Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

samedi 29 septembre 2007

Je n'aurai qu'un mot:

Bien fait, pétasse!


Comment ça, je suis mauvaise? J'ai mes raisons, je vous signale.

mardi 25 septembre 2007

Clairvoyance.

Ce matin, Minipuce, frappée d'une évidence soudaine en découvrant son horoscope:



"ah oui, la maîtresse elle me le dit toujours, de ne pas me retourner pour discuter avec Baptiste!"

lundi 24 septembre 2007

Comment je me dé-lace.

(Je sais que j'en ai déjà parlé, mais vous devez ce nouveau billet à une ultime provocation de Dame Luna envers l'espèce enseignante, à laquelle je me devais de répondre au nom de toutes mes soeurs de lutte de la grande maison de Léduknatte (tout) premier degré)

A la rentrée de septembre, il y a des mères d'élèves qui me connaissent et je vous prie de croire que celles-là sont dans leurs petits souliers.

Et puis, il y a celles qui ne me connaissent pas encore.

Inconscientes et légères, parfois, elles osent me présenter un nain -le leur en général- avec des lacets à ses chaussures.

Le soir-même, elles récupèrent leur nain sans lacet: ils ont servi à faire des colliers de nouilles, on les a noués bout à bout pour faire une corde à sauter géante, une corde à noeuds ou pour fouetter les dames de cantine, et en général, elles comprennent vite fait bien fait, les mamans, même pas la peine de faire un dessin dans le cahier de correspondance.

Mais il y en a des certaines qui font de la résistance.

Genre qui vous soutiennent mordicus Jean-Marius et dans le blanc des noeils que les lacets ça tient mieux aux pieds de mon gosse ou que les scratchs au bout d'un moment ça colle plus, voire même -ça s'est vu- que les lacets c'est plus joli quand même...
Alors, pour ces mamans-là, les rebelles de la godasse, les insoumises de la tatane, les pas décontractées de la voute plantaire, j'organise dans la classe une petite séance de transe-hypnose privée sur la moquette du coin-regroupement;

Là, je les fais aligner en rang d'oignons pour répéter après moi les gestes de mon petit haka perso: flexion avant/on se touche la tempe pour faire le geste non mais ça va pas la tête/on se touche la chaussure droite avec la main gauche/ puis la chaussure gauche avec la main droite/ en incantant la formule Les lacets c'est pas bien, les lacets ça craint du boudin/ le tout en me regardant fixement dans les yeux que je fais ronds et blancs, ça provoque toujours son petit effet.

Elles repartent en titubant et en ânonnant¨Pas de lacets, La maîtresse a dit pas de lacets" et dès le lendemain, j'ai immanquablement 28 paires à scratchs qui étincellent sur ma moquette à l'heure de l'histoire.

samedi 22 septembre 2007

Mon pauvre Jojo

quand vas-tu enfin comprendre que ça ne te réussit pas de me faire des infidélités, hum?
(et en plus, je finis toujours par l'apprendre.)

vendredi 21 septembre 2007

La semaine toute particulière (6)

Mon livre de chevet de maîcresse ou comment faire hurler de rire 25 bambinos en simultané, en toutes circonstances et par tous les temps. Et très instructif, en plus, hein.

( Dernier billet noc, fallait que je me surpasse.)

jeudi 20 septembre 2007

La semaine toute particulière (5).

L'Ours et moi, on a un problème.

Voilà c'est dit.

Un problème technique, bassement matériel, mais qui nous pourrit la vie comme vous n'imaginez même pas.
Une discorde fondamentale entre nous: un problème de chéquier.

Tout simplement parce que depuis qu'on fricotte ensemble, on a un compte joint.
Et un chéquier commun, misère de misère.

Et que perso je rêve de fourrer élégamment mon chéquier dans un magnifique étui de cuir rouge siglé lui même fourré dans mon magnifique sac Chanel Monop', alors que l'Ours, lui, veut pouvoir rouler le chéquier et le fourrer dans sa poche de jean Calvin klein Monop'.

Je rêve du temps où encore belle jeune célibataire, j'avais un chéquier petit format avec talon sur le dessus, inroulable par conséquent, et très distingué, alors qu'aujourd'hui, à l'insu de mon plein gré, j'ai un chéquier grande longueur qui peut se rouler et se fourrer dans une poche de jean d'ours, la preuve.



(Je suis la bête noire des caissières de Monop' avec mes chèques volés roulés qui ne passent pas dans leurs machines. Et ce billet est labellisé noc première fraîcheur, va sans dire. Sous vos applaudissements, merci.)

mercredi 19 septembre 2007

Pouce! (billet pas noc du tout)



Devinez un peu qui a renouvelé son abonnement filibus avec allégresse*?


*sans tenir compte des commentaires de sa Minipuce qui l'accompagnait "ah bon, c'est lui jorjclounet??? aaah (dégoûtée) mais il est pas beau et en plus il est vieux dis donc et ses cheveux tout collés sur sa tête et ses plis sur le front safétrébizare." (je l'ai reniée pour ma fille t'façons. what else?)

mardi 18 septembre 2007

La semaine toute particulière (4)

(Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas spécialement le billet qui est con.)
Aujourd'hui, à l'école, je prends mon ton le plus affable pour demander à un père d'élève de bien vouloir avoir l'obligeance d'envisager l'éventualité de rapporter, quand il en aurait le temps et si ça ne le dérange pas trop, l'attestation d'assurance scolaire de son enfant, élément indispensable pour qu'on puisse aller ramasser des pommes à la campagne la semaine prochaine (en vrai, je lui ai demandé ça normalement).
Là, le père me répond tout à fait aimablement que "Oooooooh oui, c'est bon, ça va, je ne vais quand même pas vous la chier tout de suite" (en vrai, il m'a répondu ça en gueulant).

La semaine toute particulière (3)

Crac boum hue......
mais qu'est-il donc devenu?????

lundi 17 septembre 2007

La semaine toute particulière (2)

Qui c'est qui sait c'est qui ?????

La semaine toute particulière (1)

Je vous jure que c'est vrai.

Je viens d'acheter un nouveau téléphone avec deux combinés et sur la notice, il est spécifié qu'il est recommandé de donner un nom à chacun, non je n'invente rien.



Depuis, je me creuse les méninges pour trouver des noms qui soient à la hauteur de mes téléphones et c'est franchement pas de la tartiflette, hein. Alors?

George et Max?


Tic et Tac?

Boule et Bill?

Pimprenelle et Nicolas?

Pince- mi et Pince- moi?

Vite fait et bien fait?

Ni vu et Ni connu?

Nota et Bene?

Recto et Verso?

Stricto et Sensu?

Pue et Ducul?

Saint Pierre et Miquelon?

Cause toujours et Tu m'intéresses?

Lagarde et Michard?

Bataille et Fontaine?

Ernest et Barnabé?

Véronique et Davina?

Couci et Couça?

ISF et RMI?

Ping et Pong?

Ying et Yang?

Feng et Shui?

Moyenne et Ecart type?

Intégrale et Dérivée?

Alca et Setzer?

Dieu que le choix est difficile à faire! (c'est que je veux le meilleur pour mes téléphones, moi.)


P.S: Et comme si ce n'était pas assez compliqué comme ça, on m'en suggère encore:

Alea et Jacta (Griffollet)

Rivoire et Carré (Ashley)

Jacques et Martin (Waldo)

Enfer et Damnation (Benoît, pape)

Carpe et Diem (af)

Alzheimer et Parkinson (Luna Pat)

Félix et Zézette (Myriam)

Atout pêche et Miséricorde (Marie-do, dame de cathé)

Sissilimpe et Ratrice (Maître Crochu)

Hic et Ahhh (Shalima)

Hélène et Laidgarçon (Griffollet)

L'épi et Nique-les (toujours le même)

Psik et Délik (Céline)

Ben et Nuts (Daphné)

Tel père et Tel fils (Kinkaprikorne)

Laurel et Hardy (Ma'cha)

dimanche 16 septembre 2007

Une semaine toute particulière.

Enthousiaste, à l'Ours: "- tiens, avec Névrosia, on avait bien envie de lancer la semaine des billets tous plus nuls les uns que les autres cette semaine sur les blogs...
- ouais, bonne idée, ça va pas être difficile pour toi, hein, ça va pas trop te changer non?!!... euh, j'veux dire...c'est pas trop compliqué pour tout le monde....c'est simple, c'est limpide comme principe..."
(Ah ouais? et ben le principe de la bête rugissante à deux dos, macache et ceinture mon p'tit gars, c'est comme si tu y étais.)
Je déclare malgré tout ouverte ici même la semaine des billets tous plus cons, nuls, débiles, crétins, ésséterra, jamais vus sur la blogosphère, vous zallez pas être déçus du voyage. (et qui m'aime me suive!)

samedi 15 septembre 2007

Tranquille mon Emile

L'autre jour, à huit heures, soit vingt bonnes minutes avant l'heure officielle de l'ouverture des portes de l'école, une maman survoltée s'accroche à la sonnette avec frénésie et hurle aux oreilles de la dame de service qui lui ouvre "Vite vite viiiiiite, je travaille, moi, je suis en retard, oh la la, prenez-moi mon fils tout de suite s'il vous plaît, il faut que je parte de toute urgence, je suis trètrétrès pressée ce matin, je vous en priiiie prenez-le moi!!!!"
La pauvre dame de service n'a pas encore les yeux bien en face des trous mais s'en va quérir le directeur qui, miracle, était déjà réveillé de si bon matin, et déjà dans son bureau, même.
La maman, dont visiblement le stress a encore augmenté, supplie à nouveau qu'on lui garde son gosse que si on l'avait jetée aux lions elle n'aurait pas demandé sa grâce avec autant de ferveur, et le directeur mais non moins Homme, ému devant tant de détresse et parce qu'il n'est pas un mauvais bougre dans le fond, accepte alors "A titre très exceptionnel comprenez-le bien Madame, parce que je ne suis pas tenu de le faire et pas assuré en cas de pépin blablabla, et parce que vous avez fait l'effort de sonner et de demander plutôt que de laisser l'enfant tout seul devant la porte (comme certains ne se gênent pas pour le faire aurait-il même pu ajouter).
La-dessus, la maman remercie avec effusion en lui baisant -presque- les pieds, et le directeur s'en retourne à grandes enjambées, tenant la tête à poux d'une main et ses photocopies de l'autre, faire ce qu'il a à faire (l'histoire ne dit pas quoi, juste que ce qui est fait n'est plus à faire, et que quand on est chargé de direction dans une école, ça compte- paraît-il-, bref)
et quand il revient ouvrir la porte vingt minutes plus tard, à l'heure H donc, que voit-il de ses yeux vu?
-vous l'avez deviné chuis sûre-
La maman
qui discute avec sa copine, là, juste devant la grille
et qui l'apercevant
pas bégueule
lui fait un petit signe de la tête et s'en retourne à sa conversation
tranquille mon Emile.

vendredi 14 septembre 2007


J'apprends que Jacques Martin est mort, et ça me fiche un coup, vu que j'étais persuadée qu'il était mort depuis belle lurette.
(Mais je le remercie d'être mort, puisqu'il m'a donné l'idée de ce billet qui le plus nullos du monde, ne vous gênez pas pour me le dire si vous le pensez aussi.)

jeudi 13 septembre 2007

La question philosophique du jour.

C'est Minipuce qui te la pose. Est-ce que les chats y savent qu'y sont des chats? Hein?

mercredi 12 septembre 2007

Comment chuis en vrac.

CHUIS FIERE que mon bébé rentre de l'école avec un magnifique dessin signé du A et du E de Puceminus et orné d' zécritures, tu sais keske j'ai écrit? j'ai écrit: Je suis contente d'aller à l'école tous les jours parce que moi, je aime l'école.




CHUIS STUPEFAITE, les filles, que vous n'ayiez que ce Chabal à la bouche et ailleurs, sans blague, ce type est une bêêêête, tous ces poils c'est pas chrétien, perso je ne lui confierais pas les clés de la caravane.




CHUIS RAVIE et pleine d'espouare d'avoir trouvé (peut-être) un moyen d'attirer mon George à Chartres, puisque qu'au célèbre Parc de la petite Venise est arrivé un nouveau pensionnaire dans le genre qu'il couche avec chérit vérimuche.




CHUISJ'ETAIS CRANEUSE depuis que vous vous êtes exclamés devant la toute beauté de mon nombril; d'ailleurs ça faisait deux jours que j'allais chercher mes poux à l'école avec le tee shirt relevé exprès presque jusque sous les tétés, et que mon bonheur aurait été parfait si c'te grande gigue de Laflote n'avait pas honteusement plagié ma photo c'est un scandale Liliane fais les valises! en publiant son propre nombril, qu'il est quand même vachement plus profond et caverneux que le mien, total:

CHUIS COMPLEXEE bravo c'est réussi.

mardi 11 septembre 2007

C'est ma tournée!

Depuis quelques jours avec Minipuce, je joue au facteur.

Je dois faire le facteur et poster les lettres ici.


Et accessoirement, je dois aussi écrire les lettres.

Vite. Souvent. Plusieurs fois par jour, genre.


Au début, j'étais très inspirée Ma Minipuce d'amour, tu es la plus gentille des petites filles, je t'aime, signé: ta maman pour la vie, mais Minipuce m'a rapidement fait savoir que je ne devais pas lui écrire de l'amour, mais des choses.


J'ai donc écrit des choses Chère Minipuce, aujourd'hui c'est dimanche, nous allons manger du poulet et des frites puis nous irons faire du roller ou du vélo comme tu préfères. Passe une bonne journée, signé Maman, mais Minipuce a décrété que je devais lui écrire des choses intéressantes.


Je me suis donc creusé le couvercle pour n'écrire désormais que des choses intéressantes Minipuce, selon Soren Kierkegaard, la dialectique de la vie est à l’opposé de celle du concept : la vie est contradictoire, ambiguë; sa dialectique est passage du même à l’autre, polémique et conflit en même temps que contact et saut, médite cela longuement signé ta mère mais Minipuce s'est fâchée qu'elle ne comprend pas l'anglais et que puisque c'est comme ça elle ne jouera plus jamais avec moi. J'ai pris un air contrit et j'ai enfin pu retourner bloguer balèze Blaise en me félicitant in petto.

Hélas, trois fois hélas, Minipuce est revenue à la charge en me déclarant doctement que puisque je ne savais pas quoi lui écrire, je n'avais qu'à lui envoyer des invitations.
Des invitations?
J'ai donc pris ma plus belle plume Je t'invite à te rendre au plus vite à la salle de bain pour prendre ta douche, te brosser les cheveux et les dents; demain c'est l'école alors tout le monde au lit d'ici 5 minutes et que ça saute!!! signé ta génitrice, à qui tu dois respect et obéissance au moins tant que tu vivras sous mon toit.


Je ne sais pas si Minipuce a reçu mon invitation car elle n'y a malheureusement pas donné suite, mais la boîte aux lettres a disparu vite fait et c'est déjà ça.

lundi 10 septembre 2007

CONCOURS!! (à coup sûr je vais gagner le)

(le rappel des règles ici.)

Il y a de ça bien longtemps, un de mes amants m'a dit texto que mon nombril ressemblait à un trou du cul.
Il ne m'a pas dit ça en me quittant, nannan, ç'aurait été trop mesquin quand même Tout est fini entre nous, ton nombril ressemble trop à un trou du cul je trouve, non, il m'a dit ça avec tendresse et affection figurez-vous.

C'est donc une photo très ultra osée, limite indécente, que je vous présente, mon nombril ressemblant à ce que vous savez. Rincez-vous bien l'oeil, hein.



Titre: Mon nombril du monde.


Ps1: j'ai du mérite, je vous signale, parce que j'ai rentré le ventre pour la photo, et avec c'te grosse bête d'Ours C'est où qu'on appuie, déjààààà???, on se doute que je l'ai rentré longtemps, on me récompense donc avec des com' dithyrambiques, merci.


Ps2: sur les rangs, Daphnénuphar, David Wiz, s'il n'a pas oublié ce qui serait étonnant (qu'il n'ait pas oublié), Griffollet, Laflote, Loukoumag, Ma'cha, Moukmouk (?), Névrosia, Tili; (et toi aussi, si si!)

On peut aller les encourager, je ne peux pas vous en empêcher, hein, mais le concours, c'est moi qui le gagne, c'est obligé.

dimanche 9 septembre 2007

et ping et pong

Mon dimanche ne fut pas un long fleuve tranquille. Parce qu'un dimanche à une compétition de ping-pong avec M.brisefer, c'est ça: - faire le taxi pour toute une bande de pongistes en culotte-courte qui se prennent tous pour Mickaël Maze ou Wang Liqin  (j'ai l'air de les connaître, mais je les connais pas plus que toi, en réalité) et ne parlent que des picots de leurs raquettes pendant tout le voyage (à l'autre bout du département quand même). A l'aller et au retour, forcément. - trouver le patelin, le gymnase, la salle, la table. Dans les délais, va sans dire. - endurer l'attitude de certains parents et entraîneurs supporters fanatiques qui programment les nains pour GAGNER vite, bien, sans bavure. -gérer les suceptibilités ( pourquoi il joue encore, lui, et pis moi j'suis été éliminé tout de suite?), les regards dé-ses-pé-rés des joueurs menés au score, les coups de sang contre les arbitres, les larmes des perdants malgré eux (souvent à cause de leur raquette, j'ai remarqué). - aller chercher un joueur parti faire pipi on ne sait où et qui doit jouer tout de suite vite! tout le monde t'attend!!!!c'est à toi mais quessq'tu fabriques????? -rester debout contre un mur pendant 5 heures de rang parce qu'il n'y a qu'un seul banc et qu'il est réservé aux "coaches" (ah ah ah, bien grand mot ma foi, mais mon fils y tient). -accepter placidement et avec le sourire que des parties durent des plombes et des plombes et plus encore quand deux joueurs ont le même niveau et que quand l'un gagne, l'autre gagne aussitôt après et ainsi de suite jusqu'à la st glinglin parce que de toute façon il faut deux points d'écart ET ON PEUT RIEN FAIRE CONTRE CA DE TOUTE FACON C'EST LA REGLE DU JEU, hein. -supporter le brouhaha continu, le mouvement perpétuel, le crissement des baskets sur le lino, les cris, et surtout, SURTOUT : ce petit bruit insupportable, et ping -et-pong- et ping -et pong -et ping -et pong à l'infini..... - savoir qu'on en a pour 3 jours au moins à l'avoir dans la tête. C'était aujourd'hui. Ce n'était, hélas mille fois hélas, ni la première ni la dernière fois. Je suis lasse, vidée, fourbue, vannée, lessivée, exténuée, claquée, hors service, naze. Je vais de ce pas me coucher contre mon ours et dormir à tout jamais. Adieu, donc.

vendredi 7 septembre 2007

Chui total' degu'

Les zamis, y a pas d' justice, que d'l'injustice.

Le monde il est mal fait, le monde y tourne pas rond, le monde est cruel.


C'est que copine S., responsable et coupable d'une (grosse) partie de ma déprime de prérentrée, qui n'a pas voulu me céder sa place au Festival de Deauville peut-être parce que je l'avais traitée de mytho, copine S. avec qui j'ai partagé des choses si intense, comme chanter de très grosses imbécilités sur la scène du théâtre de Chartres déguisée en souris Mimi et elle en cochon Ronron

(si jamais vous le répétez, je nierai tout)


Copine S., donc, me dit comme ça, nonchalamment Oh tiens, va donc voir ici , catégorie George Clooney& co. Qu'est-ce que vous auriez fait à ma place, hein, vous êtes drôles? je suis donc allée voir, et pour voir ça j'ai vu, j'ai bien vu mon Jojo, toujours aussi sexe toujours aussi plein d'irrésistible charme




et pis j'ai vu aussi copine S., le choc

Oui c'est elle, oui, elle est très belle, mais ne vous y fiez pas, je vous ai dit qu'elle n'avait pas voulu me laisser sa place et en plus, elle m'a dit qu'elle n'avait pas pu me rapporter d'autographe de George parce qu'étant elle-même sur le tapis rouge, tu comprends c'était pas pratique!!!!

Puisque plus rien ne m'en empêche, rapport que je n'attends plus d'heureux évènement, je vais peut-être finir par le prendre, mon quart de lexo*mil.
Ou plutôt je vais me pendre, tiens, ça sera plus vite fait.


Message très perso : S. ma très chèèère, l'homme très chou (c'est le canard guitariste de la première photo les zamis, hein qu'il est trop chou????) dont tu es la compagne dans la vraie vie du plancher des vaches de la France qui se lève tôt et qui travaille plus pour gagner pas plus, est-il au courant, le pauvre cher, de la légende de la photo sur le site de Deauville, Johan Libéreau & sa "compagne", ou tu veux que je le maile vite fait avec pièce jointe assortie???
bon, aloors, tu te débrouillasses comme tu veux, mais tu me le ramènes rapidôsse cet autographe de Jojo (sinon, c'est même pas la peine de rentrer.)

jeudi 6 septembre 2007

Tous en coeur.

(Ouais, je vous conditionne un nain vite fait bien fait, moi.)

mardi 4 septembre 2007

Il est arrivé, mon heureux évènement!

Même que ça a été bien long de l'avis de tous, surtout pour la Minouchette qui était si encombrée sur la fin qu'elle ne pouvait même plus se lécher le derrière, ce qui est la loose intégrale pour un chat, convenez-en.

A tous ceux qui ne m'ont pas crue assez frappadingue pour remettre ça, je ne dirai qu'une chose: êtes-vous seulement conscients que si ça avait été vrai vous m'auriez fait beaucoup de peine???
(Je suis une fille sensible, je vous rappelle.)
Et puis c'était un coup à avoir sur la conscience le prénom que je n'aurais pas manqué de donner au gosse pour me venger de vous, Chabrina genre (si, si, j'aurais été cap', quel dommage que je ne puisse pas vous le prouver).

A tous ceux qui m'ont crue ou ont fait semblant: merci! vous êtes de vrais amis (???), à la prochaine conception, Dieu m'en préserve, vous serez les premiers informés.
(N'empêche que l'absence totale de réaction violente de Bellzouzou l'aïeule dans les comm' aurait dû vous mettre la puce à l'oreille, et que je ne peux pas m'empêcher de me demander (c'est plus fort que moi) si vous ne voulez pas un tout petit peu MA MORT, hmm???)



Maintenant, passons aux choses sérieuses et je ne rigole plus du tout:

Qui veut faire une bonne action de charité chrétienne et gagner l'amour d'une adorable petite boule de poils + ma gratitude éternelle ce n'est tout de même pas rien? et qui a deux longs mois pour se faire à l'idée, acheter les croquettes et la litière et faire une place dans son lit c'est quand même pas la mer à boire et ça me rendrait bien service pour ne rien vous cacher??

(on s'inscrit première porte en bas, et on se dépêche: y en aura pas pour tout le monde, vu que Griffollet en a déjà réservé un, et que Névrosia ne pourra pas refuser à ses enfants ce qui leur ferait le plus plaisir au monde, gniak gniak).

lundi 3 septembre 2007

Déprime de pré-rentrée (j'ai tous les symptômes)

En ce moment, je ne vais pas bien.
D'ailleurs, j'ai tout un tas de bonnes raisons pour ça.
D'abord ça sent très fort la rentrée et j'aime pas, mais alors pas du tout, c't'odeur, je présente déjà des signes très funestes d'avitaminose et ça réveille d'un seul coup d'un seul ma vieille flemmingite aigüe, non je ne psychosomatise point, c'est vrai, c'est réel, c'est reconnu par la médecine. Ensuite, je trouve que mon heureux évènement est long à arriver.
Pour me remonter un peu le moral, l'autre jour je suis allée faire du lèche vitrines avec copine V., oui, celle qui est montée sur spaghettis et qui s'habille en 14 fillette, alors les 499 grammes que j'ai laborieusement perdus pendant l'été en me privant de chocolat sont passés totalement inaperçus; je sais c'était la chose à ne pas faire mais je l'ai faite quand même et je vais devoir me flageller longuement pour ça, vous pouvez me croire.
Comme si ce n'était pas assez, le tamagotchi de Minipuce est malencontreusement passé au lave-linge et ça n'a pas été apprécié du tout, ni par la bête ni par la fille qui me tient pour directement responsable et coupable personnellement; déjà qu'elle me regardait tout de traviole depuis que je lui ai acheté comment résoudre les problèmes de maths en 10 leçons alors que ce n'était même pas son anniversaire, là je vous dis juste, les zamis, c'est la haine déclarée (à tel point que j'ai cru entendre tout à l'heure un presquequasi inaudible grosses fesses au moment où je passais près d'elle mais elle m'a juré ses grands dieux et sur la tête de son pauvre tamagotchi défunt paix à son âme et tousskisansui que c'était juste mes allucinations auditives qui me reprenaient -on n'est pas copine de la première heure avec la Pucelle d'Orléans pour rien, je vous signale-.)
Mais surtout je suis allée me faire un croque avec copine S., qui m'a annoncé qu'elle partait pour le Festival de Deauville où elle a, pour ceusses et celles qui suivent l'actu, de grandes chances de croiser George Clooney, mon Jojo à moi que j'ai(me) himself si si. Je lui ai évidemment proposé de l'accompagner, mais elle m'a rétorqué que c'était tout à fait impossible: j'avais une rentrée scolaire à faire. (Qu'elle m'aye dit ça, j'lui pardonne même pas sur mon lit de mort).
Et cette saleté, pour couronner le tout (ou pour se faire pardonner?) m'a présenté son petit frère, 25 ans, -une bombe et je pèse mes mots-, et ce petit crétin, alors que je commençais tout juste à l'envisager pour mon quatre heures, s'est adressé à moi avec déférence -si, je vous assure que c'est le bon mot- et spontanément, et sans prévenir, m'a vouvoyée, là, comme je vous vois, quel couillon non mais quand même, comme si c'était le truc à faire avec une fille fragile comme moi.
Bref, tout ça ça me fiche un coup, pire: ça ratatine l'espouare et l'optimisme en moi, si je n'attendais pas un heureux évènement, je prendrais presque un quart de lex*omil, tiens.

dimanche 2 septembre 2007

Chic! un concours!

Ça nous change des questionnaires et autres chaînes à la boule de gomme, pas vrai? Tout est esplicationné en décodé clair net et précis chez Daphnénuphar. Zallez, les zamis, qui se lance??