Bellzouzou, Pensées profondes, livre XIII verset 126:
"Un blog, ce n'est pas ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"Tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 25 novembre 2021

Brèves d'école

Dans ma carrière, on m'a appelée Maman (souvent), Mamie (no comment), mais depuis qu'on m'a aussi appelée Papa l'autre jour, je me demande si la moustache ne m'a pas poussé. (je sais ce que vous allez me dire: que quand ma moustache sera blanche on m'appellera Papy, vous êtes teeellement prévisibles, pff.)

Je travaille avec mes grands sur les expressions. On en cherche qui contiennent le mot Poule (être une poule mouillée, avoir la chair de poule, etc..), ils sont assez forts. Je demande ensuite s'ils en connaissent une avec le mot "chèvre", je pense à Vous allez me faire devenir chèvre, que je dis souvent en classe. Immédiatement, il y a R. qui me dit Ah oui, on peut dire Crotte de bique!

La minute mauvaise une fois de plus (mais ça faisait longtemps, avouez): on nous cause à qui mieux mieux (si je veux) de la cinquième vague fulgurante, et devine quoi? il commence à y avoir un peu trop de classes qui ferment, hein, on va assouplir un peu le protocole dis donc: on ne fermera plus une classe au premier cas positif, on testera les élèves à la place, la bonne blague. J'ai bien entendu le sinistre remercier, il est trop bon, les profs de leur civisme (ils se sont bien fait vacciner), mais à part ça rien de bien nouveau sous le soleil de notre beléducnat ma bonne Lucette, protocole renforcé d'ouverture des fenêtres, en gros.

mardi 16 novembre 2021

Brèves d'école.

Tous les matins on rigole en passant devant ça:

L'affiche a été posée avant le premier confinement. Encore heureux qu'on défibrillationne pas tous les quatre matins dans notre école, hein.

Depuis la rentrée de novembre, chaque matin, il y a un affreux de petite section de ma collègue qui dégoupille l'extincteur. Toujours le même (affreux) et toujours le même extincteur aussi. Me demande pas comment il fait, apparemment il tire juste sur un petit machin, je ne sais pas bien. Mais lui, il sait. Parfaitement bien. Il l'a fait une fois, ça lui a plu il faut croire, alors tous les matins en arrivant, il pose son manteau et son bonnet et puis il dégoupille l'extincteur, c'est sa petite habitude à lui, chacun la sienne, hein. Tous les soirs, il y a un gars de la mairie qui vient regoupiller l'extincteur. Tu crois qu'à un moment il se serait dit Tiens, je vais fixer le truc un peu plus haut sur le mur ou à un autre endroit inaccessible au mioche? (ou: je vais mettre une tapette à souris dessus?), que nenni. Il y a l'extincteur qui est dégoupillé, il vient réparer. Au bout de quatre ou cinq fois, il a quand même mis du scotch sur l'extincteur. Que le mioche s'est empressé de retirer. Avant de dégoupiller.

Sinon, j'apprends autant de mes petits élèves qu'ils apprennent de moi, la preuve: tu savais, toi, par exemple, que l'oeuf de la poule peut donner un poussin, mais que pour ça il faut impérativement que la poule et le coq soient mariés? et que la poule vivait dans le poulailler et le coq dans le cocotier? (tu vois.)

dimanche 14 novembre 2021

Les petits bonheurs du week-end (bien tranquille).

- Savoir Brisefer et Minimignonne en weekend prolongé en Vendée, et Minipuce à Berlin pour la semaine (j'ai voyagé par procuration, quoi).

- Avoir enfin vu au ciné La fracture, un film éprouvant (très), mais nécessaire. [Pour la petite histoire, si j'avais su que dans ce film jouaient à la fois Valéria Bruni-Tedeschi (dont je ne comprends jamais un mot de ce qu'elle dit) ET Pio Marmaï (que je trouve toujours très mauvais), je n'y serais probablement pas allée. Et j'aurais eu tort: c'est le premier film (je jure) dans lequel Valeria parle de façon audible (souvent elle crie, ça doit être pour ça), et où Pio joue bien (vraiment bien, même) (je jure aussi). Quand je dis que ça vaut la peine de voir ce film, c'est que ça vaut la peine, hein.]

- Apprécier pleinement le premier feu d'automne dans la cheminée à la nuit tombante, mes deux chatounes sur les genoux, en terminant La définition du bonheur (justement) (on aurait voulu le faire exprès) (mais ce n'est pas vraiment gai, le bonheur, ici, je vous préviens) de Catherine Cusset, très très bien.

Et toi, tes petits bonheurs du weekend ou d'un autre? je me sens un peu seule ici en ce moment pour ne rien te cacher.



dimanche 7 novembre 2021

Back on earth.

Alors ces vacances, diiiis? Elles ont été hyyyper reposantes, et j'ai dormi jusque tard comme jamais. (Chaque matin depuis des années, ma Minouchette féroce, quinze ans d'âge et agile comme personne -hum-, saute tout en discrétion -humhum- dès potron-minet sur la poignée de ma porte de chambre pour l'ouvrir et vient se fourrer sous ma couette, s'allongeant de tout son long contre moi, posant sa tête sur l'oreiller et sa patte de velours sur ma joue, tranquilémile et on n'est pas bien, Jean-Gracien? Pourquoi je raconte ça, moi? parce qu'immanquablement depuis quelques jours sans qu'on sache pourquoi, elle est suivie dans le quart d'heure de la bête féroce deuxième du nom qui passait justement par là et profite de ce que la porte est ouverte pour se fourrer elle aussi sous la couette en passant par les pieds, elle, et remonter sournoisement jusqu'à la queue de son aînée, pour la lui mordre tu devines bien, ce qui malgré sa légendaire patience envers la petite finit par irriter un chouïa la vieille, et tout ça se termine par une baston générale sous ma couette, il y a du poil partout et de la moustache qui vole et je suis obligée d'intervenir, après quoi j'aimerais bien me recoucher avec au moins une chatte contre moi, mais il n'y a plus personne qui veut, elles boudent chacune à un coin du lit comme si c'était ma faute tout ça, pff, voilà à quoi ça ressemble mes petits matins, tu savais pas, ben tu sais maintenant.

Et à part cette passionnante histoire qui plaira aux amis des bêtes je n'en doute pas?

J'ai eu l'intention d'aller au ciné voir Les illusions perdues et La fracture mais crois-moi pas si tu veux: j'ai pas trouvé le temps, lu Mona Chollet Sorcières et Beauté fatale, et Son empire, de Claire Castillon (je recommande bien, tout), accompagné à Dreux ma Puceminus à sa Journée du Citoyen de mes deux tétons et des siens encore plus (alooors, c'était intéressant? je lui ai demandé en la récupérant, Bah j'étais au fond d'une grande pièce qui résonnait, on a demandé au gars de parler plus fort ce qu'il a fait pendant cinq minutes seulement avant de ne plus faire aucun effort, alors on a juste attendu que ça passe, et Vive la France! ), reçu Minipuce pendant une semaine et Brisefer pendant deux weekends, vu les copains, revisité la belle Rouen et découvert Verneuil sur Avre (et mourir) et d'autres choses encore que tu sauras pas parce que tu es bien curieux aujourd'hui dis donc. 

Mais bon, demain c'est déjà r-école au cas où tu saurais pas déjà, et la petite période bien sympa des départs et retours dans la nuit noire et le froid, des nez qui coulent encore plus vert, et des prépar -hâtifs- de Noyel. Ah, et des 25 paires de gants à enfiler avant chaque récré, 250 doigts à mettre au bon endroit (rien de cochon là-dedans) (mais c'est pas de la tarte non plus, hein), 500 petits doigts par jour environ donc, et fais le calcul pour la semaine si tu l'oses, partagés équitablement avec mon atsem et parfois la petite stagiaire quand il y en a une)(sans compter les gants qu'il faudra remettre après les pipis pendant la récré ou après qu'un mioche se sera mouché (fait rarissime cependant)(qu'un mioche se mouche).

En parlant d'école, je ne sais pas si je te l'ai déjà dit depuis tout ce temps, mais j'aime pas le lundi (chaque fois c'est pareil C'est quand on est derrière les carreaux Quand on travaille que le ciel est beau Qu'il doit faire beau sur les routes Le lundi au soleil). J'aime pas le lundi, donc. Surtout quand il tombe après un dimanche. Et encore plus quand il tombe après un dimanche et des vacances, là c'est le pire du monde. Et le lundi revient souvent, je trouve. Je ne suis pas fortiche en math, mais je sais quand même compter les lundis et il y en a beaucoup, crois-moi. 

Ben tiens, justement demain, c'est lundi, mais attention, exceptionnellement c'est lundi chouette: c'est lundi où Thomas Pesquet revient sur terre de son long voyage, et même si je me dis que peut-être Thomas, il ferait mieux de rester là-haut vu ce qui se passe ici-bas, je suis égoïstement bien contente de le revoir. (Qui c'est qui est de service de cour à treize heures le lundi et qui, n'en doute pas une seconde, saura manoeuvrer habilement pour pouvoir néanmoins zieuter vite fait l'amerrissage de son héros?)*


[* bon, il semblerait aux dernières nouvelles que le retour du héros soit de nouveau repoussé de 24 heures, ça sera donc bien un lundi pourri comme les autres, pff.]

 

Allez, haut les coeurs! vive les moufles et Thomas, et raconte-moi tes vacances, ça me fera bien plaise.

dimanche 24 octobre 2021

Bonnes surprises.

J'ai passé un peu de mon samedi après-midi à écouter Philippe Jaenada -qui est exactement tel que je me l'imaginais: simple, bavard, précis, drôle- parler de son dernier livre, de sa façon de travailler, d'écrire, et c'était absolument passionnant. Il y a désormais trois personnes, excusez du peu, sur ma liste d'hommes qui n'ont pas de téléphone portable: l'Ours-mon-mari, mon ophtalmo, et Jaenada, donc, dont les organisateurs de la rencontre commençaient à craindre qu'il puisse être très en retard (grève des trains) ou qu'il ne vienne pas (?) vu qu'il était trois heures moins le quart, qu'il n'avait toujours pas donné signe de vie et qu'il n'y avait aucun moyen de le joindre (pas de téléphone). A trois heures et cinq minutes, Jaenada était là. Bonne surprise.

Bonne surprise: j'ai eu de façon imprévue et heureuse, mes trois enfants réunis sous mon toit pendant 24 heures, c'est pas beaucoup mais c'est mieux que rien je me raisonne, et puis la prochaine fois ce sera à Noël et ça sera chouette.

J'ai beau chercher, je ne trouve pas d'autres bonnes surprises. Je suis bien en vacances mais ce n'est pas une surprise, même si c'est bien bon, on est d'accord.

mardi 19 octobre 2021

Pagranchoz, tu vas voir.


Oooh le beau bouquet! m'extasie-je à chaque fois, et je ne devrais pas, parce qu'après c'est à moi qu'on veut absolument l'offrir, plutôt qu'à sa maman. J'ai dû manger des enfants dans une autre vie, je crois, pour qu'on me persécute comme ça, à vouloir m'offrir des tonnes de bouquets de feuilles mortes à chaque récré.

Les jours s'étirent et tout le monde attend les vacances, les petits à l'école n'en peuvent plus (mais plus), et je n'ai jamais vu autant de morves au nez que ces derniers temps, c'est bien simple, même les petites sections s'invectivent entre eux Va te moucher! J'ai moi-même un magnifique mal de gorge de derrière les fagots qui m'est descendu illico sur les bronches, je tousse depuis dix jours et j'ai perdu mes aigus (ce que je déteste le plusse dans la vie, avec les chats sans poil).

Le weekend dernier, Brisefer est venu aider son père à faire des travaux, et comme ces deux-là n'avaient pas, malgré leur minutieuse préparation et leurs innombrables coups de fil préalables, le matériel adéquat (ah ben c'est bien la peine d'acheter la prévoyance en triple épaisseur si c'est pour en arriver là, je dis), nous sommes partis en forêt ramasser des cèpes, deux pleins paniers s'il vous plaît. L'odeur des champignons qui cuisent dans ma cuisine étant une des choses que je déteste le plusse dans la vie (après perdre mes aigus et les chats sans poil), me vlà bien, donc.

Il y a bien deux ou trois de mes petits élèves qui ont essayé de prononcer le mot Noël dans la classe, le cri (rauque, hein) de bête que j'ai poussé les a dissuadés de recommencer avant longtemps, c'est sûr.

A part ça, je vieillis, non ne niez pas, la petite stagiaire de l'école à qui je disais que je ne savais bien utiliser mon ordi qu'avec une souris m'a répondu que Ah ben ma mère, c'est pareil.

Et côté lecture, j'ai lu avec plaisir de chouettes nouvelles d'Astrid Eliard, Les bourgeoises, que je recommande chaudement.

Pagranchoz, comme tu peux voir, donc.

samedi 16 octobre 2021

jeudi 14 octobre 2021

Devinettes.

Devine ce que me répond l'Ours, quand je lui demande s'il aime la couleur de notre nouvelle housse de couette, que j'ai mis tant de temps à me décider à choisir? Bah! la nuit tous les draps sont gris.

 
 
Et devine qui, nan mais pince-moi je rêve, est annoncé pour bientôt à la médiathèque de Chartrescity? (J'ai une semaine pour séduire un beau bibliothécaire qui me laissera doubler tout le monde par la porte de secours, parce qu'à mon avis il va y en avoir, du monde, et moi qui fais de la pub, en plus, comme une bécasse, pff.)

mercredi 6 octobre 2021

Brève d'école.

Un petit braillant dans le couloir, debout dans une flaque de pipi , devant les gros yeux de l'atsem qui l'a déjà changé le matin même: "Naaaan, c'est pas du pipiiiiii, je te dis, c'est de la salive!"

dimanche 3 octobre 2021

Vrac, micmac et foutrac du dimanche soir.

(OOOOh putain, on ne va parler que de Tapie, à présent.) (et après ça sera Delon, vous allez voir.)

Un petit weekend mignon à confiturer tout ce dont même ma mère ne veut plus (et mes collègues me supplient à genoux de ne plus leur donner de prunes)(je vais donc leur donner des pots de confiote, héhé) (j'en ai fait 30)(trente) (et des clafoutis que j'ai congelés) (et des compotes) (et il reste des prunes sur le prunier)(je vais devenir dingue).

Un petit weekend mignon à me débarrasser de mes prunes, donc, mais aussi à ratisser dans le jardin les feuilles mortes (qui se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi), jouer au bouchon avec ma bête féroce deuxième du nom (ses projets de chasse à la souris ayant été fortement compromis par la pluie et le vent, il a bien fallu l'occuper), à bouquiner (les risées du lac d'Emmanuelle Grangé, pas mal), à prendre des niouses de mes Nantais (ils sont toujours debout et ont de l'électricité), à préparer les prochaines vacances, et pas grand'chose d'autre. Mais dis-moi, toi?

jeudi 30 septembre 2021

Brève d'école.

Il y a quelques jours, une atsem de l'école a cru avoir entendu une de nos élèves de petite section dire Ta gueule! à son père sur le trottoir. Elle nous l'a raconté, mais personne n'y a cru: une toute petite choupinette de même pas encore trois ans, tétine au bec et doudou sous le bas, pensez donc! Maintenant on le croit, vu qu'elle a aussi dit Ta gueule! à son maître en pleine classe. (Bon, un jour de rentrée il y a quelques années, un petite section m'a dit Casse-toi, bâtard!, alors j'ai relativisé l'affaire et dit à mon collègue qu'il ne s'en sortait pas si mal, allez.)

dimanche 26 septembre 2021

Sci(chi)atique

Je serai brève, mes amis, j'ai depuis vendredi la plusse belle sciatique de toute l'histoire de la sciatique, qui irradie depuis la fesse droite jusqu'au pied, je ne connaissais pas cette joyeuseté et c'est bien sympa, je recommande, hein. Mais bon, je me fais chouchouter (= masser la fesse, l'Ours y met tout son coeur) et ça ne m'a pas empêchée de marcher toute la journée samedi, vu que j'ai lu que si c'était bien une sciatique et non un spondylolisthésis urticant dégénérescent ou la gangrène qui s'installait (sur le net, on n'est jamais sûr), il ne fallait pas arrêter de marcher. Ce que j'ai fait en me plaignant beaucoup (mais j'adore me plaindre, vous savez bien). 

Demain c'est donc jour d'école avec sciatique encore peut-être (mais on ne me le souhaite pas, hein)(merci bien), et deux remplaçants la même journée. Sur les deux, il y en a bien un qui sera beau, j'ai dit à mes collègues (il y a pas de raison que ce soit Puceminus, qui ne sait pas vraiment apprécier les belles choses, qui ait toujours les meilleurs morceaux).

vendredi 24 septembre 2021

Brèves d'école.


Ahaha la séance de langage avec mes élèves de petite-section qui ne tiennent pas en place et n'écoutent rien (j'ai dit que j'avais des petits mignons cette année encore? moi? j'ai dit que j'avais des petits mignons? je retire tout ce que j'ai dit). Là donc, je lis l'histoire, hyyyper simple, d'un chat qui nous présente sa maison. Je la lis plusieurs fois pendant que l'un se roule sur le banc, que deux autres touchent les perles dans les cheveux d'une autre, qu'il y en a un qui parle en même temps que moi et qu'un autre pleure en appelant sa mère. Tu visualises? c'est encore pire. Et puis ensuite on discute tous ensemble de cette chouette histoire qu'on vient de raconter. Comment s'appelle le chat? de quelle couleur est sa maison? Personne (p.e.r.s.o.n.n.e) ne me répond, personne ne veut parler avec moi, d'ailleurs personne ne m'écoute, je parle dans le vide, je parle toute seule en tout cas, c'est sûr. Et puis je n'en peux plus, je ferme le livre et je m'apprête à passer à autre chose. Et là, tout le monde fait silence et se tourne vers moi et il y a A. qui me dit avec ses quatre doigts dans la bouche Bah c'est fini l'histoire de la maison du chat qui s'appelle Jim?

J'ai une petite dans ma classe, je jure, je ne l'ai jamais vue sourire. Tou-te-la-jounée elle boude ou elle pleure(niche) ou elle n'est pas d'accord du tout, elle ne veut pas venir à l'école mais pas repartir le soir avec ses parents, pas faire de la pâte à modeler mais pas laisser sa place à un autre, pas (tu as compris). Cette petite-là, quand je la rends (bien volontiers) à son papa le soir, elle se roule par terre de colère parce que (j'ai même pas demandé pourquoi). Je vais ranger ma classe, papoter un peu avec le gars du périsco, dire au revoir à mes collègues, et quand je pars de l'école, sur le trottoir il y a encore la petite par terre et le papa qui négocie avec elle pour qu'elle se relève et accepte de rentrer à la maison.

La semaine prochaine, c'est fotodklass et j'ai hâtehâtehâte comme chaque année la fotodklass, tu te doutes.

[Hier soir, j'étais au lycée avec le prof d'anglais de Puceminus, et je résume: il est grand et fort, jeune et joli, dynamique et plein d'allant, gentil, clair, motivant et (semble) hyyper sérieux, et tout plein d'humour avec ça. S'il était Danois il serait absolument parfait, je dis. Je rentre à la maison avec les tétons frémissants (lis entre les lignes car ma mère me lit et je ne peux en dire plus) et je dis à ma fille Aaaah, ton prof d'anglais il est.. (points de suspension et voix de tête qui se perd dans les aigus)

Ou-ais, il est pas mal, j'avoue m'a-t-elle répondu (juste) (les jeunes filles de maintenant, c'est plus ce que ça a été, hein?)].

dimanche 19 septembre 2021

Vrac micmac et foutrac du dimanche soir.

Côté ciné, j'avais follement envie d'aller voir L'origine du monde de Laurent Lafitte, mais j'ai trouvé ça mal fichu, très con et pas franchement drôle (pour ne pas dire franchement pas drôle)(à part une scène ou deux) (et Vincent Macaigne en sosie de François Hollande) et j'en ai été fort déçue.

Côté lecture, celle qui ne déçoit jamais en tout cas, c'est Joyce Maynard dont je lis le nouveau roman, Où vivaient les gens heureux, et c'est biiiien.

A part ça rien, ou presque: j'ai ramassé des kilos de Reine-Claude et fait un clafoutis, suis rentrée bredouille des vide-greniers de ce matin, me suis régalée avec la deuxième saison d'Hippocrate, et je me prépare présentement à affronter une des semaines les plusses pénibles de l'année, la semaine des réunions-tous-les-soirs (ou presque) [deux au lycée dont une parents-profs, et ma propre réunion de parents à l'école (joie)].

J'ai bien besoin de réconfort. Suivez mon regard et racontez-moi la vôtre, de semaine de réunions tous les soirs à venir. Ou parlez-moi d'amour, c'est bien aussi, l'amour.

 

 
  
      
C'est toujours la même certaine qui m'a réclamé Pitié, du Mads en slip plutôt que des photos de chats! Allez vous plaindre à elle, si vous avez des réclamations à faire.

(Ceci est la version présentable, jamais de la vie je vous mettrais une version pas présentable, on n'est pas dans un film de Laurent Lafitte, ici, oooh).


vendredi 17 septembre 2021

Décousu.

Ce matin, alors que mes petits étaient en séance de motricité (je parle Educ Nat parce que c'est vendredi soir, mais en vrai mes petits faisaient juste de la gym, hein), j'ai refusé de porter ceux qui ne voulaient/pouvaient pas se hisser tout en haut du parcours (je me comprends) en leur faisant prendre l'itinéraire bis (je me comprends) qu'ils peuvent faire sans aide, en pensant Je suis vieille je me ménage, cette année je décide de ne pas prendre le risque d'attraper un tour de reins en aidant un petit à faire ce qu'il saura faire tout seul sans problème dans deux mois sans que je l'aide. C'est que je deviens raisonnable en prenant de la bouteille (de l'âge), moi, pas vrai?

Qu'est-ce qu'il y a de pire pour une Bête Féroce jeune qui n'aime rien tant dans la vie que courir sauter partout attraper des souris des oiseaux faire sa curieuse fouiner emmerder la Bête Féroce ancienne qui ne lui demande rien (que de lui foutre la paix) bref qu'est-ce qu'il y a de pire pour une Bête Féroce jeune qui aime vivre pleinement sa vie de chat-follet que de se faire enfermer par mégarde dans une chambre au petit matin pour toute la journée car ses maîtres sont partis bosser et de n'y avoir ma foi pas grand'chose à faire, sinon dormir (bêtement) pendant plus de neuf heures (la groosse loose)?


Et pour finir, venez jamais boire l'apéro chez nous, j'ai rêvé cette nuit qu'on avait du (beau) monde à la maison et que l'Ours-mon-mari nous servait du vinaigre de vin dans des flûtes à champagne, et que je trouvais ça follement bon.