Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

lundi 26 novembre 2012

Qui dit mieux?

Parce que ça ne va pas fort chez les copines en ce moment, je propose un petit jeu-concours (dites: "ouaaais!!!!") rigolo, parce qu'on a besoin de se détendre, hein, mais sérieux tout de même, je suis maîtresse, je vous rappelle.
 Mon concours est un concours "jeunes talents" , mais pour être tout à fait précise, je l'ai intitulé "Qui a le gosse le plusse pénible?"

Je pense ne pas avoir besoin de faire un dessin, néanmoins je précise, à toutes fins utiles:
1) que nous tiendrons compte de l'âge du-dit mioche pour évaluer son degré de chiantitude.
2) qu'il n'y a rien à gagner, sinon la compassion de tous.
3) que les mères de Copé et Fillon sont hors concours, bien évidemment.
4) que tout le monde peut participer, mais que je suis sûre de gagner. (Soyez joueur et tentez votre chance, mais la barre est haute, quoi.)
 
Bref, ma petite participation à moi:
Brisefer mon fils (bientôt 16 ans, entré au lycée il y a peu, pas loin d'1 m 80 à la louche et sans ses godasses) s'amuse à rouler consciencieusement ses crottes de nez pour les accrocher sur la porte de la chambre de sa soeur cadette - et provoquer ainsi ses huuurlements striiidents, est-il besoin de le préciser?-.

Alooors, qui dit mieux?

mercredi 21 novembre 2012

En vrac et pas rangé dans les coins sombres (et avec pas mal de ratures).


- Je me disais ce midi, rentrant d'une grand'messe pédagogique, que le seul bénéfice que j'en retire, c'est que je suis au chaud alors que dehors il fait froid   que parfois par la fenêtre je vois passer un écureuil    que je croise les copines     que j'ai laaaargement le temps de penser à mes menus pour la semaine  que j'apprends parfois un truc ou deux. (Plutôt un. )
 Tiens,aujourd'hui, j'ai appris que pour aider un élève à développer son langage, il fallait reformuler. (sans blague? je l'ignorais.) Reformuler, c'est le maître-mot, sache-le.
Exemple: un élève te dit maîcresse, je peux yaller au pipi?(on a beaucoup parlé pipi caca,  mais entre professionnels de la maternelle, on ne peut pas s'en empêcher, tu sais) tu lui réponds mais oui, bien sûr, tu peux aller aux toilettes (répondre toujours au niveau de l'enfant, entendez: ni au dessus ni en deça de ses capacités langagières).
 Seulement maintenant, c'est malin, je me pose une autre question, que jamais j'aurais imaginé me poser un jour (ça sert à ça, il paraît, les grand'messes pédagogiques). La question que je me pose, et que je n'ai pas osé poser à la conférencière, c'est s'il faut reformuler partout, tout le temps, dans tous les cas. Tiens, j'ai cette année dans ma classe un élève qui me demande régulièrement s'il peut aller faire ses selles, faut-il que je reformule en mais oui bien sûr, tu peux aller faire caca?

- L'Ours-mon-mari il est pas à prendre avec des pincettes en ce moment je vous ferais dire, sa piscine est fermée pour dix jours-grands Dieux, mais sa dose d'endorphines, alors? alors il court, bien que ça lui fasse mal aux genoux et réveille ses téhemesses. Et comme il n'a vraiment aucune fierté aucun équipement pour courir (en maillots et lunettes de bain il est bien pourvu en revanche, et très bien outillé pour tout le reste aussi, merci), il court avec un vieux bas de pyjama en pilou. Il ne voit pas où est le problème, d'ailleurs. Mais moi si. Si quelqu'un te voit dans cette tenue, je meurs, je lui ai dit. Personne ne me verra qu'il m'a répondu, je suis discret.
Tellement que ce matin, (à la grand'messe, donc), une collègue [nouvellement promue en haut de la pyramide de l'Educ Nat', mère de la plus grande copine de Brisefer depuis toujours, avec qui j'envisage régulièrement de partager bientôt un jour mes petits-enfants, et qui lit ce blog ( bref pas.n'importe.qui) ] qui me dit, sourire en coin, que tiens au fait j'ai vu ton homme en pyjama en pilou courir hier.

(- Plutôt que de zieuter les hommes qui font leur jogging en petite tenue, elle ferait mieux de répondre à ma question ci-dessus sur la reformulation, on est bien d'accord.)

dimanche 18 novembre 2012

ça sent mauvais.

Je sais pas vous, mais perso je comprends pleinement l'envie des couples gays et lesbiens d'avoir droit à la différence comme à l'indifférence, celle de se marier si ça leur chante et d'avoir des enfants si ça les amuse de se faire, comme les hétéros, enquiquinner par un morveux pour 25 ans au moins leur chante aussi. Ça ne me fait pas peur.
Ce qui me fait peur, c'est la violence des extrémistes cathos bien pensants, bleu-blanc-rouge et croix chrétiennes, les banderoles siglées de fleurs de lys, la famille PME (père mère enfant) revendiquée comme le seul modèle acceptable.
C'est la dernière chose dont je veuille, moi, une famille PME. Une FTC (famille tout court), ça suffira, merci.

vendredi 16 novembre 2012

Ce que j'en dis (et comment je le dis).

                                     
" Ce soir à l'heure des mamans:  "comment ça va, ma fille en classe? elle écoute bien, elle est bien attentionnée quand vous dites quelque chose?"

Et non, je ne me moque pas des gens qui ne parlent pas bien la France, ce serait même l'Hôpital qui se moquerait de la Charité, tiens, la preuve, cette réponse d'Easy*jet à ma réclamation auprès du service après-vente, réclamation faite en bonne et due forme, et dans mon français le plusse châtié, tu penses bien (moi je le pensais, en tout cas):

"Dear [Bellzouzou],
(...) I am sorry to say that we do not support Dutch language at out contact centre and hence request you to send your email in either of the following languages : Spanish, German, English, Italian or French.
Upon receiving the email in either of the above languages, we will be glad to assist you further."
Un semaine et me vlà déjà bien fatigationnée, en tous cas.

samedi 10 novembre 2012

Voir Ven*ise et mourir de plaisir (avec un proverbe vénitien en guise de conclusion).


Quatre jours en doudou-croque-love avec l'Ours, à arpenter les ponzécanaux.
Les boules de Casanova ont valsé, je te dis que ça
(les pallone di Casanova sont une douceur typique de Ven*ise,
je précise, pour ma mère)

                   La veille du départ, on a vu Veni*se sous les grandes eaux à la télé.
On a donc emporté nos bottes qui prenaient toute la place et pesaient dans la valise l'équivalent de trois ânes morts chacune (calcule le poids de la valise)(le couple Bellzouzou, le seul du monde à posséder des bottes en caoutchouc lourdes). Résultat:  on ne les a même jamais sorties de la valise, pas parce qu'elles étaient trop lourdes, mais parce que d'aqua alta on n'a jamais vu.
On était pourtant partis en grands aventuriers, avec nos bottes, imagine un peu.
C'est un scandale, (Liliane, fais les valises!)
Un temps magnifique en revanche, ah ça oui, pff.




Nous avons tant marché qu'en rentrant chaque soir à l'hôtel,
tu lis bien:chaque soir,
 en retirant mes chaussures, j'avais un trou dans la chaussette.
 (Amour, Gloire et Beauté)


 (pourtant je changeais chaque matin de chaussette,
merci de demander).






 Luxe (pas d'enfants), Calme (pas d'enfants) et Volupté (pas d'enfants)





 
Me suis-je bien fait comprendre?

 
Edit du dimanche soir:
 je sais pas ce que vous en pensez, mais quand j'apprends que ça,
deux jours seulement après notre retour,
je me dis qu'
on a eu le cul (un peu)
bordé de pâtes.