Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mardi 30 novembre 2010

Bellzouzou se la joue discrète.

Mes collègues, depuis hier, elles sont toutes énervassionnées des nerfs parce que de une c'est bientôt Noël si vous n'aviez pas remarqué -c'est une période difficile pour les maîtresses au cas où vous ne le sauriez pas et je vous fais pas un dessin pour vous esspliquer pourquoi-,
et de deux parce qu'elles viennent de se rendre compte Oh rage oh désespoir oh misère infinie, que l'école entière est en rupture de stock totale intégrale et complète de peinture rouge. Encore une fois, ne te fais pas plus bête que tu ne l'es, la peinture rouge c'est la couleur indispensable de la maîtresse en décembre.
Je me fais toute petite en espèrant qu'elles ne feront jamais le rapprochement entre la pénurie de peinture rouge et le thème que je travaille depuis plusieurs semaines avec mes élèves.

jeudi 25 novembre 2010

Y neige (pas)

Bon alors je vais vous dire j'ai appris de source sûre et même si je connais leur tendance naturelle à exagérer et à crâner voyez je les crois que ce matin-même il a neigé à gros flocons chez Bellzouzou l'aïeule et chez Névrosia soit à respectivement 100 km au sud et 100 km à l'est de chez moi alors qu'ici c'est même pas de la neige fondue qui tombe mais une espèce de bruinasse infâme et glaciale alors moi je dis je suis maudite c'est quoi ce micro-climat chez moi même que j'avais promis à Puceminus hier soir en la couchant que ce matin au réveil elle aurait la surprise de découvrir le jardin tout blanc parce que j'avais écouté Monsieur Météo et que naïvement je le croyais et ben la Puceminus est venue me réveiller de fort méchante humeur en me traitant de grooosse menteeeuse de quoi j'ai l'air moi maintenant
et non je n'ai pas cassé de rage toutes les touches de ponctuation sur mon clavier c'est juste que je me suis entraînée à écrire à la façon de Minipuce dans ses rédactions et tu sais quoi et de un ça fait genre et de deux c'est plus rapide
et maintenant la neige tu es gentille tu te pointes

lundi 22 novembre 2010

Je pèse mes morts (2)

[Parce que je n'ai pas encore digéré cette histoire de moustache qu'on me prête -bien à tort, je vous (r)assure- et parce qu'il n'y a pas de petite vengeance tiens.]
Hier soir, sortant de table, Puceminus se jette sur le piano pour nous jouer un petit air.
" - Moi: eh, Puceminus! tu connais La Pianiste Moustachue?
- Puceminus: curieuse, tournant vivement vers moi son petit visage plein d'innocence et tout barbouillé de chocolat (car c'était de la mousse au dessert, huhu): naan, c'est qui?"

dimanche 21 novembre 2010

Je pèse mes morts.

Des vilaines choses j'en ai entendu dans ma vie ah ça oui, mais la pire je vais vous dire c'est ma Minipuce qui charriait son frère ce matin dans la salle de bains Ah! parce que tu crois que tu as déjà de la moustache, toi?? hi hi hi même maman elle en a plus que toi, va!

jeudi 18 novembre 2010

Figurez-vous que parmi tous les dangers qui menacent votre collégien de fils, il en est un tout particulièrement vicieux: c'est le racket aux devoirs. Tu me fais mes devoirs ou t'es mort à la sortie, mon pote ou variante Tu me files tes devoirs que je fasse croire que c'est moi qui les ai faits ou t'vouare ta gueule à la pause méridienne.
Je ne savais même pas que ça pouvait exister une chose pareille, mais siii, on vient de me l'apprendre solennellement, même qu'on a eu l'air un peu surpris quand j'ai éclaté de rire et qu'on m'a demandé la raison de ma bonne humeur.
J'ai été obligée d'expliquer que c'était le soulagement à la certitude que mon Brisefer ne serait j a m a i s racketté des devoirs.
Il faudrait d'abord qu'il les eût faits, tiens.

mardi 16 novembre 2010

Brève de récré

J: "- ben mon papa il dit qu'aujourd'hui comme il restait à la maison il allait picoler!" (vous avez bien lu, c'est là le passe-temps préféré du père en question et l'enfant a parfaitement bien prononcé, hélas, contrairement à ce qu'a pu penser M. -dont le papa n'a pas les mêmes passe-temps, à l'évidence-):
-"mééé non, on dit pas comme ça: on dit bricoler!"

dimanche 14 novembre 2010

Monopol(y) et lutte des classes.

Quoi? c'est pas forcément contradictoire.
Tiens, l'homme qui partage ma vie, mon lit et accessoirement mes jeux de société les dimanches pluvieux n'est qu'un affreux marxiste capitaliste. Parfaitement. Qu'on se le dise:
On peut être un rouge de chez rouge qui lit Marx comme du petit lait chocolaté depuis 25 ans et qui vous gâche la dinde chaque Noël que le petit Jésus fait avec sa dictature du prolétariat,
et
se payer des hôtels particuliers sur l'avenue la plus chère au monde en noyant sans vergogne toute sa petite famille sous les hypothèques.
(comme je vous le dis).

jeudi 11 novembre 2010

Poilant.

Mon Brisefer, ne me demandez pas pourquoi, il est un brin patriote, parfois.
(Pourtant, je vous juuure qu'on ne l'élève pas comme ça.)
Donc ce matin, comme il nous l'avait annoncé la veille, à l'heure où l'aube blanchit la campagne et où on traîne encore en pyj, mon fils est parti seul sous la pluie la fleur au fusil jusqu'au monument aux morts, son bleuet offert par sa prof d'histoire chérie, (je dis ça parce qu'il a une prof d'histoire chérie officieuse et une prof d'histoire détestée officielle, il est comme ça mon fils, pas gâté par la vie en ce qui concerne l'attribution des profs d'histoire et sentimental tout plein) à la boutonnière.
(on est sur l'cul, hein?)

lundi 8 novembre 2010

Chuuut!

[eh...pssss....approche mon ami.... je vais te confier un secret.....un très grand secret.....mais ça reste entre nous, hein?....d'ailleurs si tu répètes à Brisefer ce que je te dis, je nierai, ça va de soi....] Il y a de ça quelque temps, Brisefer mon fils saxophonait devant une digne assemblée et pour l'occasion il lui avait été signalé qu'il serait de bon ton qu'il portât une chemise et un pantalon noir. Or Brisefer ne possédant point de pantalon noir il en emprunta un à sa généreuse grand-mère, l'inénarrable Bellzouzou l'aïeule -oui, celle-là même qui peut toujours te dépanner même si tu lui demandes les déguisements les plus fous-.
Le pantalon noir en question lui tombait parfaitement bien sur le derrière, à tel point que Brisefer ne le restitua pas et que l'aïeule dans sa toute générosité ne le lui réclama jamais. Pire: Brisefer se prit d'amour pour ce pantalon, et se mit à le porter régulièrement, en d'autres occasions que celles où il était forcé d'arborer pantalon noir et chemise si tu vois ce que je veux dire, genre pour aller au collège ou jouer avec ses potes. Tu devines: mon grand secret, celui qui me fait ricaner doucement toute seule quand j'y pense, c'est ça: mon Brisefer, il porte, de son plein gré et incognitosse Juan Carlos, le futal de sa grand-mère.
Le baggy c'est too much has-been my friend, Brisefer en tongs en futal de sa grand-mèreuh dans la rue!

jeudi 4 novembre 2010

Bellzouzou l'aïeule fête Halloween.

De notoriété publique, Bellzouzou l'aïeule aime les activités manuelles. On lui reconnaît même un certain talent, pour ne pas dire un talent certain.
Eh ben croyez-moi pas si vous voulez, l'autre jour pour Halloween, je suis allée faire un peu de rangement dans le sous-sol de Bellzouzou l'aïeule pour me faire peur car c'était de saison et, entre autre chose hein, j'ai trouvé ça au fond d'une armoire
et quand j'ai demandé à l'aïeule d'un ton blasé- ooh parce que j'en ai vu d'autres, vous savez- pourquoi elle conservait une cochonnerie pareille, elle m'a répondu que c'était le cadeau d'une copine allemande, que pour ma gouverne les Allemands sont réputés pour la qualité et l'originalité de leurs petits présents home made, qu'à l'origine il y avait des nouilles dedans mais qu'une fois les nouilles mangées elle les avait remplacées par de la laine et qu'elle le gardait parce que c'était mignon elle trouve, mais que si ça me plaisait elle voulait bien me le donner.

mardi 2 novembre 2010

Debout les morts!

Des vacances de Toussaint où j'ai pas blogué d'un cil, manquerait plus que ça, mais quand même:
- planté un cerisier, naaan j'rigole, en vrai j'ai juste dit à l'Ours où il fallait qu'il le plante; de la même façon je lui ai indiqué où il fallait déplacer l'althea qui ne se plaisait pas du tout là où il était et à quelle hauteur, -le tiers de la moitié du quart pour les ignares-, tailler les framboisiers (oui, j'ai beaucoup jardiné pendant mes vacances, croyez-moi pas si vous voulez: j'ai des courbatures).

- peint des chats, des chats et encore des chats avec Puceminus.*

- vu Les petits mouchoirs, alors là mes zamis le prochain qui me dit qu'il a aimé ce truc lacrymo-démago plus jamais je le fréquente. En revanche, j'ai vu la bande-annonce de L'homme qui voulait vivre sa vie et je vous ferais dire que demain à l'heure où blanchit la campagne je suis la première au guichet, Romain Duris, j'aime tes mains.

- fait des sablés aux pépites de choc' avec Puceminus*.

- lu Le choeur des femmes de Martin Winckler, 590 pages dévorées en deux jours mes zamis, l'Ours qui m'appelait pour manger limite je l'envoyais réclamer une inflation à Rachida Dati tellement ça m'a plu, [le liiivre, parce que l'inflation, pff.] J'ai même trouvé le temps d'adorer aussi Marckus presque mort de Valérie Sigward.

- joué Ah vous dirais-je maman? au piano avec Puceminus, yeah!*

- avancé mon trico au tricothé, c'est une écharpe en poils de chat, je la destine à George, who else?, je m'autorise à penser à lui seulement quand j'ai terminé mon rang, plus concentrée tu meurs même mon maître l'a remarqué qui a dit que j'avais beaucoup progressé et que je tricotais "détendu de la maille" si c'est pas du compliment ça, hein?

* [oui le truc quand vous ne pouvez pas vous débarrasser de tous vos enfants en même temps pendant les vacances, c'est de refourguer les bons, j'ai donc gardé le tiers le plus reposant de ma progéniture -et je m'en félicite figurez-vous-.]