Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

vendredi 23 décembre 2011

Le tournoi des z(h)éros.

L'autre soir, c'était "tournoi famille" annuel du club de ping'. A savoir: un licencié du club en culotte courte ou longue invite un membre de sa famille non licencié à jouer avec lui contre 36 autres équipes lors d'un tournoi endiablé, bon esprit et bonne ambiance assurés.

Brisefer, par élimination il faut bien le dire, avait choisi son père.
Après avoir longuement briefé son paternel sur le thème "je te préviens, tu joues bien, hein, tu t'appliques, tu ne fais pas ton baba cool, si tu m'fiches la honte, j'te préviens, je m'en vais!!!", (bon esprit assuré en effet), il a fallu choisir the tenue coordonnée et originale réclamée par les organisateurs. Là ça a été une autre paire de manche de raquettes, l'Ours souhaitant porter son tee shirt supertoro pour impressionner ses adversaires, tandis que le fils n'avait aucune envie de jouer les superveaux, que les deux n'avaient pas un seul tee shirt de la même couleur, que le grand voulait jouer en jeans par peur panique d'avoir froid dans le gymnase, que le petit voulait qu'il portent tous les deux un bonnet de Père Noël ce que le grand refusait obstinément.
Ils sont partis à la bourre et à moitié fâchés, moi je dis ça commençait bien, l'esprit d'équipe, hein. Bonne ambiance assurée, ah oui.
Eh ben mes z(h)éros sont rentrés la balle aux raquettes à picots, 3èmes après l'équipe du champion du club classé 35ème français nan mais tu t'rends compte? et celle de l'entraîneur qu'a triché paske son copain il était superfort c'est pas possib' qu'y soit pas licencié dans un club kekpar.


Et avec une merveilleuse récompense que, tiens, sans rire, l'an prochain, je leur en greffe une chacun sur l'oreille ou entre les trous de nez, et on la tient, notre tenue originale et coordonnée.

lundi 19 décembre 2011

In the mood for love?

Ben juste pour vous dire que le Christmas Spirit, cette année comme les autres, c'est pas ça, hein. Y a qu'à voir la tronche du Père Noël au goûter de l'école pour le comprendre tout de suite (ça s'arrange pas, hein) Ah, ils ont le coeur bien accroché, nos gosses, je trouve.

jeudi 15 décembre 2011

Mauvaise blague.

Eh, maîtresse, tu plaisantais ce midi, j'espère, quand tu m'as rendu Puceminus toute blanchette en me disant qu'elle avait mal au ventre et que je pouvais la garder au chaud cet après-midi? Non parce que si tu voulais la faire pleurer encore c'était bien joué, hein. Et elle a suffisamment pleuré la semaine dernière d'avoir été obligée de rater deux jours, je te signale. Deux jours, hein. Alors, sérieux, tu la vois rater encore toute une après-midi?? à la veille des vacances? quinze jours sans école, nan mais tu te rends compte?? Tu la persécutes, je crois.
Mais tu la connaissais mal: elle s'est très courageusement pincé le nez très fort pour avaler d'un coup un grand verre de lait froid* -et terriblement mauvais: sans cacao, tu réalises?-, et hop-là! envolées les crampes d'estomac** et roule ma poule! à l'école ohyeah!
* la seule parole sensée que j'aie jamais héritée de ma belle-mère. Avec Petits enfants petits soucis, grands enfants...
** dire que je hais quand les parents d'élèves viennent me dire:" il est malade, mais il pleurait tellement pour venir à l'école que je vous le mets quand même!", hu hu.

mardi 13 décembre 2011

Y a de l'espoâr (de l'amour courtois dans ma classe).

Figurez-vous que ce matin, j'ai vu de mes yeux vu trois petits gars de ma classe de gars un genou à terre dans la position du chevalier servant devant une petite cocotte (je n'ai pas eu le temps d'entendre ce qu'ils lui disaient, à mon grand regret, ça devait être pas piqué des vers si vous voulez mon avis), c'est bien la preuve qu'on peut devenir civilisé en un rien de temps.

dimanche 11 décembre 2011

L'histoire du pingouin qui avait émigré en Amérique.

(Vous allez dire que je le persécute) (vous avez tout à fait raison) (mais vous allez voir que j'ai de bonnes raisons pour ça).
Brisefer mon fils a beau pratiquer l'anglais depuis quelque chose comme 4 ans, se vanter d'être plein de bon sens et d'instinct, toussa, (on ne va pas remettre ça sur le tapis, hein), il n'en reste pas moins capable de traduire un texte d'une simplicité enfantine, je cite:
(...) the Pilgrims decided to move to America because they were persecuted by the king of England because of their religion. They traveled in a boat called "the Mayflower"(...)
par une sombre histoire de Pingouins persécutés par le roi d'Angleterre à cause de leur religion qui avaient fui pour l'Amérique sur un navire. Sans que ça l'interpelle quelque part le moins du monde, hein.
En troisième. Bientôt 15 ans. Qu'est-ce que j'ai bien pu faire au ptit Djézusse pour mériter ça, non mais diteuh-le moi.

vendredi 9 décembre 2011

Le chignon racé de Minipuce.

Entre Brisefer et sa tignasse et Minipuce et son chignon, c'est que je suis pas vernie du capillaire héréditaire, moi.

Figurez-vous que Minipuce passe dans la salle de bain le matin un (tellement) long temps (que je me demande chaque fois si elle n'est pas morte d'hydrocution pendant que je me lave les dents dans l'évier de la cuisine), et qu'elle en sort avec deuzennun un chignon bien serré sur la nuque et une mèche rebelle et sauvage quoique pourtant savamment lissée qui lui retombe en friche tout droit sur la moitié du visage. C'est un genre, hein. Gné? je lui ai dit, c'est quoi comme genre, justement, punk alternatif, grunge de la grange, électro-magnétique, fantasy fantasmagorique, plutôt coercitif ou incitatif, ou bien quoi, ta coiffure? n'importe quoi, c'est de ma propre invention je te signale, et puis tu sais pas ce qui est beau et tu vas me faire louper mon bus, en plus, elle m'a répondu.

dimanche 4 décembre 2011

Brisefer le malin.

On savait que Brisefer, dans les moments difficiles, comptait beaucoup sur son "bon sens", [pour mémoire, son argument choc, c'est rien de moins que: Mais pourquoi tu veux que je réviiise?? le prof, il a dit que ça servait à rien d'apprendre le cours, les questions du contrôle, ça sera que des questions de bon sens, tu comprends? ], ce qu'on ignorait c'est qu'il convoquait également à l'occas' son ami "l'instinct", et tout particulièrement en ce dernier week end de révisions de brevet blanc, tiens tiens. Pas besoin d'apprendre la règle des deux m chez les adverbes, me disait-il donc, pas la peine: je fais à l'instinct, moi. Sauf que dès le premier mot de la liste que je lui épelai (intelligemment, on aurait voulu le faire exprès, hein?), bah Monsieur Bonsens et Monsieur Instinct, ils s'étaient fait la malle tous les deux, dis donc.