Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 26 février 2006

Où il est prouvé par A+B que l'Ours est un vrai ours.

Un du genre qui se lève le matin en pensant : "viv'ment ce soir que j'me couche" et qui grogne de plaisir rien qu'à l'idée d'enfiler son pyjama.
Son pyjama, tiens, parlons-en: il est en coton tout râpé aux genoux et aux coudes, si laid que même votre grand-père n'en voudrait pas pour faire son jardinage. non. même contre de l'argent. N'insistez pas, on vous dit.
Son pyjama sent la caverne d'ours mal aérée, voire pas aérée du tout, mais quand je lui propose de le laver, mon ours rechigne; pour un peu, il irait le cacher (un peu comme Puceminus quand je veux laver son titoudoudou). Je dois ruser, détourner son attention pour pouvoir l'enfourner vite fait dans le lave-linge et démarrer fissa le programme à 90° avec prélavage.
( Pis j'ai un peu honte de vous le dire, mais souvent, quand mon ours sort du petit coin de sa tanière, on peut lui faire remarquer qu'il a un petite goutte de pipi dessus sans que ça le dérange plus que ça.)
Un ours des cavernes, un vrai de vrai, se couche tôt; 21 heures grand maxi. Tous les jours sans exception.Un jour de fête est pour lui la plus terrible des épreuves. Il préfèrerait encore être condamné au dernier supplice (du moment que c'est en matinée) plutôt que d'endurer ça. Il n'a toujours pas récupéré du dernier mariage auquel il a assisté (celui de sa cousine en Août 2003). Il est encore sous le coup du décalage horaire.
L'Ours se couche tôt, certes, mais pas pour dormir tout de suite, non, il doit d'abord lire un peu sous peine de ne pas trouver le sommeil. Et devinez un peu qui est son auteur fétiche, hum? C'est Marx.
Vous
avez
bien
lu.
C'est Marx.
L'ours veut faire la révolution. Aux armes, citoyens, peau de lapin, etc. Mais faudra pas que ça dure trop longtemps quand même, parce que l'ours, c'est bien connu, doit se coucher tôt.
Ah, et à propos de dormir, un ours des Pyrénées, un dur de dur, ne peut pas dormir sans ses boules quiès. C'est proprement impossible, même en rêve. Je peux témoigner que, depuis plus de 11 ans que je partage la paillasse de mon ours, JAMAIS (mais pas une seule fois, entendons- nous bien, hein) il n'a dormi sans ses boules.
Cet été, vacances à Châtelux-le-Marcheix, au fin fond de la Creuse profonde. Première fois de ma vie où j'entends le Silence, le vrai, celui qui est vraiment muet, quoi; pas un bruit d'engin quelconque , pas même cet espèce de fond sonore plus ou moins lointain de voitures qui passent . Rien, nada, que dalle. La quiétude absolue. Eh bien, mon ours dort quand même avec ses boules quiès. Heureusement que je ne suis pas susceptible, parce que c'en serait presque un peu désobligeant pour moi.
Je me demande quand même si c'est parce qu'il n'entend rien la nuit qu'il peut se permettre de ronfler si fort. Parce que, quand même, s'il arrive à me faire sursauter à chaque fois parce que je crois que le voisin démarre sa moto dans la chambre (je vous l'assure), c'est bien qu'il n'y va pas avec le dos de la cuillère. Mais, quand on le lui fait remarquer, même gentiment, la bête se fâche, il nie la chose, c'est très vilain je sais, mais c'est son côté mal léché.
L'Ours est donc un vrai, un authentique, un garanti sur facture ours des Pyrénées, n'en doutez plus.
(N'empêche que moi, j'ai appris à vivre avec un ours, et ça, tout le monde ne peut pas en dire autant, hein.)

samedi 25 février 2006

moi, j'ai besoin d'amouououour...

Vous, j'sais pas, mais moi, si. Alors: venez, venez, les gens sur mon blog qu'il est tout nouveau tout (pas encore) beau. Parce que 0 visite et 0 comment, bin ça m'fiche le moral aux chaussettes, hein...

vendredi 24 février 2006

je suis en vacances, là..

Si, si..on dirait pas, mais si, vraiment. Parce que, accessoirement, je suis aussi: - habilleuse, lessiveuse, recouseuse de boutons (bon, guère plus, je vous l'accorde..), repasseuse à mes heures perdues - cuisinière, fabriqueuse de plats nouveaux, équilibrés et sans cesse renouvelés - rangeuse, nettoyeuse, ramasseuse de choses qui traînent, aspireuse de moutons - sècheuse de cheveux (et tignasses) - répétiteuse: des règles de vie et de bienséance, de tables de multiplication (pour M.brisefer), de B-A=BA (pour minipuce), de mots divers et variés pour enrichir le vocabulaire de puceminus, de mots d'amour pour mon homme (quand il me reste de la salive..) - occupeuse de temps pour nains désoeuvrés - chauffeuse de taxi ( à droite, à gauche, au club de natation, à la bibli, chez un copain, à l'école et dieu sait où encore) - apprentie rockeuse en binôme avec mon homme, et je vous prie de croire que c'est pas de la tarte - changeuse d'eau d'aquarium et nourrisseuse de poissons rouges (je les ai aussi dressés, mais je voudrais pas avoir l'air de me vanter..) - coupeuse d'ongles: 4 fois 20 doigts (mon chéri se débrouille tout seul), soit 360 par mois et 4320 pour l'année, c'est fou, hein, quand on y pense - remetteuse dans le droit chemin, fronceuse de sourcils, menaceuse (ouh, la vilaine, que j'suis pas du tout belle), punisseuse (je touche le fond), voire fesseuse, je l'avoue à ma très grande honte (achevez-moi) - raconteuse d'histoires vraies, pas vraies, merveilleuses ou horribles - aimeuse, chouchouteuse, câlineuse, baveuse de bisous et poutous en cascade. Dans la vie, je suis instit à mi-temps. Mais ça, c'est quand il m'en reste, du temps.

mercredi 22 février 2006

Bonjour, les gens!(y quelqu'un?)

ceci est mon premier billet, j'suis émue, forcément...en même temps, ouvrir ce blog, moi qui suis si nullache, si empotée de l'ordi, ça m'a fait sortir tant de vapeur par les trous de nez que je me sens toute ramollo là, j'ai comme une petite faiblesse, un léger souffle au coeur; y va falloir que je m'allonge, là, les gens, je suis une petite nature, moi, vous savez.