Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

lundi 30 juin 2008

Les jours enchantés.

Au mois de juin, je pense toujours que je le hais (le mois de juin).

Déjà, je sais c'est con, mais je l'associe aux examens de fin d'année; j'ai beau en être débarrassée (des examens, j'ai l'impression de ne pas être claire en ce moment, me trompe-je?) depuis de longues années déjà, quand les beaux jours se pointent, j'ai comme des réminiscences de désespoir et de stress de cette époque-là.

En plus, juin, c'est concerts, galas, anniversaires, auditions, et pots de fin d'année à n'en plus finir; juin, c'est des bilans, des réunions, des prévisions, des compte-rendus, 27 livrets d'évaluation à remplir et ma classe à ranger; juin, c'est mes poâls aux pattes en friche sous les jupes et le bronzage pas uniforme, la marque des lunettes de soleil, des manches du tee-shirt et des lanières des sandales, râlalah ché misère toussa chuis bien malheureuse.

En juin, je suis toujours un peu déprimée, va savoir; je suis fatiguée, je me traîne, j'ai chaud, je râle que je vendrais bien ma vie moi aussi, tiens.

Et puis heureusement, juin, c'est parfois des soirs enchantés où on se réunit entre filles à la chandelle pour papoter jusqu'à nuit noire et manger des crevettes à la Créole;

Et juin, c'est parfois une après-midi enchantée où l'on retourne près de là où on a grandi revoir des amis de toujours dans un grand jardin qui sera bientôt vendu, se présenter les derniers-nés comme tes grands ont poussé dis donc la maison de ton grand-père c'est toujours la même je m'en vais je fais peau neuve tu te souviens de ce que je t'avais dit un jour il y a vingt ans.

Et puis finalement, c'est quand juin se termine qu'on réalise qu'on l'aime tant.
Nan parce que juillet, c'est pire encore, trouvez pas?

dimanche 29 juin 2008

Le degré de chiantitude.

Il y a des écoles où les maîtres vous disent qu'ils ont réparti les élèves en fonction de critères plus ou moins obscurs comme le "niveau scolaire", les affinités réelles ou supposées entre les gosses, le projet pédagogique de Xavier de la classe 1 ou Djackline de la classe 2.
En général, il est plus politiquement correct d'annoncer que la répartition s'est faite en fonction de la date de naissance des enfants.

La vérité m'oblige à vous dire qu'en réalité, dans toutes les écoles de plus de deux classes, on répartit les élèves en fonction de leur chiantitude, certes, mais aussi et surtout de celle de leurs parents.

Voilà, c'est dit, j'ai dévoilé le plusse gros secret de l'Education Nationale, je vais sûrement recevoir un blâme et je l'aurai bien mérité non mais sans blague il faut savoir garder un secret il y a qu'à voir à Secret Story, hein.

Et perdu pour perdu, je peux même vous dire que l'autre jour, la maman à qui je demandais la raison de la nouvelle absence non excusée de sa fille qui m'a répondu en hurlant dans la classe que je la faisais chi-er, qu'est-ce que ça pouvait bien me fou-tre, et que si je n'étais pas contente je n'avais qu'à téléphoner à son éducatrice qui était là pour ça, eh ben, too bad for you Bellzouzou, j'ai regretté de ne pas l'avoir laissée à ma collègue au moment de la répartition des classes, celle-là.

Celle là, entre autre.

jeudi 26 juin 2008

HIIIIIIIIIIII!

Qui c'est qui veut l' accrocher dans son salon*?

* on ne rigole pas, c'est un genre qui peut plaire, ma tante Coco, elle a bien dans son salon le chapeau de Mitterrand en art conceptuel.

mercredi 25 juin 2008

Brisefer, toujours,

découvrant, réjoui, les nouvelles toutes fraîches au petit déjeuner ce matin:

"aaaaah, enfin il se passe quelque chose à Chartres !!!!"

mardi 24 juin 2008

Oui, mon Brisefer, les nu-pieds tu n'en mettras plus jamais de la vie ça fait bébé tu m'dis pas,


Oui, mon Brisefer, tu veux aller au collège tout seul, à pieds ou à vélo mais tout seul,


Oui, mon Brisefer, j'ai désormais interdiction formelle, absolue et définitive de me montrer à moins de 200 mètres de la sortie des classes,


Oui, mon Brisefer, l'année prochaine, tu te coucheras plus tard, beaucoup plus tard, très très tard,


Oui, mon Brisefer, en 6 ème tu auras un sac à dos, un portable, un scooter et une copine,


Oui, mon Brisefer, c'est top d'aller passer aujourd'hui une demi-journée dans ton futur collège, de renconter le principal, le CPE et le prof de physiques qui va vous faire faire une expérience, tranformer l'eau salée en eau douce ou quelque chose comme ça tu sais plus trop mais ça va être chouette c'est sûr,

mais comment te dire?
Non, mon Brisefer, ce tee-shirt-là, ce n'est pas vraiment celui qu'il faut mettre pour faire bonne impression aujourd'hui,

lundi 23 juin 2008

Reverse.

La question philosophique pas si con du jour, c'est Brisefer, une fois n'est pas coutume, qui te la pose:
"Si on veut diminuer le kilomètrage -affiché sur le tableau de bord de la voiture, ndlr-, on fait de la marche arrière????"

dimanche 22 juin 2008

La brouette (copyright: Bellzouzou l'aïeule).

Quand vos nains d'amour se sont couchés deux soirs de suite bien après minuit et qu'ils pètent encore le feu sacré, une seule solution: faire appel à Bellzouzou l'aïeule.

Elle seule possède le savoir-faire inimitable pour vous crever un nain vite fait bien fait que ce soir, limite, c'est lui qui vous réclame son lit.

video

vendredi 20 juin 2008

Les routiers sont sympas.

Figurez-vous que pour une fois, j'étais contente de retourner à l'école cette semaine.
C'est que j'avais grand'hâte de connaître la gagnante du concours de cadal de fête des pères ( sa mère en tongs son équipe préférée éliminée tout de suite à l'Euro 2008.)

Hélas, trois fois hélas, c'est une ATSEM désespérée qui m'a annoncé que ses collègues avaient décidé de se la jouer à la Jacques Martin -paix à son âme- en décrétant que tout le monde avait gagné. C'est un vrai scandale Yvonne fais les valises on s'en va, vu que très objectivement c'était im-po-ssi-ble de faire plus moche que moi, et que je méritais de gagner haut la main.

J'en ai été si mortifiée que je lui ai conseillé de battre froid -de ne plus leur causer, quoi- à ses ni courageuses ni téméraires collègues, et de faire sa pause avec moi en tête à tête dans la classe, histoire de bien montrer notre désaccord à la face de l'école.

Et puis, un peu plus tard dans la matinée, la vraie reconnaissance de mon travail à sa juste valeur est (enfin) arrivée, quand j'ai demandé à mes élèves si leur papa avait apprécié son chouette cadeau, et qu'une petite fille m'a répondu tout à trac AAAh oui, mon papa il a dit que c'était m .a .g .n. i. f .i. q. u .e et qu'il allait l'accrocher....(fièrement)













(là, je tends l'oreille. Où va-t-il bien pouvoir accrocher ça, hein???)
















....dans son camion !!!



Je le savais, que les camionneurs avaient du goût.

jeudi 19 juin 2008

Karlito, darling,

avec tout le respect que je te dois,


je te ferais dire que Bellzouzou l'aïeule, elle l'a dit avant toi !!!!!

mercredi 18 juin 2008

Bellzouzou les pouces verts.

Aujourd'hui, c'est votre jour de chance, vous avez le choix entre une photo de George nu comme un ver ou une photo de la première tomate cerise de l'année dans mon jardin.


Comme je suis sûre que vous préférez la tomate, sans plus attendre





Et comme c'est la semaine de folaïe qui recommence mais en pire encore, vous avez le droit de dire en com' de quoi qu'vous voulez que je cause, et je répondrai en trois lignes, ou plus. Ou moins. Probablement moins.

mardi 17 juin 2008

Des nouvelles de mon magnifique vase en Cristal d'Arques.

Il y a des jours où je regrette de ne pas savoir dessiner, vous savez.
Je crois que j'aurais (un peu) moins honte de raconter ça avec des bulles.
Hier jour funeste, alors que j'empoignais mon magnifique vase en cristal d'Arques pour en vider l'eau sur mon english staïle gazon, Monsieur Brisefer mon fils s'est gentiment et spontanément offert de m'aider.
Comme je suis une mauvaise mère notoire, j'ai refusé précipitamment d'un sarcastique Nan mais tu crois vraiment que je laisserais un (bien)nommé Brisefer porter mon magnifique vase en cristal d'Arques, tu le crois vraiment, ça, mon fils???
C'était juste avant de trébucher sur le petit rebord traitre de la porte-fenêtre et, (sous ses yeux ravis incrédules), d'ébrécher mon magnifique vase en cristal d'Arques sur toute sa longueur sur les dalles de la terrasse.

lundi 16 juin 2008

J'ai épousé une ombre savante.

L'autre jour, en lisant la description que Kimanier fait par le menu de son régulier, j'ai cru une minute qu'on se partageait le même, ce qui aurait été pour le moins embarrassant.

Mais en fait, c'est tout à fait impossible, le mien sachant faire la différence entre tousser et éternuer, fonctions qu'il maîtrise parfaitement bien d'ailleurs, tout comme pisser -presque toujours- à côté, se curer le nez, renifler, péter dans le lit conjugal ou y ronfler sans vergogne (un homme qui se respecte, c'est tout, n'en faites pas tout un fromage, allez).

Tout comme le régulier de Kimanier, donc, l'Ours est du genre à vous gaver grave profond et sérieux avec les grands auteurs des temps anciens que Tout ce qui s'écrit maintenant à côté c'est-de-la-meeeeeeeeeeeeeeeeerde Gavalda un vrai scandale cette fille, Houellebecq et Cie dans cent ans, mais il n'en restera R-I-E-N je te le dis tu peux me croire, mais qu'est-ce qu'on donne à bouffer aux gens spa possib' On nous Claudia Schieffer On nous Paul-Loup Sulitzer (air connu).

Mais voyez, son vrai dada à l'Ours, c'est notre amie la Lutte des Classes et il peut inlassablement, même après plusieurs années de vie commune et alors qu'il n'a plus besoin de vous séduire, hum, vous livrer à sec sur l'oreiller son analyse des évolutions respectives du marxisme et du néolibéralisme, selon laquelle c’est uniquement en tant que réalité sociale sui generis et non en tant que contribution théorique forcément dépassée que le marxisme se survit à lui-même dans une critique radicale du néolibéralisme toussatoussa tu vois - excusez-moi de ne pas pouvoir vous livrer la suite, c'est que je m'endors toujours avant la fin-, n'empêche que je vous jure, quand je l'ai rencontré -au siècle dernier-, j'ai rapidement constaté qu'il ne différenciait pas une jupe d'une robe.

Oui, vous lisez bien. IL NE DIFFERENCIAIT PAS UNE JUPE D'UNE ROBE.

Et récemment, plus grave encore, bien plus grave même car désormais propulsé au 21 ème siècle et lesté de deux filles particulièrement girly dans leur genre si vous voyez ce que je veux dire, je me suis aperçue qu'il ne faisait pas non plus la différence entre une barrette et une broche. (un vrai scandale, pas vrai?)

(Et je me suis bien gardée de la lui expliquer, pour une fois que je suis plus savante que lui, pensez.)

samedi 14 juin 2008

Tu es ma came(lote).

Aïe, c'est rien, juste le retour du boomerang, je crois.

Vous allez dire que ce n'est que Justice, que je l'ai bien mérité, que ça m'apprendra à faire des concours à la con et à rigoler des malheurs des autres qui reçoivent une grosse mocheté pour leur fête.

Je l'accepte, je le reçois comme ma punition, mon châtiment divin.


(Cadeaux tous plus beaux les uns que les autres comme vous en conviendrez rapportés de sa classe de mer par Brisefer à chacun des membres de sa famille bien-aimée . J'ai personnellement hérité de la tortue, et je ne m'estime pas la plus mal servie, en plus.)

jeudi 12 juin 2008

Comme tous les ans à la même époque, mes collègues et moi on était bien déprimées.

Genre que comme tous les ans, -on devrait être habituées depuis le temps, mais non non non on s'y fera jamais je crois-, à peine débarrassées de la teuf des reums, fallait déjà s'occuper de la teuf des reups.

La teuf des reups, elle est encore plusse pire que celle des reums, vu que preum's on se refait le gros tintouin trois semaines plus tard, que deuze on peut offrir la pire des mochetés à une maman elle trouve toujours ça joliiii (ou presque joli. bon d'accord, elle sait toujours faire semblant de trouver ça joli) alors que troize, le reup il en a rien à astiquer ni de sa fête ni de son cadeau, que même des fois il trouve le moyen de râler parce que le porte-clé en plastique fou de l'année dernière c'était de la vraie cochonnerie qui n'a pas tenu deux jours.

Donc, avec mes collègues, on était bien déprimées, bref pour faire court et condensé.

On s'y est mises mollement du genou, comme d'hab', que je te (re)sors les ciseaux cranteurs et les goMettes en forme de coeurs. C'était la misère dans nos coeurs, ah la la.

Et pis tout à coup, alors que mes élèves étalaient joyeusement la peinture payée cuir et poil sensément couleur dorée qui se révèlait en sèchant être couleur marron caca d'oie sous mes yeux oh combien désabusés, j'eus soudain une idée génialissime que je m'empressais de confier à ma collègue de gauche, qui -forcément- séduite, fit passer le mot à tout le couloir par le biais des portes communiquantes, et immédiatement je sentis l'ardeur et l'enthousiasme se répandre comme une traînée de peinture à paillettes.
Le karma de l'école en fut instantanément changé.

Cette année on participe entre collègues à un défi top secret.
Cette année, on joue à qui fera la merdouille de teuf des reups la plus moche, on fera voter les ATSEM et les dames de cantine à bulletin secret et la gagnante se verra offrir le remplissage de toutes les petites cases de ses livrets d'évaluation de fin d'année par les autres.



Le jeu en vaut vraiment la chandelle, c'est rien de le dire, et j'ai mis toutes les chances de mon côté, vous pouvez me croire.




Donc


tadaaaaaaaam, sonnez hautbois résonnez flûtes à bec







(vous pouvez encore fuir)










(tant qu'il est encore temps)













(après il sera trop tard)


















(tant pis pour vous)















(vous l'aurez voulu)










(Venez pas vous plaindre, ensuite)








LE TABLEAU DE TABLEAU DE NOUILLES (conceptuel inside).

peinture caca d'oie mouchetée de pailettes argentées, collage du désormais célèbre tableau de nouilles que mon ATSEM m'avait formellement défendu d'offrir aux mamans pour cause de trop immonde mochitude il y a trois semaines, collage baveux de coeurs bariolés et découpage aux ciseaux cranteurs de la poésie de circonstance

"J'aime les roses pour leur odeur
Et toi mon papa pour ton bon coeur
J'aime les roses pour un jour
Et toi mon papa pour toujours"

Ma chère et tendre ATSEM qui met un point d'honneur à fignoler son travail à la perfection a finalisé l'ensemble d'un emballage ton sur ton avec le caca d'oie donc, sans même me demander mon avis, mais je n'aurais pas pu lui conseiller mieux.





post scrotum: j'ai essayé pourtant, mais c'était impossible d'être plus drôle qu'Ashley pour causer de la fête des pères (et aussi pour causer du reste, en fait), veuillez m'excuser.

mercredi 11 juin 2008

(Dans la série Trouvez pas qu' il y a parfois des gens bizarres dans l'Education Nationale?)

L'autre jour, visite de l'Inspecteur dans l'école.

A l'heure de la récré, ma collègue, polie, aimable et bien élevée toussatoussa, lui propose une tasse de café.

L'inspecteur décline d'un (vous me direz quoi mais je trouve que c'était, hum, comment dire? é-nig-ma-ti-que, oui voilà, c'est le mot):

"non merci, j'ai d'autres sources d'excitation".


Depuis, je prie chaque soir pour qu'il soit muté avant d'avoir à m'inspecter, celui-là, voyez.

mardi 10 juin 2008

(heureusement que) Névrosia veille sur moi.

Ce qu'il y a de bien (?) avec Névrosia, c'est qu'elle est tout comme ma mère.

Du genre qu'en partant de chez elle j'ai pour consigne absolue de l'appeler une fois à la maison pour lui dire que je suis bien arrivée, par exemple. Et que si j'oublie de le faire - quand d'aventure j'ai pris un raccourci par la tour Eiffel qui m'a coûté deux heures, par exemple-, elle me laisse des messages désespérés T'es bien rentrée? rappelle-moi pour que je sois rassurée!!!

Et puis aussi, quand je suis chez elle, je dois manger des choses bonnes pour la santé, je dois me fortifier, reprendre du poil de la bête, ah ça oui, Névros' elle est aux petits soins, elle me bichonne aux petits oignons


(confiture du petit déjeuner pour preuve).

lundi 9 juin 2008

Comme un lundi.

Après une semaine de folaïe, en plus.

Semaine de folaïe dont la narration a été écourtée, bien involontairement je vous jure, vu que Blogger a boudé deux jours entiers, y voulait pas que je poste (et vous, les Bloggergens, ça vous a fait tout pareil ??)

Mais c'est pas plus mal, pour tout vous dire.

Donc en vrac, la semaine passée - thanks God-, c'était

- classe-découverte in the wild avec mes petits élèves que sur la fin j'avais envie de prendre mon pouce et d'appeler ma mère,

- réunion avec l'Inspecteur faudra que je vous raconte ça -depuis je dors mal, genre-,

- chouette fêtage d'anniv'de copine N. qui tient à garder secret qu'elle a 40 ans, nan mais c'est vrai?? t'as vraiment 40 ans N., dis??

- ciné entre filles et film de pintade dont je tairai le titre oui, même sous la torture, chuis sûre que vous devinerez tout seuls en plus, c'est bien simple, dans le noir je me ratatinais de h-o-n-t-e d'avoir payé pour une crotte pareille,

- préparage de valise pour la classe de mer de Monsieur Brisefer mon fils et après ma mèrindignité de l'année dernière j'ai peaufiné ça à la peau de chamois kekchos' de bien vous pouvez me croire.


Comme un lundi, donc, je n'ai qu'un oeil ouvert et c'est sûrement pas le bon en plus, ne m'en demandez pas trop.

dimanche 8 juin 2008

Aujourd'hui dimanche, Bellzouzou l'aïeule en visite chez moi.


(et qu'est-ce qu'on rigole bien.)

jeudi 5 juin 2008

Aujourd'hui jeudi, en totalexclus' rien que pour vous, le cri de la parade nuptiale de l'Ours. video (z'avez jamais rien entendu de plus chouette, chuis sûre.)

Mais comme la vidéo ne marche pas et que chais pas pourquoi, et que j'en ai le ras (du bol), bah aujourd'hui jeudi c'est R-I-E-N, boulencrotte.

mercredi 4 juin 2008

Aujourd'hui mercredi, ma mission bi-hebdomaire de très haute importance: coupage de poil de nez d'Ours récalcitrant (le poil, pas l'Ours).

Quand je vous disais semaine de folaïe, je me moquais pas de vous, hein?

mardi 3 juin 2008

Grave question.

Aujourd'hui mardi, Minipuce et moi, on se pose une grave question (enfin, surtout Minipuce):
"Nan mais la reine d'Angleterre, elle est a n g l a i s e ??"
hum?

lundi 2 juin 2008

Aujourd'hui lundi, si vous me cherchez,
chuis quelque part là-dessous

dimanche 1 juin 2008