avoir un peu les idées claires pour la commencer, mais je m'en réjouis d'avance.)]

dimanche 16 décembre 2018

Le petit vrac micmac et foutrac du dimanche soir, (avec pas grand chose dedans, donc).

C'était pas les pluies verglaçantes ni la perspective d'une semaine bien pénible avec réunions, dernier jours d'énervement maximal des petits et fête de Noyel à l'école qui allaient me donner envie de faire autre chose qu'un petit weekend très tranquille au fond de mon canapé avec ma bête féroce ronronnante sur les genoux et des nouvelles de Serge Joncour, Combien je t'aime (pas mal sans plus) du thé au pamplemousse à portée de bras, mes chaussettes en peau de moumoune aux pieds et mon oreiller de noyaux de cerises sur les cervicales (j'étais bien, mais je n'avais pas le glamour à faire le tour de la maison par le plafond, tu penses.)

[Ah, si quand même: Puceminus et moi avons vu et aimé la semaine dernière Pupille, fiction "documentée", touchante sans être larmoyante, et mention spéciale à Sandrine Kiberlain en travailleuse sociale dévouée et mangeuse convulsive de bonbecks.]
[ et j'avais oublié de vous raconter: dimanche dernier, j'ai été invitée à manger chez mon fils, et c'était crébon, mais c'est pas pour vanter ses talents culinaires que je vous dis ça, d'autant que c'était Minimignonne qui avait cuisiné si j'ai bien compris, nonnonnon, c'est parce que j'ai vu de mes yeux vu la corbeille à linge sale (je vous jure), maintenant je sais qu'elle existe vraiment et pire: j'ai vu du linge dedans (dingue), ah ça, on pourra dire que j'en ai vu des choses incroyables dans ma vie.]

Voilà mes amis les dernières niouses pas bien réjouissantes ni palpitantes j'en conviens. Heureusement, j'ai la perspective d'une fin de semaine toute pleine d'amour et joyeuse, et de vacances qui se présentent bien, (aussi bien que pour vous, j'espère), et pis en cas de mou, je peux toujours aller feuilleter mes photos de Mads nu sur une peau de bête, et rien que d'y penser je me sens déjà mieux, dis donc.

mardi 11 décembre 2018

Je me demande.

Lundi soir, j'ai fait visiter ma classe à la (très vieille) grand mère d'une de mes petites élèves, grand-mère qui en repartant m'a glissé un Dieu vous bénisse! de toute beauté de derrière les fagots de l'Ecole Laïque qui m'a laissée rêveuse après coup: est-ce que dans ce cas-là, vu que c'est la toutoute première fois qu'on me dit ça dans le cadre de ma profession, et même, toute mécréante que je suis, dans le cadre de ma vie tout court, je crois bien (ou je m'en souviendrais),
est-ce que dans ce cas-là disais-je, on fait semblant de ne pas avoir entendu (mais je pense qu'on doit avoir l'air un peu malpolite, alors), ou bien est-ce qu'on répond: Rouhloulouh ma bonn'dame, chhhchhhchhhuuut, faut pas dire des choses pareilles ici, ou bien : Euh. Merci Madame, Dieu vous bénisse pareillement!, ou bien alors est-ce que, de stupéfaction, on se contente de sourire bêtement, et toute crispée des dents comme j'ai fait, hum?
(J'espère bien qu'il va y en avoir pour me répondre).

mercredi 5 décembre 2018

Brèves en rapidosse.

Bellzouzou l'aïeule m'a téléphoné hier pour s'inquiéter des manifes des gilets jaunes, de celles des lycéens qui sévissent ici et là et qui vont empêcher Minipuce d'étudier sereinement la pauvre chère, de la tornade d'avant hier juste au moment où elle est sortie de chez elle pour aller en ville, elle est rentrée bien vite, tu penses. Ma mère voudrait m'inquiéter un peu de tout et n'importe quoi que ça ne m'étonnerait pas.

A part ça, l'Ours mon mari, qui est l'homme le plus bricoleur de la terre, mais aussi hélas trois fois hélas, le bricoleur le moins enclin à sortir son outillage de leur pochette (ceci pourrait être une allégorie de toute beauté), a décidé de prendre la taurelle par les mamelles (je l'ai un peu aidé à prendre cette décision, je dois dire) et il est allé, devinez quoi? acheter ce qu'il faut pour perforer au bon endroit et de la bonne façon la fameuse chaise aux multiples pieds gauches qui dort dans mon garage depuis des mois. Il n'est pas impossible que nous puissions passer les fêtes sur des chaises pas dépareillées dans ma cuisine cette année.

Enfin, le truc de dingue, ce matin j'ai reçu un texto de ma mairie qui m'annonce que ma CNI est prête et m'attend. Une semaine tout rond après mon rendez-vous, je me demande si rien d'autre ne m'attend là-bas, une petite déconvenue peut-être? (je veux dire: ça serait dommage bizarre que ça se termine aussi rapidement et aussi facilement, cette histoire, nan?)

Et pour finir, je voulais vous dire tout le bien que je pense de la série Au nom du Père, sur Arte actuellement, avec Lars Mikkelsen qui, comme chacun sait, fait un peu partie de ma famille, hein.


Sois pas jaloux, Chaton.