Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

vendredi 12 avril 2013

En vrac et en pas rangé dans les recoins (mais pas très long, heureusement).

- A midi, l'infirmière du lycée m'appelle pour me dire qu'elle garde avec elle pour l'après-midi  en observation mon fils qui a reçu derrière la tête un coup de genou au rugby le matin même. Il est aller manger, mais il est venu me voir ensuite, le pauvre, il avait mal à la tête. Passez-le moi, je lui ai dit. Alors mon pauvre coco, tu as très mal à la tête, au point de devoir passer l'après-midi à l'infirmerie plutôt que devant ton grand devoir sur table de maths coeff.4 (hé hé!), c'est bien dommage que tu sois si malade: tu ne pourras pas aller voir la grande finale de ton équipe de ping ce soir et la fiesta qui va avec, dis donc. Ah si, tu penses que tu iras mieux, dis-tu? Repasse-moi l'infirmière.
Un Brisefer qui mange est un Brisefer qui va bien et un Brisefer qui a mal à la tête est un Brisefer qui a un gros D.S de maths (proverbe de chez nous)

- Puceminus, en colère: ah ben c'est malin, j'ai failli le dire, quand la maîtresse m'a interrogée!!! [ son père lui faisait réviser sa poésie, d'un certain Jean-Paul Labousse, en complétant chaque fois d'un "de vache" (humour de chez nous) (ne vous sentez pas obligés de commenter)(vous me ferez plaisir).

- A l'école, aujourd'hui, la remplaçante de la  remplaçante de la collègue malade était malade, vous z'auriez vu le désespoir de certains parents -au foyer- à l'idée de devoir garder leur enfant toute la journée chez eux, mandieumandieu. La palme à la mère qui nous a dit devant ses filles, joignant le geste à la parole, que "nan mais garder les trois [enfants, ndlr] à la maison, je me tire une balle dans la tête".

- C'est bien dommage que j'aye pas eu mon appareil photo sur moi tout à l'heure pour vous montrer les montagnes de purin déversées par les éleveurs de près de chez nous devant la préfecture de Chartrescityville. Ça embaumait la bonne odeur jusque dans les classes, on se sentait vraiment en vacances comme chez mamie Georgette de Saint-André-Goule-d'Oie  [ Vendée profonde].
 
 

lundi 8 avril 2013

Le jour où la terre a failli s'arrêter de tourner.

C'était un matin ordinaire, ou presque: une des filles est à Prague pour la semaine avec sa classe, la maison semble un peu vide, on a du mal à mettre seulement quatre couverts sur la table, des conneries comme ça. C'était un matin ordinaire, il faisait beau, on partait à l'école un peu en retard, songeant aux petites choses de la journée à venir. Et puis le titre sur France info, un car scolaire accidenté au petit matin, non, en Tchéquie, pourvu que, du côté de Prague, faites que, un mort de nombreux blessés.
 
Ce matin, après la panique, après le coup de fil au collège, j'ai laissé un texto à ma mère pour lui dire de ne pas s'inquiéter, elle l'a lu en se réveillant, elle ne savait pas qu'il y avait eu un accident. Mon père, levé aux aurores comme chaque matin, le savait, lui.
 
Aujourd'hui, je pense à cet autre grand-père qui s'est levé un matin ordinaire, a entendu la nouvelle à la radio, a attendu dans l'angoisse qu'on lui envoie un petit mot qui lui dirait que sa petite-fille n'était pas concernée par l'accident. Je pense à cet homme pour qui la terre s'est arrêtée de tourner aujourd'hui.

vendredi 5 avril 2013

Brèves à la manière d'Une vie de prof *

* c'est par ici, j'adore.


Quand j'ai 9 élèves absents [un mercredi de rattrapage d'on ne sait même plus quels jours on nous a soi-disant "donnés"
(on nous avait donné des jours? quels jours?),
alors que mes collègues font le plein comme d'hab'.



Quand j'ai fini de remplir les petites cases des évaluations

 



Quand un élève m'appelle "Mamie!"

 

Quand un parent d'élève me souhaite "bon courage!" le matin en me laissant son gosse

 

Quand on me parle du retour de la semaine à 4 jours et demi


 




Quand je rentre de l'école un vendredi soir,
et que toute la journée il a neigé
non stop
à ne pas pouvoir mettre un mouflet dehors
(non, même pas 5 minutes)
 (et que la neige, c'est un 5 avril, en plus).
 

lundi 1 avril 2013

Comment j'ai bouclé ma ceinture (noire).

Quand la maîtresse de Puceminus a fait passer un mot dans les cahiers pour demander si on le sentait de coudre une ceinture pour la danse de son enfant et si oui, de venir la voir un soir après l'école pour qu'elle nous explique tout bien comme il faut, j'ai fait la morte.
Je le sentais pas, quoi, c'est mon droit.
(Et puis, en matière de costume de danse, ça va, j'ai des antécédents, je vous signale.)
 
Mais bon, c'était pour l'école, une chorégraphie de maîtresse homologuée en bonne et due forme (la maîtresse), hein, alors quand Puceminus m'a dit, larmichouille à l'œil, que tout le monde avait sa ceinture une maman qui avait accepté de lui coudre sa ceinture, je la sentais toujours pas cette histoire de ceinture, mais je suis allée voir la maîtresse pour qu'elle m'explique tout bien comme il faut. Avant de partir j'ai envoyé un texto à ma mère pour lui dire qu'il allait y avoir de la couture à faire, qu'elle se prépare.
 
A l'école, j'ai tout de suite été inquiète, parce que la maîtresse a dit que ne vous inquiétez pas c'était très facile à faire. Ensuite, elle m'a montré la chose, et j'ai été rassurée, j'ai vu que c'était vraiment facile, en fait.
Surprenant, original, mais facile. Et de toute beauté, encore plus beau que ce que m'en avait dit Puceminus, des étoiles  plein les yeux.
J'ai envoyé un texto à ma mère pour lui dire de dormir sur ses deux oreilles. Mais que par contre, Bellzouzou l'aïeul, lui, il allait devoir boire et boire et boire encore de la Bad*oit, nous on n'aime pas ça, je t'expliquerai, mais dis-lui de commencer tout de suite.

La ceinture de la maîtresse, plus originale ça se peut pas. Baloo avait bien eu un peu la même idée de base, mais la maîtresse l'a quand même vachement perfectionnée, et Baloo peut aller se rhabiller.
 
 
L'idée de la maîtresse, personne n'a jamais pu l'avoir avant elle, même pas Baloo donc, et c'est pour ça qu'elle est vraiment géniale, moi je dis, c'est de faire une ceinture avec des bouteilles.
De Bad*oit, donc.
(tu n'as pas la berlue, non).
( L'imagination des maîtresse est féconde, mais féconde, à un point que je ne soupçonnais même pas, et vous non plus d'ailleurs j'en suis sûre.)
 
J'ai été enthousiasmée. Je me suis tout de suite mise à l'ouvrage. Une ceinture en bouteilles de Bad*oit, tu n'en fais qu'une dans une vie et tu n'as qu'une vie, je te rappelle, donc tu t'y mets tout de suite. De son côté, L'aïeul buvait, buvait, buvait, je te dis que ça.
 
L'Ours était tout intrigué au début, il a cru que je me faisais un petit porte-jarretelle.


C'est bientôt que tu entres en scène, je vais bientôt avoir besoin de tes talents je lui ai dit, il était tout émoustillé.





Il a été un peu déçu, je pense, mais il aime sortir sa perceuse pour les grandes occasions,
et si c'en était pas une ça, qu'est-ce que c'est.

 
Ma Puceminus, elle est pas peu fière de faire partie de la confrérie des heureux possesseurs de ceinture de bouteilles de bad*oit , parce que c'est pas donné à tout le monde, vous pensez.
(et si la maîtresse elle signe pas la choré la plusse réussie de tous les temps, Bellzouzou l'aïeul il passe à la Vittel.)