Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mardi 30 juin 2009

Tricotage. (si on m'avait dit un jour qu'on causerait tricot sur ce blog, hein).

Vous y croyez, vous, que mon petit mecton, la terreur des faubourgs, l'autre jour au bord d'un étang, il a reçu sa première leçon de tricotage? et pas de n'importe qui la leçon ouhlaaa, c'est Fred la fée herself qui s'y est collée, même qu'elle a dit qu'il était doué mon fils et qu'il irait loin et que pisque c'était comme ça, vu qu'il fayotait à mort en lui posant tout plein de questions, elle l'autorisait à se joindre à nous le lundi soir pour notre tricothé hebdo, ( elles -elle, elle, elle-, elles tricotent, moi je bois du thé et toutes, on potine, à moooort.) Et parce que c'est vous et parce que je n'ai vraiment pas grand'chose à vous raconter en ce moment ne me dites pas que vous n'aviez pas remarqué, en totale exclus' (c'est toujours ça que la République du Centre n'aura pas), le premier ouvrage de Brisefer mon fils, un jour ça vaudra de l'or, attation les zoeils ça fouette:
( on ne voit pas bien, mais c'est bel et bien rose, et oui, bande de langues perfides, il assume totalement le choix de la couleur, qu'est-ce-que vous croyez?)

lundi 29 juin 2009

Flûte alors.

Minipuce: "aaah, tu disais au prof de flûte que le trac c'était pas une maladie d'enfant (j'avoue, je disais ça, mais il m'approuvait, ndlr), mais je te ferais dire que pendant le concert, j'avais les mains tellement moites que quand je me suis mise à trembler, ben ma flûte elle m'est tombée dans les doigts, tu vois (ah? c'est pas là qu'il fallait que ça tombe? ndlr), alors je te ferais dire: (articulant, sourcils froncés et droit dans les yeux) toi tu fais comme tu veux mais moi j'ai le tract, je suis assez grande pour avoir le trac je- te -dis, compris?!!!"

dimanche 28 juin 2009

G.P(as)S(u me perdre)

J'aurais a-do-ré titrer ce soir quelque chose du genre Bellzouzou, la fille qui se perd même avec un GPS ça c'est de l'accroche pensez donc, et vous raconter qu'une fois encore je n'ai pas filé tout droit, hum, en sortant de chez ma Névros' préférée*.
Sauf que ce matin le mari de Thémilia m'a interdit de me perdre en m'installant son GPS (nan, rien de cochon là-dedans, maman). J'ai bien quand même essayé un peu pour voir car j'aime l'aventure moi, mais j'ai juste pas su me perdre.
Je peux donc seulement titrer Bellzouzou, la fille qui ne se perd que sans GPS, si c'est pas de la conclusion qui t'épate, ça, hein?

* et si tu veux tout savoir, il y avait là du monde et du beau, genre Mister JKG himself en personne en maître de cérémonie discret et efficace comme à son habitude, pis elle, elle et lui (eh! dis-moi le encore une fois pour voir: il est comment, Jean-Louis Aubert??) et on a causé (entre autre) du pauvre Mickaël Jackson (le Mozart du 20 ème siècle?) et de Johnny (qu'est trop belge le pauvre vous allez voir qu'on n'aura même pas un jour de deuil national à sa mort pfff), allaitement portage et couches lavables, belle-mères et demi-soeurs, illuminations de Noël et vers luisants, pieds sales et herbes dans la piscine, grande bamboula de fin août, merguez, tiramisu et cerises tueuses.

mardi 23 juin 2009

Chartres, capitale du bon goût (2)

Vous me croyez si vous voulez, mais à Chartres -ma- ville, tout le monde est en émoi à cause de devinez quoi? Les lapins, pardi. Ah, ça se dispute sec pour savoir si c'est joli ou moche, ça s'amuse ou ça se scandalise c'est selon de voir les lapins changer de place pendant la nuit, mais que fait le maître-chien sensé les surveiller on se le demande. Voire ça angoisse pas mal, jusqu'à cette honnête commerçante-là, qui s'est inquiétée de ce que peut-être l'accès à la porte de sa librairie lui serait empêché au petit matin pour cause de présence gênante d'un lagomorphe (j'ai fait sciences nat' en option au bac et ça se voit) vert fluo. L'Echo-les-bons-tuyaux, toujours à la pointe de l'actualité actuelle d'en ce moment, en fait sa Une ce matin: Les lapins ont du plomb dans l'aile ( et c'est rien de le dire, Casimir), s'insurge sur trois colonnes qui dit mieux contre les voyous qui ont dégradé les bestioles et leur ont même dévissé les oreilles et on se demande bien comment parce que pour ça il fallait quand même être bien aussi audacieux que bien outillé, tu vois. Et se plaint surtout que les lapins sans oreilles ben on dirait maintenant de gros cochons d'Inde, et ça, c'est plus aussi classieux qu'avant, je suis bien d'accord. ( Il n'y en a qu'un qui s'en fout un peu mais qui est content quand même c'est Brisefer, vu que la prof de français les a emmenés hier visiter l'expo (vous avez bien lu) et que donc ils ont pris l'air, c'était cool sauf que trop dommage la prof elle voulait pas qu'on grimpe dessus, pfff. )

lundi 22 juin 2009

Chartres, capitale du bon goût (1)

Après ça,
je crois pouvoir dire que Chartres-ma-ville est définitivement la capitale du bon goût.
(Evidemment, chuis été grillée par la Poun, chartraine et fière de l'être (hum?) elle aussi.)

dimanche 21 juin 2009

Electroménager-moi (2)

Vous voulez que je vous dise? depuis que mon lave-vaisselle a rejoint l'atelier du réparateur et sa raie du cul, je me sens en vacances, diiingue, faire la vaisselle à la main c'est fou comme ça fait tout de suite ambiance camping des flots bleus.

mercredi 17 juin 2009

Electroménager(-moi)

Si je vous dis qu'en ce moment, il suffit que je constate que mon lave-vaisselle a fait son cycle complet sans faire d'histoire, sans laisser les verres remplis de mousse et sans me demander si ma grand-mère faisait du vélo pour être heureuse, vous me croyez?
L'espoir fait vivre et à chaque lavage réussi (un sur 4 ou 5), je me figure qu'il ne sera peut-être pas nécessaire de me délester à nouveau de 65€ en rappelant le dépanneur et que je m'épargnerai du même coup la troublante impression de déjà-vu au moment où il se penchera sur ma machine et que m'apparaîtra, criant de vérité, le haut de sa raie des fesses.

mardi 16 juin 2009

Gazon maudit.

Il faut que je vous avoue quelque chose: l'Ours qui est le mien lit Sénèque juste pour le fun le soir dans son lit, c'est donc un personnage particulièrement raffiné à mon avis, soutenez-moi un peu le contraire pour voir. Mais c'est aussi la personne la plus beauf-isante in the world dès qu'il s'agit de son gazon. Ne me demandez pas pourquoi il fait une fixation dessus, je l'ignore. Enfin si: je me doute bien que ça doit être sexuel, mais je préfère ne pas en savoir davantage, et je suis sûre que vous aussi. L'Ours, donc, passe sa vie penché sur son gazon, à zieuter s'il pousse bien vert et bien droit, et surtout: s'il est plus beau que celui du voisin de droite, et plus beau que celui du voisin d'en face ( car l'Ours a estimé que le voisin de gauche était hors concours: il est à la retraite et c'est bien normal que son gazon soit encore plus angliche staïle, vu qu'il n'a paraît-il que ça à foutre de le regarder pousser vert et droit encore plus que le notre).

Il fallait bien s'attendre à ce que la Puceminus, née au moment-même où l'Ours a acquis son jardin (et son gazon, donc), nourrie du lait de sa mère et du fertiligène de son père, quoi, puisse un jour s'affoler, rentrant précipitamment à la maison après un petit tour dans le jardin: "il est où, papa? il est oùùù, paapaaa??? parti à la piscine?? (en panique) rah la laaa, mais il faut qu'il rentre tout de souite, il y a Monsieur (le voisin) qui est en train de tondre sa pelouse!!! il faut que papa il tonde aussi, sinon, le voisin, il va nous gagner!!!!! "

dimanche 14 juin 2009

Bricbroc'

Ce qu'on aime avec les coupines aux bricbroc' du dimanche, c'est tomber sur des voisins d'emplacement à fort potentiel niveau sex appeal.

jeudi 11 juin 2009

Où je mesure tout ce qui me reste encore à apprendre dans l'exercice de mon métier.

Je vais vous dire ce qui différencie une (très) jeune enseignante comme moi d'une collègue plusse comment dirais-je? expérimentée comme, allez au hasard: ma collègue Juvitamine.
C'est quand nos deux classes sont réunies un jour de pluie pour zieuter de concert une vieille cassette de petites histoires courtes de Maurice Sendak, et qu'une des histoires en question montre un petit enfant entièrement complètement tout nu comme un ver que haaan! on voit même ses fesses, ce qui, je ne vous fais pas de croquis, amuse f.o.l.l.e.m.e.n.t notre jeune public.
Mais quel dommage, l'heure des mamans approche dangereusement et j'annonce en me levant que On s'arrête là pour aujourd'hui.
C'est alors que Juvitamine b.o.n.d.i.t de son siège et crie d'une façon que je trouve tout à fait démagogique à l'assistance que Non non allez, on en regarde encore une dernière!!! me jette un regard entendu en me glissant tout bas Nan mais t'es pas un peu folle, toi? il faut noyer le poisson, si on arrête là la cassette, tu te rends pas compte ou quoi? ils vont direct raconter à leur mère qu'ils ont regardé avec les maîtresses une histoire de fesses à la télé.

mercredi 10 juin 2009

Du George, -pour changer.

Bellzouzou l'aïeule va encore pester que Mais c'que tu nous embêtes avec ton George qui n'est même pas beau nan mais qu'est-ce que tu peux bien lui trouver je me demande?
-elle, elle est in love avec Roberto Alagna, c'est vous dire si elle a le goût sûr, hein-,
mais aussi c'est la faute de la prof d'angiche de Brisefer qui a commandé un mini poster sur un personnage célèbre, çui qu'on veut, alors le fils de mouâ il a choisi Who else comme de par hasard Balthazar, c'est pas du tout parce qu'à la place de chercher les infos sur le ouèbe, il envisageait de s'adresser direct à un quelqu'un de sa connaissance qui savait trop fac' les réponses aux questions tout par coeur, ni parce qu'il avait sous la main toujours un quelqu'un qui peut-être accepterait de piocher dans sa collection de photos perso vu que l'imprimante de la maison elle fait pas la couleur et qu'on ne peut rien en tirer, et c'est pas du tout non plus parce qu'il a pensé qu'avec le temps aussi ingénieusement reconnaissez-le économisé, il irait à la piscine avec Arthur, pffff pensez donc.
* ("- eh, d'où tu tiens ça, que George il aime pas les tomates? je ne t'ai jamais dit çà, dis donc, je l'ignorais, même!!! - oui, je sais, mais y me restait de la place sur la feuille!)
"- Bellzouzou la très indigne, pétée de rire inside, mais de son ton le plus extrèèèèmement menaçant: je te p.r.é.v.i.e.n.s Brisefer, les photos que je t'ai prêtées, elles s'appellent Reviennent, et tu as tout intérêt à surveiller ton travail, parce que la prof, elle va essayer de t'en piquer ni vu ni connu, c'est forcé.

- Brisefer, prenant sa mère très au sérieux et plutôt deux fois qu'une: ouais, comme elle est vieille, la prof, chuis sûr qu'elle doit bien l'aimer, George Clooney, mais t'inquiète, (rassurant) j'ferai gaffe."

lundi 8 juin 2009

Sur le pouce (quelques nouvelles en vrac).

- Un truc qui m'agace prodigieusement, c'est cette manie qu'ont les politiques* au soir des élections de vouloir absolument " remercier tout d'abord les électeurs qui se sont déplacés pour aller voter". Attends, ce serait pas par hasard leur devoir citoyen que de voter à ces braves gens, des fois? Pis chais pas, j'ai l'impression qu'à force de s'entendre remercier à chaque élection, les gens font finir par se dire que ça leur fait tellement plaisir, aux politiques, qu'on vote, que tiens, ils n'iront plus, pour la peine. (*) Attends, Dany le red and geen, s'il avait 10 ans, à l'école on te le cataloguerait vite fait bien fait hyperactif patenté que ça ne ferait pas un pli, -gesticulant, se levant, s'asseyant, rigolant un coup à gauche un coup à droite, n'arrivant pas à se concentrer, un peu cabotin-, franchement, je crois que ça m'amuserait dans la cour, mais je n'aimerais pas l'avoir dans ma classe, ça non.
- Bon, pis je voudrais pas avoir l'air de crâner, mais mon fils à moi que j'ai fait (presque) toute seule, eh ben tu sais quoi? ben il est trop fort, après avoir fait le chanteur chez Kamel Ouali au spectacle du collège, il te fait les championnats de France de ping' dans la foulée cette semaine, hein, ça t'en bouche un coin, pas vrai? (je crâne, je crâne, je crâne, je me sens plus crâner).
En plus il rate deux jours de classe et ça, c'est top, tu peux lui demander.
- Vous n'allez pas me croire je le sais, mais j'ai vécu jeudi dernier une inspection à l'ancienne, comme ma grand-mère dans sa petite école de campagne après-guerre les redoutait pire que la chtouille, une inspection surpriiiise où tout à coup tu vois de tes yeux vus Monsieur l'Inspecteur surgir du fond de la classe et se diriger vers toi avec un sourire coquinou aux lèvres.
- Je mute à la rentrée mes zamis c'est officiel et champomy à tous les étages s'il vous plaît.
- pis sinon, (mais aucun rapport, enfin je crois), un peu de gastro chez les Bellzouzou que je vous fais pas un dessin, parce que ça faisait longtemps et pour faire bonne bouche aussi c'est pas mal.

dimanche 7 juin 2009

A voté! (le retour)

Ce matin, discussion sur le chemin de notre accomplissement de devoir (ben quoi?):
"- Brisefer à Puceminus: hihihi, tu te souviens, quand tu étais petite, tu croyais que maman, elle allait voter pour George Clooney!!!
- Puceminus (vexée, d'un air supérieur): bah maintenant je le sais, qu'elle vote pour papa!!!"

jeudi 4 juin 2009

U.D.G

Chais pas si vous êtes comme moi, mais ce matin, je me suis réveillée affolée en me disant que dimanche, il fallait aller voter.
Nan parce que voyez, depuis mes 18 ans, moi, je vote. Présidentielle, législatives, sénatoriales, régionales, cantonales, municipales, referundums, parents d'élèves, Miss Bikini Chartres-city-plage, qui sort les poubelles cette semaine. Et européennes, donc.
Ah.
Donc j'irai, car je suis fidèle que voulez-vous, et en désespoir de cause, je me dis que l'Union Des Gens (U.D.G), j'ai pas bien compris le qui que quoi dont où lequel, mais rien que le nom, ça me plaît, pis ça m'ira très bien au teint, allez.

mercredi 3 juin 2009

Vice et Versailles.

Sous vos yeux ébahiiiis, en totale exclus' juste pour vous mes bonzamis, Monsieur Brisefer mon fils dans ses habits d'apparat à quelques heures du grand soir

Hein que le petit Jésus, avec sa culotte en velours, il peut aller se rhabiller?

( On m'expliquera comment il est-y Dieu possible qu'un petit mecton que jamais t'en trouveras un plus soucieux de son apparence que çui-là puisse accepter de porter ça devant ses copains et les filles du collège et pire: s'admirer devant derrière sur les côtés et derrière les coutures des heures de long avec les yeux de l'amûûr et d'un air fort satisfait de sa personne, ma foi. )

mardi 2 juin 2009

Le mystère de la postiche.

A l'école Chacun sa thermos où je travaille et où je ne travaillerai bientôt plus thank you little Jesus, il y a quand même quelques chouettes personnes que je regretterai: des petits zenfants assez choupinous dans l'ensemble, un directeur rigolo, et surtout, surtout: ma collègue Juvitamine. Juvitamine a les yeux rieurs et elle est toujours de bon poil, et vous chais pas, mais moi le matin quand j'arrive, je préfère croiser Juvitamine qui a le bonjour enthousiaste et franc du collier plutôt que Serpillière sous prozac qui me répond invariablement avec sa tête de mort et enterré "ou-ais, on fait aller" à mon "ça va?" du matin.
Bref, Juvitamine, c'est la collègue douceur, la collègue du bonheur.
Sauf que depuis quelques jours, Juvitamine est stressée.
Quelqu'un lui en veut.
Figurez-vous que voilà peu, un midi à la sortie des classes, sur le parking de l'école, tout à fait par hasard car de son propre aveu elle ne fait jamais le tour de sa voiture avant de démarrer, elle a trouvé, devinez quoi? Une espèce de longue postiche en cheveux artificiels, genre nylon, enfoncée en boule dans son pot d'échappement.
Ça lui a fait un choc, à Juvitamine.
D'autant qu'elle a d'abord cru que c'était une bête pleine de poils qui était coincée là et que par conséquent elle a donc longuement hésité avant d'oser y toucher.
Mais Juvitamine est une brave, elle a pris son courage à deux mains, elle a retiré à grand'peine ce truc de son pot d'échappement et l'a jeté dans la poubelle du parking avant de partir déjeuner.
En revenant à l'école, juvitamine était encore un peu toute commotionnée du plexus solaire, on le serait à moins pas vrai? mais elle a courageusement garé sa voiture et elle est partie affronter ses démons.
Mais en retournant le soir à sa voiture, vous pensez bien que pas folle la guêpe on ne me la fait pas à moi Nicolas, elle a zieuté sa voiture d'un air soupçonneux et là, misère et malédiction, enfer et putréfaction:
la postiche, encore elle, à nouveau enfoncée bien profond dans le pot d'échappement.
Cette fois c'en était trop, Juvitamine a déposé la dégoûtante chose dans un sac en plastique que depuis elle conserve soigneusement comme pièce à conviction dans son garage, et elle est rentrée chez elle avec un fort sentiment de persécution.
Et depuis, Juvitamine vit avec la sensation tapie au fond d'elle que quelqu'un lui veut du mal. Ce qui est une sensation tout à fait désagréble, convenez-en.
Aussi ai-je décidé d'aider Juvitamine, ma collègue préférée.
Je déclare donc officiellement ouverte l'enquête sur la postiche dans le pot d'échappement, car vous ne croyez quand même pas qu'on va laisser passer ça impunément.
( mes toutes premières constatations (c'est que je suis perspicace, moi):
- Quelqu'un en veut à Juvitamine.
- L'ennemi de Juvitamine est un ennemi masqué car Juvitamine n'a pas d'ennemi connu.
- Juvitamine n'a aucun signe distinctif sur sa voiture, genre Allez l'OM!! sur son pare-brise (à peine un petit autocollant MAIF, comme tout enseignant qui se respecte ), pas plus que de CD de Carla Bruni sur la banquette arrière, pensez bien que c'est ce que j'ai tout de suite vérifié.)