Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

lundi 19 novembre 2007

Qui bouffe qui? ou l'impitoyable chaîne alimentaire dans l'Education Nationale.

Vendredi dernier, j'avais à l'école Ze grosse réunion officielle que pour un élève accueilli deux demi-journées par semaine en classe on se rassemble pour causer de lui pendant trois heures non stop à douze autour de la table (c'est exprès qu'on n'invite pas la femme de ménage, parce qu'on est superstitieux).

Réunion pour laquelle, forcément, ma collègue directrice et moi on a un peu besoin d'être remplacées dans nos classes, et pour cela de téléphoner à Madame la toujours très aimable secrétaire de circonscription, ce qui donne ce genre de mignonne petite conversation (retransmission fidellissime):
"- bonjour madame, école XXX, nous avons la semaine prochaine une réunion concernant l'enfant XXX; vous serait-il possible, dans votre grande bonté, de nous envoyer deux remplaçants pour l'après-midi, s'il vous plaît?
- (ton sec et sans appel habituel) J'en ai pas, mais dites-moi plutôt pendant qu'on y est: combien de grévistes chez vous mardi prochain?"

Ma collègue et moi, on a l'habitude de ne pas être remplacées, c'est rien de le dire; on ne s'y habitue pas, mais on a l'habitude. Si on récapitule, on nous demande à la fois d'assister à une réunion nécessaire et obligatoire et de faire garder nos deux fois 26 élèves par nos collègues et/ou par les ATSEM (dont ce n'est pas le boulot) disponibles, c'est-à-dire celles qui ne surveillent pas la sieste des petits asteure, à la débrouille-toi comme j'te pousse. Tout le monde est très content.

A l'heure de la réunion, ma collègue et directrice qui est brave comme tout et n'a pas peur des dragons -c'est mon idole- saute sur l'Inspecteur à peine arrivé et lui dit franco de port et d'emballage: (retransmition fidellissime)
"- Monsieur l'Inspecteur, je ne suis pas contente du tout, nous n'avons pas de remplaçants dans nos classes.
- mais Madame XXX, il fallait en demander, voyons!!!
- vous pensez bien que j'en ai demandé, mais il m'a été répondu, très sèchement au demeurant, qu'il n'y en avait pas de disponible.
- (un temps) vous avez un téléphone?
( On le lui passe. Un autre temps) vous avez le numéro de ma secrétaire de circonscription? ( On le lui passe. L'Inspecteur s'éloigne un peu et comme nous respectons la limite de discrétion, nous n'entendons pas la teneur de la conversation, juste le ton qui monte un peu (si peu), puis revenant: Voi-là, un remplaçant (pour deux classes, ndlr) arrive! Mesdames, pour avoir un remplaçant, il faut IN-SIS-TER, vous le saurez pour la prochaine fois!!! "

La-dessus, la fine équipe s'en va en réunion, c'est une ATSEM qui ouvrira à la remplaçante et la mettra rapidement au courant, où sont les toilettes, l'emploi du temps, l'heure de la récré, la réserve de thé, l'armoire à pharmacie toussatoussa.

Trois heures moins cinq (au sens propre) plus tard, ma collègue et directrice reste remplir de la paperasse, et je m'en vais récupérer les 52 mioches survoltés que la remplaçante a parqués dans un coin du préau en travaux, seul endroit adapté au nombre et à l'état d'excitation des fauves.
Là, apercevant sa proie une Bellzouzou innocente, la remplaçante, tous crocs dehors: "c'est vous la directrice? nan? c'est vous que j'ai remplacée? mais keskessékceplantoupourri?? la secrétaire m'appelle en gueulant "il faut aller à l'école XXX, tout de suite et très viiiiite", j'ai cru qu'il y avait eu un accident; ensuite j'arrive ici, personne pour m'accueillir, et 52 gosses et faut voir lesquels à garder, ben merci!!!"

Ai-je besoin de préciser que vendredi soir, il n'a pas fallu longtemps à l'Ours pour comprendre d'après mon état de fatigue et d'énervement que ça ne serait encore pas ce soir que les lattes du sommier allaient sauter?

23 commentaires:

  1. La remplaçante, elle pense vraiment que son travail c'est garder des gosses, tu crois?

    RépondreSupprimer
  2. @ Daphnénuphar:
    52 à la fois, surexcités et qu'elle ne connaît pas... Qu'est-ce que tu essaierais de faire, à sa place ?

    RépondreSupprimer
  3. Situation qui me rappelle des bons enfin non plutôt des mauvais souvenirs! Vive l'Education nationale et bon courage à toi!!!

    RépondreSupprimer
  4. et la tesponsabilité dans tout ça ? pourquoi acceptez-vous ? La directrice pouvait prévenir l'inspecteur que vous ne pouviez venir à la réunion en l'absence de 2 remplaçants : il aurait probablement trouvé une solution plus tôt ! Sinon, on ne reçoit pas les enfants ...Quand il y a un accident , ce sont les instits qui sont dans le box des accusés !

    RépondreSupprimer
  5. @ Saperli: dans le cas présent, la réunion avait un caractère urgent et obligatoire; l'Inspecteur était tout à fait au courant de la situation avant la réunion, il a trouvé une parade en urgence dans la mesure où le problème du remplacement a été évoqué devant les personnes présentes à la réunion, pas toutes membres de l'Education Nationale; sinon, le problème n'aurait pas été résolu, bien évidemment, et les autres collègues de l'école se seraient partagé nos élèves, avec l'aide de certaines ATSEM, ce qui est théoriquement interdit; c'est ce qui se passe dans toutes les écoles de France et de Navarre quand un maître est absent, dans la mesure où les remplacements deviennent de plus en plus rares, surtout en maternelle.
    La responsabilité des instits?? toujours dans ce cas précis, il me semble que, vu les circonstances et sauf faute caractérisée de la remplaçante, c'est celle de l'Education Nationale qui serait engagée.

    (Quand je pense que ces feignasses d'enseignants seront encore en grève demain, c'est honteux.)

    RépondreSupprimer
  6. qui est donc le dernier maillon de la chaine alimentaire, je ne suis pas sûr d'avoir bien compris?
    :)

    RépondreSupprimer
  7. et ta dirlo, elle a lâché le morceau à cette ?%$?& de secrétaire rapport aux grévistes ?
    (et d'ailleurs, la question que la secrétaire posait... c'était bien comme je l'ai compris, i.e. pour ficher les glandeurs, ou est-ce que c'était (au moins) pour prévoir les remplacements ??)

    RépondreSupprimer
  8. quelle erreur ! ça t'aurait détendue au contraire (de faire sauter les lattes du sommier)

    RépondreSupprimer
  9. oh my dear, only on friday? come to L.A to me, I give you a massage ...You need relax you!!!I can help You!
    kisses
    George

    RépondreSupprimer
  10. whatelsie nespressive19 novembre 2007 à 18:11

    Jojo, ce n'est pas le moment, est-ce ? Jojo ! Jo-jo ! Come home !

    RépondreSupprimer
  11. Ben il vous faut un sommier tapissier: les lattes ne sautent pas!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. moi ça m'épatera toujorus comme "ya personne" et on gueule un peu et oh miracle "ya quelqu'un"... question stupide, mais le "quelqu'un" était où avant quand il n'y avait personne ?? on dépoile Pierre pour habiller Jacques ?

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour votre esprit, chère collègue. Quel talent pour évoquer notre grande maison. Je vous lis avec grand plaisir et je ris beaucoup.

    RépondreSupprimer
  14. "pas ce soir que les lattes du sommier allaient sauter?"
    Demain mardi soir, peut être plus approprié ?!
    Vous aussi, vous pouvez pas faire vos réunion EN DEHORS DE VOTRE TEMPS DE TRAVAIL ?! (haaaan, pas taper, c'est pour de riiiiire ! )

    RépondreSupprimer
  15. @ Melchior : essayer de les hypnotiser? ou puisque c'est comme ça que l'EN voit mon boulot (et non pas moi), tenter de me faire payer le DEFA pour une éventuelle reconversion, voir commencer une VAE (sait-on jamais avec le gouvernement actuel faut mieux couvrir ses arrières)?

    RépondreSupprimer
  16. Je compatis à 200%, ici aussi les remplaçants sont une denrée très rare, surtout en maternelle.
    Ton histoire me rappelle la fois où j'avais 2 collègues absentes et non remplacées, on avait 80 élèves pour 2 instits. Ce fut très chaud !


    y s'passe koi dans 4j ???

    RépondreSupprimer
  17. Et ils portaient des bottes les 52 gamins ? O:-)

    RépondreSupprimer
  18. @ Névros': pire: des chaussures à lacets!

    @ Laeti: c'est J- 4 before ZE horrible thing.

    @ Marc: j'ai bien reufleuchi, je crois que le superprédateur, c'est MOI!!

    @ Dodinette: c'est évidemment pour ficher les glandeurs rapport à leur fiche de paie, justement...
    Mais on ne lui répond jamais, si elle veut savoir, elle vient voir elle même le jour de la grève, non mais sans blague.

    RépondreSupprimer
  19. Ici, il y a une juge qui a été occuper le bureau du ministre avec 6 enfants à gros gros problèmes... vous ne voulez pas ouvrir des budgets pour que les pros s'en occupent? démerdez-vous avec.

    52 petits mousses dans le bureau de celles qui octroient les remplaçantes, après une demi-journée, elle comprendra la nature du problème.

    RépondreSupprimer
  20. bellzouzou tu es mon heroine du quotidien!!

    RépondreSupprimer
  21. comme je comprend !
    Et toi, ce n'était "qu'une" demi-journée !
    Moi je pars dans deux semaines, pour le reste de l'année, le rectorat est prévenu depuis aout, j'ai une classe de termninale avec le bac à la fin de l'année, et toujours pas de remplacant...

    RépondreSupprimer
  22. Moi aussi ça me parle comme situation!
    Les remplaçants on ne sait même plsu à quoi ça ressmeble, depuis qu'ils ont décidé que les primaires étaient prioritaires sur les maternelles. Du coup nous, on doit partager 27 gamins sur 4 classes, quand eux, pourraient les partagher sur 10! Va comprendre!

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: