Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 17 octobre 2012

...perd sa place (suite et fin)

Brisefer s'est lancé toutes épaules devant sur la porte pour l'enfoncer. On se serait cru dans un film. Sauf que la porte ne s'ouvrait pas d'un seul coup. Elle ne s'ouvrait même pas du tout, pour te dire. On entendait juste craquer bizarrement. Brisefer a dit que c'était ses épaules qui faisaient ce bruit et qu'il renonçait, parce qu'il avait mal et s'était probablement déboité les deux, au moins.

Ensuite il a annoncé d'un ton enthousiaste que la seule solution, c'était d'aller chercher de quoi démonter la serrure et c'est là je crois que j'ai huurlé nooon très fort et qu'il s'est fâché en disant que j'étais folle ou quoi je l'avais fait sursauter et que si je devenais hystérique il allait me laisser me débrouiller toute seule et on verrait, hein.
J'ai dit banco pour la serrure.
Une fois la serrure démontée, on ne pouvait pas ouvrir la porte pour autant, mais au moins on pouvait se voir par les trous et c'était rassurant, je trouve. Quand Brisefer a dit qu'en plus, il serait facile de glisser une paille à travers pour m'alimenter, j'ai été encore plus rassurée.

Sur ce, Brisefer a dit que comme j'étais rassurée maintenant et que c'était pas tout ça mais il avait une partie en cours, est-ce qu'il pouvait faire quelque chose pour moi avant de redescendre? Je lui ai demandé de me glisser mon classeur de photos de George nu, mais il était trop épais et ne passait pas sous la porte, et pas plus par le trou de la serrure hélas, ce qui était à prévoir, malheureusement.

En attendant le retour de l'Ours et sa légendaire ingéniosité, j'ai pris mon mal en patience et, toute frigorifiée de la voute plantaire que j'étais (car sans chaussettes, pardi, heureusement, j'avais le bulletin syndical que j'ai pu glisser sous mes pieds ), j'ai entrepris de nettoyer mes ouatères. Pour une fois que j'avais rien de mieux à faire, tiens, ça tombait bien. Ensuite, j'ai épluché le Cheval magazine de Minipuce, quelles friandises pour le cheval? comment faire une bonne litière à ton poney? ça m'a bien intéressée tout ça.
Quand j'avais envie de faire pipi, je ne me gênais pas.

L'ours a fini par rentrer, alors que franchement, c'était les deux premières heures qui étaient difficiles, là je commençais à m'habituer, presque.
Impressionnant de self control, -même vu de derrière-, il est allé chercher fissa sa clé à vélo multi usages et en moins de deux, deux heures et dix minutes après être entrée j'étais dehors, toute frigorifiée des panards, laissant derrière moi des ouatères plus ru-ti-lan-tes ça se peut pas.
Je sais tu es déçu que ça soye déjà fini (et que ça se finisse bien, je suis sûre), j'en suis bien désolée pour toi, mais moi j'étais plutôt soulagée pour te dire, la preuve: mes premiers mots de rescapée aux quatre qui m'attendaient derrière la porte furent: Vous m'avez manqué, ce qui est bien la preuve que j'avais quand même sérieusement songé y rester.

26 commentaires:

  1. HA MERCI,
    merci pour la rigolade, j'en avais bien besoin aujourd'hui, et merci d'avoir rompu ce suspens insoutenable, depuis ces quelques jours j'étais très impatiente !
    Merci donc, et on en veut encore !!!

    RépondreSupprimer
  2. Les épaules de Brisefer se sont elles remises ? C'est important quand même.
    En tout cas je note que ce charmant fils pense à ta survie via la paille et que ma foi c'est déjà bien.

    L'avantage et je pense que tous l'auront remarqué c'est que vous avez des toilettes nickel !

    Punaise 2h ça fait long quand même :-D

    RépondreSupprimer
  3. Je sais, c'est pas bien de rire des coupines dans la mouise, mais quand même, ça fait du bien !
    Et puis chuis aussi contente que ton ours t'aie libérée, faut pas croire...

    RépondreSupprimer
  4. Oui, moi je suis ravie qu'on t'ait libérée pour que tu puisses ensuite nous raconter! bon ben voilà, je suis abonnée à ton blog qui devrait être remboursé par la sécu, tellement il fait du bien au moral!

    bisous

    Casa

    RépondreSupprimer
  5. Finalement, on a raison de dire aux jeunes enfants de ne jamais s'enfermer à clé dans les wawa. Mais quand même, 2h, quoi... (au fait, t'en as profité pour nettoyer les murs ? parce que je ne sais pas chez toi mais chez moi, les garçons ça éclaboussent jusque sur les murs !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai même eu le temps de faire le plafond, dis donc ;-)

      Supprimer
  6. je te découvre (merci casa) et ayéééé je suis fan !!!

    RépondreSupprimer
  7. Et ben ma belle zouzou quelle aventure!!! Ça t'apprendra à ne pas mettre de la lecture passionnante dans tes toilettes !

    RépondreSupprimer
  8. Voilà du "grand Bellzouzou" ! Ton meilleur billet depuis le début à mon z'avis !!

    Et,

    Si je peux me

    permettre

    largement plus poilant que la "Complainte au clair de lune des instits en Gaule" !!!!!!

    hihihiihiiiiiii

    Thémilia

    ok,ok, je sors : je fais pas partie de la secte....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh bien tu vois,Thémilia, rien que le fait de dire ça,"la secte",c'est faire montre de mépris pour les enseignants;même pour irire! (je précise que je n'en suis pas une ,au cas où)

      Supprimer
  9. pourquoi tu fermes quand tu es chez toi??? t'as mis des bouquins depuis?

    RépondreSupprimer
  10. maman chérie et adorée18 octobre 2012 à 11:12

    Complètement d'accord avec casa, tu devrais te faire payer par la sécurité sociale. En tous cas, je suis contente que tu as pu être délivrée de ton enfer outèresque par l'Ours (comme quoi, ça sert d'avoir un Ours chez soi, même qu'on dirait pas comme ça). Juste par curiosité, Brisefer, qui a vécu dans tes entrailles pendant neuf mois, qui as têté tes seins, qui s'est nourri de tes purées faites maisons, etc.., et qui t'en ai très grandement reconnaissant au quotidien, il a dit quoi quand tu lui as dit qu'il était privé d'ordi à vie???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eeeeeeh, vaziiii, ça s'fait trop pô (ou kekchose dans le genre) ;-)

      Supprimer
    2. En plus, sur ton blog, je lis aussi les commentaires, c'est dire si 1) j'ai mal au ventre de rire 1) je vais avoir des valises sous les yeux parce que ça fait bien 1h30 que je me répète "faut que j'aille me coucher".

      Supprimer
  11. Deux heures dix ! misère...

    Flore

    RépondreSupprimer
  12. La prochaine fois que tu vas aux toilettes, prends ton ordi pour nous raconter en live tes ressentis des fois que tu y sois encore cloitrée !

    RépondreSupprimer
  13. C'est tellement drôle quand ça arrive aux autres ! Moi j'ai connu la même chose en moins longtemps mais dans les toilettes de l'école.... et c'est deux petites nenettes de 4 ans qui se tapaient la discut en se lavant les mains qui m'ont permis d'être libérée !

    RépondreSupprimer
  14. Je me trompe, ou ce n'est pas la première fois?
    En tout cas, je comprends mieux pourquoi certains ne ferment jamais la porte...

    RépondreSupprimer
  15. D'où l’intérêt d'avoir une tenture comme porte aux chiottes! (Du provisoire qui dure depuis hummm 5 ans au moins! )

    Merci pour ce fou rire...

    RépondreSupprimer
  16. ici ça ne pourra jamais m'arriver... la porte ne ferme pas !

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de me prendre un fou-rire mémorable, merci !

    RépondreSupprimer
  18. Et euh... hummm... les quatre qui t'attendaient devant la porte, c'était parce qu'ils attendaient de pouvoir ENFIN aller se soulager ? lol !
    J'en ris, mais je n'aurais pas aimé être à ta place non plus... Je crois qu'il faut que je songe à installer de la lecture dans mes toilettes, au cas où...

    RépondreSupprimer
  19. oh purée ma povvvvvvv ... je ferme pas la porte moi !
    C'est un des conseils de ma mère avec la petite culotte propre et pas déchirée "des fois que t'irais à l'hôpital"

    Patricia

    RépondreSupprimer
  20. Chez moi, c'est "le moniteur automobile", la lecture... Alors je ne ferme pas à clef, c'est trop dangereux, je pourrais faire une intoxication.
    Et j'ai déjà dû passer par dessus un mur de toilettes pour pénétrer dans les ouatères d'une petite qui s'était enfermée. Pour un peu, on aurait été 2. Au moins, on se serait tenu compagnie... Mais ce jour oà, ça ne faisait rire que moi!

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: