Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

vendredi 20 février 2009

Tous à taaaaable!

(Clique sur la photo, mon ami, une surprise t'attend sur le paillasson)
Un rat en offrande juste devant ma porte d'entrée, oui mes zamis, j'ai failli glisser dessus ce matin.
(Je précise que s'il vous semble petit, c'est qu'il n'en reste plus qu'un petit bout, hein.)
Je ne sors plus que par la porte de derrière, je ne touche plus de la vie à la bête féroce, heeeeurk, quand je pense que j'aimais à l'embrasser sur les moustaches, et je songe sérieusement à déménager, vu les horribles bêtes qui traînent vers chez moi la nuit. Sur ce, et en vous souhaitant le bon appétit, je m'en pars en vacances de blog tout en restant chez moi (un nouveau concept), aaaaah ce que ça va me faire du bien.
Soyez sages.

mercredi 18 février 2009

Esméralda, le retour de la vengeance qui tue presque.

Ma copine Esméralda, voyante depuis un demi-siècle à Vernouillet-les-oies, c'est l'air de rien avec son air d'entre deux airs une business woman du tonnerre de Bernadette Soubirou. Nan parce qu'elle a bien compris qu'avec ses visions à la noix de coco, elle ne tiendrait pas bien longtemps le haut de l'affiche. Genre que même moi qui suis bon public pourtant, je n'ai lu ses prédictions qu'en 2008;
en 2009, j'avais déjà compris que je lisais aussi bien dans le marc de mon Nespresso qu'elle dans sa boule de cristal.
Donc, pas folle l'abeille, elle a fait un bilan de compétences je suppose, ou participé à un séminaire agrée par le conseil général d'Eure et Loir de validation des acquis de l'expérience, à l'issue duquel elle a décidé de diversifier ses affaires.
Une vraie reconversion, jugez plutôt: désormais, elle fait dans le désensortilègement d'habitation.
Je le sais, parce que mon bon journal l'Echo-les-bons-tuyaux, toujours à la pointe de l'information, s'interroge, car c'est un journal sérieux qui fait toujours des analyses socio- politiques de tonnerre: la faute à la "crise morale" ou à la "crise économique", hum?
Toujours est-il que, tenez-vous bien mes petits zamis, à Dreux, il y a "de plus en plus" de maisons dans lesquelles des "âmes tourmentées" (de défunts comprenez) viennent prendre possession des "âmes des gens faibles" (vivants, vous suivez?).
Et c'est pas du tout de la blague, ouhlà, attention.
Ça se traduit, pour vous donner une idée, par des phénomènes inexpliqués, genre des gens qui se sentent "très très mal chez eux", et dont "le couloir est glacial en permanence, malgré le chauffage à 21°", ou "des voix qui parlent dans l'ordinateur". Ah, on ne rigole plus là du coup, hein?
Ça peut même aller encore plus loin: je ne voudrais pas vous faire peur, mais dans certains cas extrèmes, on peut même "apercevoir le visage d'un homme à travers la fenêtre". Terrible, hein?
Heureusement, Esméralda, est là.
Parce qu'Esméralda, elle, son job figurez-vous, c'est de "purifier" les lieux et de "résoudre le problème en dix jours" vite fait bien fait. Parfois, elle nettoie la maison, mais aussi ses abords parce que c'est parfois "tout le quartier qui est plombé" l'air de rien.
Ensuite, si "pour les gens la présence de l'âme est toujours là" et qu'ils cherchent à déménager, ce n'est plus son problème, elle, elle a tout nettoyé elle vous dit. Après c'est dans la tête, quoi.
D'ailleurs, un témoin très satisfait de ses services en témoigne, Esméralda elle fait vraiment du bon boulot, la preuve: pendant qu'elle a purifié sa maison, "les murs se sont mis à craquer et le chien du voisin est devenu comme fou". Pourtant, il ne "croit pas à ses trucs-là", c'est dire.
Donc si vous avez un doute pour votre petit chez vous qui serait pas tout à fait feng shui sur les bordures, pas de panique, Esméralda vous explique comment procéder: prenez les lieux en photo, si une tache sombre apparaît en bas du cliché, méfiance méfiance car "l'ombre que vous apercevez en bas des photos, c'est l'âme contrariée d'une femme décédée, sans doute l'ancienne propriétaire des lieux, qui erre parce qu'elle refuse de rejoindre la lumière" .
Par exemple, là, Esméralda, elle a un air solennel parce qu'elle en tient une, de photo d'un lieu contaminé sans aucun doute possible, tu vois:
Ah, tout s'éclaire.
A présent, je me voilà rassurée, je sais que ce n'est pas à cause de la bête féroce, que je soupçonnais de pisser dedans à l'occasion, que mon laurier rose a l'air d'être sacrément mal en point depuis quelque temps, c'est juste une âme maléfique qui lui veut du mal.
Et si je suis diablement constipée en ce moment, ce n'est pas forcément à cause de l'ambiance feutrée à l'école Chacun sa thermos, ce serait plutôt dû aux errements de l'ancienne propriétaire des lieux qui refuse d'aller vers la lumière, et on ne sait même pas pourquoi, en plus.
Tout s'explique, hein, ça soulage quelque part.

Esméralda, encore une fois je te le dis: avec tes lunettes triple foyer, tu m'ouvres les yeux.

lundi 16 février 2009

Où je me suis (encore) ridiculisée.

Là où on voit qu'il est temps que les vacances arrivent parce que la maîtresse, appelons-la B. car elle tient à son anonymat, est vraiment très fatiguée, c'est le jour où, au moment de lire une histoire à ses élèves réunis, telle une rockstar à Woostock, elle zieute derrière son dos par réflexe pour vérifier qu'il y a bien une chaise derrière elle pour poser dignement son derrière (délicat) (oui, tu peux y aller, il y en a bien une), tombe en arrière en plein dans le mille de la caisse à doudous (à moitié vide, la caisse) et se relève avec la caisse toujours accrochée au derrière (plus si délicat)(et dignité zéro, en fin de compte).
26 petits témoins éberlués, certains ayant pris le parti d'en crever de rire, d'autres en ayant été très choqués (plusieurs ont pleuré)(pour leur doudou écrasé, je suppose).
Aucun témoin de plus de trois ans, c'est toujours ça.

mercredi 11 février 2009

J'Echo-République

( Perso: Sandra, ne lis surtout pas ça, ça va te faire du mal.)
L'autre jour, j'ai reçu un coup de fil d'un homme absolument charmant, M. de son prénom, qui m'a troiz-en-un offert spontanément un abonnement gratuit à mon canard favori qui me sera livré tenez-vous bien, gracieusement tous les jours même le week end entre 4 et 7 heures du matin, -je lui ai dit que je n'en demandais pas tant mais il m'a répondu que c'était comme ça chère madame Bellzouzou-, posé mille questions de sa belle voix suave, et fixé un rendez-vous la semaine prochaine en tête à tête pour considérer ensemble l'éventualité de la possibilité facultative que je m'abonnasse peut-être.
Figurez-vous que les nouvelles en ce moment me réjouissent tellement que je l'envisage sérieusement.

Et réjouissez-vous mes zamis, car dès demain, Esméralda fera ici même son grand retour!! (et si c'est pas aujourd'hui, c'est parce que l'Ours a utilisé le journal d'hier pour décorer le bac à crottes de la bête féroce, faut que j'aille piquer l'exemplaire de la médiathèque cet aprèm', vala vala, vous savez tout de ma vie passionnante).

lundi 9 février 2009

Comment la diplomatie vient aux enfants (très petit à petit)

"- Minipuce, à table: tu sais, P. qui nous fait le sport à l'école, il est vieux, ouhla, encore plus vieux que toi, maman.
- Tu veux dire que je suis bien plus jeune que lui, sans doute, hmm?
- (semblant comprendre sa bévue, rassurante): mais oui, tu es plus jeune que lui je crois, mais c'est que lui, il a des plis derrière les yeux comme toi, mais encore plus, tu vois."

vendredi 6 février 2009

Ben mes petits zamis, c'est promis, je vais songer à reviendre un de ces jours. J'aurais peut-être des choses à vous raconter, genre comment j'ai plaisanté avec Serpillère molle sous prozac hier soir (l'écrire me donne des frissons).
Ou mes énervations avec certains parents pour des histoires de bonnet perdu ou de cahiers qui reviennent systématiquement non signés, même pas sortis du sac pour tout dire, ou qui ne reviennent pas du tout mais non on ne les a pas perdus, c'est l'école qui ne nous les a jamais donnés.
Ou mes élèves qui ne dorment pas assez chez eux, qui font 7 heures 30/ 18 heures 30 non stop à l'école à deux ans et demi, qui ne mangent pas le matin avant de venir, qu'on envoie malades à l'école un suppo dans le derrière juste avant de partir et ça ira bien comme ça. Ceux qui se tapent dessus et ceux qui me tapent dessus tout pareil;
Pis j'ai allumé ma télé deux minutes hier soir, deux minutes seulement je le jure, je suis tombée pile poil là où Sarkosy disait qu'il y avait beaucoup beaucoup moins d'élèves qu'avant et beaucoup beaucoup trop d'enseignants (c'était très précis tout ça), j'ai commencé à me demander combien, alors on a 30 mioches par classe et qu'on est trop, on en aura une fois qu'on sera juste assez selon lui, mais j'ai renoncé et j'ai éteint; un jour peut-être je vous dirai qu'être maîtresse en ce moment, ça me pèse.

mercredi 4 février 2009

Globe huleux

Dire que je venais pour féliciter mon fils de savoir désormais travailler sérieusement seul dans sa chambre (soupir).
Droit de réponse de l'intéressé: "oui, ben tu peux te moquer de moi, n'empêche que l'autre jour, en cours de français, quand il a fallu expliquer ce qu'était un binocle, eh ben il m'a été bien utile, mon taille-crayon, je te signale et la prof elle a rigolé et elle a dit que c'était tout à fait ça!!!"

lundi 2 février 2009

Sa majesté mal couronnée.

Il est de bon ton et de saison au mois de janvier sur les blogs de mamans de montrer les couronnes school made de la chair de sa chair.
C'est toujours émouvant, hum, même si mon oeil de professionnelle ne peut s'empêcher de commenter in petto Eh ben dis donc, elle s'est pas foulé la maîtresse, découpage du contour par l'ATSEM et collage de trois goMettes par le mioche, c'est du propre, tiens.
Ou Bah, modèle de "La classe maternelle" de janvier 1994, rien de neuf sous le soleil.
Mais cette année mes zamis, je vais faire tout pareil, actualité oblige, je vais vous montrer la couronne de ma fille.
Parce qu'elle le vaut bien (la couronne).
Sans mentir, je crois qu'en toute objectivité, on peut lui décerner le titre de couronne la plusse moche du monde. Ou la plusse bancale. Ou la plusse qui ressemble à rien.
Elle est même limite dégoûtante, je trouve.
Et encore: elle a un petit je ne sais quoi d'émouvant, puisque c'est ma Puceminus qui l'a faite, mais je n'ose pas me représenter mentalement la couronne de ses petits copains de classe, voyez.

dimanche 1 février 2009

La nostalgie.

Elle est toujours ce qu'elle était, j'en ai bien peur, Simone. Aujourd'hui, on a retiré les roulettes du vélo de Puceminus qui n'a pas traîné pour rouler toute seule, en deux coups de pédale à pot c'était fait.
[Je repense à toutes les premières fois de vélo sans roulette de mes enfants, ceux de Brisefer dans la cour de l'école où nous habitions, ceux de Minipuce dans le jardin des aïeux Bellzouzou, je m'en souviens comme si c'était hier, mieux que de leurs premiers pas, tiens.]

Et je me dis que c'est pas possible, ça se peut pas que ce soit la dernière fois. La fierté au coin de l'oeil, ce pincement au coeur, Ça y est, elle m'échappe encore un peu plus, les encouragements, les applaudissements sur le trottoir Al-lez Puce-minus!! mais qu'est ce que tu es grande depuis que tu as cinq ans, regarde, ça y est: papa te lache, papa ne te tient plus, tu fais du vélo toute seule, tagadatsoïsoï (musique de la pom- pom girl) c'te grand jour!!! et la rigolade de voir l'Ours courir 50 longueurs de rue aller et retour au petit trot à côté du petit vélo la main au-dessus de l'épaule prête à bondir Allez, vas-y, pédale à fond la caisse! Ah ça, mais regarde devant toi!! Tiens ton guidon, mais tiens ton guidon je te diiiis!!! ça aussi, ça serait la dernière fois?

Oui, la nostalgie est toujours ce qu'elle était.
Et l'ingratitude des enfants qui grandissent contre notre gré est un puits sans fond, médite plutôt là-dessus, Simone.