Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 29 mars 2012

On a fait philosophie.

Depuis quelque temps, nous, en classe, on fait (gonflez les joues et les tétés) de la phi-lo-so-phie. Parfaitement. Avec la maman d'A, qui a de très grands élèves dans une très grand école avec qui elle fait de la philosophie tout pareil qu'avec nous, mais nous, c'est encore plusse chouette qu'eux parce qu'on va dans la salle de la garderie là-haut où avant on faisait la sieste mais maintenant on la fait plus parce qu'on est des moyens et bientôt des grands, même, et qu'on met des chaises tout en rond pour bien se regarder et philosopher.

Bon, pour tout vous dire, au début, on a eu un peu de mal. Quand la maman d'A. nous a demandé le premier jour ce qu'on aimait dans la vie, et que N. a pris le bâton de parole le premier pour dire, dans un silence religieux, que ce qu'il aimait c'était les frites, ben on a tous dit les uns après les autres que ce qu'on aimait c'était les frites, les frites et encore les frites et peut-être aussi un peu les nuggets, et la fois suivante, quand la maman d'A. nous a demandé pourquoi c'était bien d'avoir des copains, on lui répondait encore que ce qu'on aimait, c'était les frites, que les frites c'était quand même drôlement bon et que maman elle voulait jamais en faire, mais qu'à Makchose il y en avait plein, des frites. Même que la maîtresse elle était vraiment impressionnée que la maman d'A. elle perde pas pas patience avec nos histoires de frites à n'en plus finir, qu'elle ait l'air de trouver ça intéressant presque et qu'elle arrive à poser d'autres questions pour relancer l'affaire, même quand ça avait l'air d'être mort, le débat sur ce qu'on aimait dans la vie, tu vois.

Mais ça, les frites, c'était avant de toute façon, quand on n'était pas encore des vrais (gonflez les joues et les tétés) philosophes.

Parce que maintenant, on a compris comment ça marche, la philosophie. Il faut juste pas toujours parler des frites, c'est tout.
La dernière fois, la maman d'A, elle nous a demandé ce qui était juste ou pas juste, et pendant que la maîtresse elle regardait ses pieds en regrettant de pas avoir mieux écouté quand elle était en terminale, nous on reufleuchissait.
Quand elle nous a demandé si ça nous semblait juste qu'elle apporte à l'école un gros gâteau au chocolat et qu'elle donne de très grosses parts à certains et de toutes petites à d'autres, on lui a pas dit qu'on préfèrerait des frites, on lui a dit que oui, c'était juste si elle donnait les grosses parts à ceux qui travaillent bien et les petites à ceux qui travaillent mal, et là, la maîtresse elle a failli se trouver mal, parce qu'elle a bien vu qu'on était tous de droite dans la classe. Alors on a essayé de se rattraper sur la fin:

" Maman d'A:  (...) par exemple, si j'ai dans ma poche un bonbon et que je rencontre un copain dans la rue, qu'est-ce que je peux faire?
- tu manges le bonbon et tu lui en donnes un autre.
 Maman d'A: et si je n'ai qu'un seul bonbon?
- tu le coupes en deux
 Maman d'A: mais si c'est un bonbon très dur, et que je ne peux pas le casser en deux?
- tu vas chez toi chercher des ciseaux
Maman d'A:  mais si je suis très loin de chez moi, disons que je suis dans ...le désert, par exemple...
- tu vas chez le boucher et tu lui demandes un grand couteau pour couper le bonbon...
- ou une scie.
- ou une tronçonneuse."

Voyez comme on raisonne, nous, hein.
Et en plus on est drôlement contents après qu'on a fait la philosophie, parce que la maîtresse et la maman d'A., elles nous disent toujours que si on est pas de grands (gonflez les joues et les tétés) philosophes, alors qu'est-ce qu'on est.

32 commentaires:

  1. Mais c'est vrai que les frites, c'est quand même bon.

    RépondreSupprimer
  2. Et on en parlait pas assez en cours de philo de mon temps, des frites...
    C'est excellent en tout cas cette initiative et très très bien raconté !!
    Toutes mes condoléances pour ta classe de droite ! :-D

    RépondreSupprimer
  3. ah! les ateliers philo...... que de bons souvenirs... par contre, ils ne m'ont jamais parlé de frites et c'est bien dommage!

    RépondreSupprimer
  4. Un soupçon d'Émile Ajar dans l'écriture de cette belle note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou du p'tit Nicolas. c'est selon... F*

      Supprimer
    2. dans les deux cas, j'en serais très fière!

      Supprimer
    3. J'ai aussi pensé au Petit Nicolas !

      C'est super intéressant tout ça :-)

      Supprimer
  5. Pour le coup du bonbon (bien plus difficile à couper que la frite,, pas bête la maman d'A), ils sont peut-être restés un peu près du sol, mais ils ont réfléchi. C'est déjà pas mal!
    Et pour la taille des parts de gâteau, ce n'est pas ce que tu fais avec eux en classe? ;-)

    RépondreSupprimer
  6. La philo, aïe aïe aïe. A notre époque, nous avions un prof assez terrible qui nous racontait les week end d'un autre prof et aussi l'histoire de sa vie là-bas, au loin. Mais bizarrement, il ne s'est jamais arrêté sur le bienfait des frites dans la société moderne. Comprends pas. Par contre, je voudrais bien voir le boucher couper le bonbon en deux dans le désert avec sa tronçonneuse. Hihihi.

    RépondreSupprimer
  7. Oh j'adore cet article!!! Un grand merci!!!

    RépondreSupprimer
  8. c'est vrai qu'il n'y a pas d'âge pour philosopher surtout sur les frites... je suis sûre qu'à l'hospice des vieux ils pensent tout pareil

    RépondreSupprimer
  9. j'ai beaucoup aimé "ce n'est qu'un début"! c'est bien de proposer cet atelier! il faut que tu leur fasses écouter "les frites, bordel" de Thomas Dutronc!

    RépondreSupprimer
  10. La maîtresse, je ne sais pas pour la philosophie, mais pour l'écriture d'article trop chouettes et rigolos, c'est la plus forte !

    RépondreSupprimer
  11. Si je te dis que mes élèves de première et de terminale ne se sont trop éloignés de ce niveau de réflexion (bon, ok, je philosophe pas avec eux, mais je les entends) ça te rassures ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah? c'est pour ça que la maman d'A. elle gère aussi bien! je me disais aussi.

      Supprimer
  12. Ha ! Ma journée a été super chouette aujourd'hui et en plus je me prends un bon fou-rire en te lisant ! Ça fait du bien, je vais bien dormir.
    ça fait un moment que j'ai envie de me lancer dans les ateliers philo avec mes moyens, mais là je vais le faire juste pour vérifier si ça débat sur les frites chez moi aussi.

    RépondreSupprimer
  13. Mais le gâteau au chocolat, en vrai, aurait-il pu passer le sas bellzouzou? hum? et la salle des maitresses, hein? vous pensez vraiment qu'il aurait pu arriver jusqu'aux petits enfants, sages ou pas sages? Nan pasque si l'hypothèse de base, elle est pas crédible, alors ça sert à quoi de philosopher sur les grosses ou les petites parts? je m'interroge...

    RépondreSupprimer
  14. c'est rigolo ! j'ai cru lire le ptit Nicolas !!! trop drôle ta façon de raconter. Et je dois dire que si le prof de philo de terminale nous avait parlé de frites je crois que j'aurais prêté plus d'attention à la philo !!! (j'ai jamais rien compris à cette matière !)

    RépondreSupprimer
  15. Ben vous avez bien du courage avec la maman de A. de faire ça avec des pitis Bravo. Sinon, rien à voir, quand je lis ton billet via Nevibes sans l'ouvrir dans une nouvelle fenêtre, j'ai en bas de page une pub pour un site de "Cougar rencontres", pub qui n'apparait plus quand on ouvre le site dans une nouvelle fenêtre (chuis pas claire, là... Si ?) On dirait qu'y a un truc qui s'impose chez toi à l'insu de ton plein gré ?

    RépondreSupprimer
  16. c'est à cause qu'il y en a qui me persécutent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi ça me dérange pas l'adresse d'un site de cougar rencontres... mais ça risque d nuire à ta e-réputation, fais gaffe :-)

      Supprimer
  17. ;-))
    Ah oui, il ne manque qu'un coup de poing sur le nez pour être dans le petit Nicolas (celui qu'on aime, hein).

    RépondreSupprimer
  18. Nous nous avons proposé une opération "bol de riz" à l'école la semaine prochaine. Les parents dont les enfants mangent à la cantine doivent faire le choix du bol de riz ou du repas traditionnel. L'opération bol de riz visant évidemment à envoyer de l'argent à une association caritative... mais nettement moins sympa qu'un repas traditionnel ! Pierre (à qui les parents avaient laissé le choix) sensibilisé par l'idée de cette opération a précisé : "Je veux bien participer à l'opération bol de riz mais je veux un repas normal !" Pas fou...

    RépondreSupprimer
  19. :-D Merci pour ce fou rire. Je trouve que les enfants sont les plus grands philosophes de la terre et c'est super chouette que la maman d'A vienne dans votre classe pour partager ce genre de moments. Maintenant que l'obsession des frites est passée j'ai comme dans l'idée que tu vas avoir pas mal de choses à nous raconter, trop d'la balle !

    RépondreSupprimer
  20. super !
    J'ai toujours adoré les ateliers philo. Mais je n'ai expérimenté qu'en cycle III. En maternelle, c'est top !
    :o)

    RépondreSupprimer
  21. 3 ans de pratique d'atelier philo avec mes grandes sections et pas une seule histoire de frites je suis jalouse :-D Mais y'a des fois, j'avoue je me marre bien. Jalouse aussi parce que je n'ai pas de maman d'A. pour m'aider, heureusement qu'il y a les pages des p'tits philosophes de Pomme d'Api ;-)

    Si tu n'as pas vu le film "ce n'est qu'un début" dont parle Esom, fonce c'est un régal (j'ai eu la chance d'assister à une séance où la directrice de cette école était présente pour nous expliquer le projet c'était extra!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel courage, Sosso! perso, je ne me lancerais pas toute seule, c'est un métier, philosophe, hein...
      et pis je trouve bien que l'atelier philo soit animé par quelqu'un d'extérieur, sinon ça ressemble trop à ce qu'on fait tous les jours en langage, je trouve (les frites, toussa). Et c'est très formateur pour nous d'avoir la "parole et le geste" d'un vrai prof de philo.

      Supprimer
  22. Bon on savait bien que les frites faisaient l'unanimité dans la tranche d'âge mais on a bien ri pendant tout le début de l'article (le ton toujours aussi bon -même si surement moins bon que les frites -!).
    Et puis subitement on a cessé de rire quoi les enfants les moins bon auraient aussi du gâteau au chocolat ! et pourquoi pas l'égalité des chances tant qu'on y est... Et puis à quoi ça sert donc que l'on batte notre L. pour qu'il soit le meilleur !!!

    La maman lambda

    RépondreSupprimer
  23. C'est toujours un régal de te lire :-)

    RépondreSupprimer
  24. Et bien, moi, en bac philo, on avait 8h de philo par semaine et notre prof nous avait fait étudier " La soupe aux choux "...
    En revanche, on n'a pas eu assez de temps pour aborder la maïeutique...
    Si je n'avais pas un recul de quelques années là-dessus (ainsi que la moyenne au bac parce que coéff 9, ça fait mal), ça me ferait rugir. Maintenant, j'en ris !

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: