Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

vendredi 31 mai 2013

En vrac et très mal rangé comme d'hab'


- Semaine poney avec mes petits élèves.
[Sache-le, une semaine poney, c'est toujours une semaine de grooosses rigolades. Le plusse qu'on rigole c'est quand le poney sort son zizi (oooh my god) pour doublepiter, mais le doubleca dans son genre c'est chouette aussi, on peut alors faire pouah très fort et très longtemps en se pinçant le nez, gronder le canasson parce c'est très méchant quand même de faire caca par terre, et s'amuser à sauter par dessus avec ses bottes.]
On apprend aussi à gérer sa frustration, surtout le premier jour, quand on doit se contenter de monter sur la bête attachée à son poteau (mon grand rêve, perso, monter sur une bête attachée à un poteau, soit dit en passant) (ça reste entre nous), et de faire des figures sur son dos. Mon petit Y, par exemple, ça l'a pas mal énervé cette histoire:
" - pffffff! n'importe quoi, c'est pas  du tout ça, le poney!
- ah bon? alors c'est quoi, le poney, dis-nous?
-  (énervé que je sois si bête) ben le poney, faut pas rester là comme ça, faut pédaler!!!"

Là où on rigole aussi, c'est les mamans qui nous accompagnent en toilette grande tenue, frou frous sac à main et talons hauts (ça s'est vu aussi) pour patauger dans la bouillasse du manège, celles qui découvrent un peu tard qu'il faut tenir le canasson et pas forcément celui que monte son gosse, que parfois il pleut il vente et il fait froid bon sang, qu'elles sont allergiques aux poils ou qu'elles n'aiment pas du tout les chevaux en fait, celles qui se font bouffer les boutons de manteau par un poney mal commode.

Enfin bref, on rigole toute la semaine, du matin jusqu'au soir. Ouais, même dans le car au retour, on se marre.  Hier soir par exemple, quand le ciel était tout couvert, qu'il faisait lourd, presque orageux et que A. nous a dit bien ennuyé:
"- maîtresse, il y a une bombe!!
- mais non, c'est le ciel, ne t'inquiète pas.
- maîtresse, il y a une bombe, je sens qu'il y a une bombe, je te dis!!" [au secours, où ai-je donc caché mon Vigipirate??]
(il y avait bien une bombe, la sienne, restée coincée dans la capuche de son ciré.)


- Sinon, j'ai l'honneur d'annoncer  tout ce qu'il y a de plus solennel que demain
tadaam
( c'est pas de la blague)
venez pas dire que vous n'avez pas été prévenus.

- et aussi, et après j'arrête avec mes bêtises, vous trouvez pas ça bizarre que le (grand) jour où je décide fermement d'arrêter le chocolat je reçoive un pourriel qui me propose de maigrir avec la méthode chocolat. Sans blague, je suis si prévisible que ça?

mardi 28 mai 2013

Suis la logique implacable de Minipuce:

" pfffff! nan mais pourquoi je dois faire autant (sic) d'exos de physique, moi? je veux pas devenir philosophe plus tard, alors à quoi ça sert, hein?"


samedi 25 mai 2013

 Insecte. Infecte.



HEU-REU-SE-MENT qu'on avait eu la bonne idée de fixer le carnaval à très tard cette année, le 24 mai genre, histoire d'être sûrs d'avoir beau temps -ce serait bien le diable, quand même, s'il ne faisait pas beau, pire: s'il pleuvait dru et caillait dur fin mai, hein? on n'aura pas besoin des manteaux sous les costumes, pis pas de risque que la gouache dégouline partout non plus. Non vraiment: une riche idée qu'on avait eue.

mardi 21 mai 2013

(Encore) du Chiflet pour faire bonne bouche.

 
Mine de rien Jean-Damien et incognitos Juan Carlos, je continue de me cultiver sévère pour briller à mort  en société avec le troisième tome de
En vrac et bien rangé, -pas comme chez moi-, 
des définitions (un boustrophédon, tu le savais, toi, ce que ce n'était pas un animal préhistorique, par exemple?),
des devinettes ( pose-en une à ton nenfant chaque fois qu'il te propose un monsieur et Madame ont un fils comment s'appelle-t-il et tu as la paix tout de suite, c'est chouette,
il y en a des certaines qui ont leur bombe à chantilly toujours sous la main,
mais ça marche aussi avec un bon Chiflet, je te ferais dire),
des gros mots qui n'en sont pas en fait (le concuvi par exemple, ce n'est pas du tout ce que tu penses, mais une règle d'orthotypographie élémentaire, petit queuchon va),
des noms propres devenus communs (c'est malin) 
des citations latines juste ce qu'il faut (pas trop), 
des questions existentielles (faut-il parler de jeûne ou d'abstinence, hum?),
quelques pages people ( Madame de Staël avait la manie de rouler sous ses doigts une boulette de mie de pain en écrivant, et Barbey d'Aurevilly s'habillait en diable rouge
 A mon avis, tout ça c'était purement sexouel, si tu veux mon avis)
de la grammaire (toutes les subtilités de la négation subordonnée)
(nan mais quelle vicieuse, celle-là).
Mais ce qui me fait rigoler le plus fort, ce sont les mots qui devraient exister:
 bipade par exemple, n.m nouveau bipède ne pouvant marcher sans se servir de son IPad;
 ou encore
insuportable n.m portable employé dans les moyens de transport et qui dérangent tous les voisins avec des conversations anodines.
 
Rigolo, instructif, et plein de fantaisie, donc, si tu veux mon avis.
Et si en plus de mon avis tu veux gagner un exemplaire, ben fais-le savoir dans les com' et Puceminus l'Innocence sur pattes, encore elle, tirera le nom de deux gagnants
de sa blanche main
pas plus tard que
très bientôt.
 
 
COLOMBE et LA NOIRAUDE,  l'Innocence sur pattes vous a désignées, envoyez-moi vos adresses postales.
 

lundi 20 mai 2013

le mot de la fin


par Bellzouzou l'aïeul, pour résumer ce long week end de Toussaint Pentecôte:
"pour un week end raté, c'était plutôt réussi, mais pour un week end réussi, c'était plutôt raté"

[note à approfondir: ne jamais, jamais, jamais aller en Normandie un week end de Pentecôte.]

samedi 18 mai 2013

paix à son âme

ce matin, dans mon légendaire Echo Républicain de par chez moi:



(Elle était pas vernie du patronyme.)

jeudi 16 mai 2013

Je vais l'dire à ma mère.


Ma petite M. ce matin:"-tu sais maîtresse pourquoi je suis pas venue l'autre jour, à l'école?
-  non, pourquoi?
- parce que maman elle a dit que je venais pas.
- ah, ok."
 
 
( Mamaaaaaaaaan, tu peux dire toi aussi que je viens pas demain????)

mercredi 15 mai 2013

La bande des quarantenaires-et fières-de-l'être.

Nan mais vous vous rendez compte que je connais une quelqu'une qui a fêté les 40 ans de tout le monde, (mais pas les miens, vu que je ne les ai pas encore suis pas prête de les avoir) et qui pensait que son tour ne viendrait jamais, et que quand il viendrait quand même, elle pourrait impunément se dispenser de le célébrer, genre en se cloitrant chez elle après avoir décrété que non non non pas question que je fête quoi que ce soit, je ne veux voir personne ce jour-là, foutez-moi la paix et laissez-moi vieillir tranquille.
 
 Mais ça, c'était sans compter la bande des quarantenaires-et-fières de l'être, celle qui entre par surprise à la nuit tombante chez les mauvaises joueuses pour les rappeler à leurs obligations.

 
40 bougies ça fait du monde.
et ça laisse des traces.

Tiens, prends tes 40 ans dans les dents comme tout le monde, ma vieille. Nan mais oh.

dimanche 12 mai 2013

niouses ( avec de l'oeil de Moscou de la bête féroce, du George et un peu de ce qui reste de mes nichons à l'intérieur)

Copyright Minipuce, qui fait de bien jolies photos, je trouve.
- si ce n'est que que le sujet ne change pas beaucoup,
même la bête féroce en a marre de prendre la pose-.

Mes petits zamis, si je vous ai un peu laissés tomber ces derniers jours, c'est parce que j'ai été très occupée à lire un livre sur George qu'on m'a très spontanément offert sur un vide-grenier, George Clooney Gentleman acteur ça s'appelle, tout un programme. Ça m'a pris du temps de le lire, parce que c'était encore pire que de la crotte en barre, tellement que je m'endormais dessus (nan mais: je m'endormais vraiment), mais je suis allée jusqu'au bout par amour pour lui, faut-il que je l'aime hein, (d'autant que de sa vie son œuvre je me fous royale, moi ce que je voulais c'était des photos de lui et croyez-moi si vous voulez les quelques photos à l'intérieur sont moches. si),  tout pareil que l'autre soir, quand j'ai regardé sur arte Adjani l'idole de ma jeunesse et que je me demandais pourquoi j'éteignais pas tout de suite tellement elle m'exaspérait à s'écouter parler en levant les yeux aux ciel sans regarder personne. Je suis trop sentimentale, je crois.

Ah et pis mon fils a obtenu son code et depuis je m'entraîne à serrer les fesses et ça prend du temps mine de rien, en prévision de la conduite accompagnée qui arrive à toute blinde (le rêve le plusse fou de Brisefer depuis tout petit, c'est de conduire avec les genoux, je vous l'ai déjà dit?)

Ah et pis j'ai été inspectée, aussi. Ma foi, rien de bien folichon à vous raconter cette fois-ci, j'en ai bien peur, sinon un petit qui est entré dans la classe en disant devant son père, l'inspectrice et la maîtresse que ce matin, ben tu sais, ma maman elle était fâchée, elle a mordu mon papa. La tête du père, la tête de l'inspectrice, la tête de la maîtresse. Tu nous raconteras tout ça plus tard, mon chaton, va accrocher ton manteau au vestiaire veux-tu.

Ah et pis l'après-midi-même, pendant la récréation, alors que je me remettais tout juste de mes émotions affalée sur mon banc, une petite section me zieutait les seins d'un air insistant, j'ai pas eu le temps de lui demander si elle voulait connaître ma taille de bonnet qu'elle me les empoignait à pleines mains en tirant dessus. Qu'est-ce que j'ai fait au petit Djézusse pour qu'ils en aient comme ça après mes nichons à l'école, je me demande. Maintenant j'ai les seins qui pendent comme des chaussettes dans lesquelles on aurait mis des cailloux, qu'on vienne pas me dire qu'on fait pas un métier difficile, hein.

Alors vous voyez bien qu'avec mes aventures plus palpitantes les unes que les autres j'ai pas eu une minute à moi, mais aujourd'hui Bellzouzou est de retour, et ça va pulser, oh yeah.