Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 10 juillet 2008

Mon amie, ma soeur,

chère Carla, dans mes bras, cette phrase d'anthologie, elle me résume totalement, c'est exactement ce que je voulais dire, moi aussi, merci.

"non, je ne suis pas enceinte, c'est juste que je

bois trop de bière."


(comment j'imagine trop la Bernie nous dire ça au quinquennat précédent.)

mercredi 9 juillet 2008

D'enfer.

J'en ai déjà causé un jour, l'Ours de moi que j'ai et j'aime, il écrit M A L.

Mais alors vraiment très mal.

Il a beaucoup de qualités par ailleurs, mais le fait est qu'il écrit comme un enfant de (début de) CP qui s'applique à former ses lettres de sa grosse écriture malhabile et en appuyant très fort sur son crayon. Et qu'à son âge, c'est proprement ridicule, mais figurez-vous qu'il ne le fait pas exprès, c'est plus fort que lui, il ne peut pas s'en empêcher.

Et comme tracer de grosses lettres et appuyer très fort sur son crayon ça prend du temps c'est bien connu (tous les enfants de CE1 savent ça, je crois), il écrit très lentement.

Par conséquent, il a mis longtemps, très longtemps même, cette année encore à me rédiger son plan de marche pour sa rando. Il s'est appliqué, il y a mis tout son coeur, on le voit bien qu'il a tiré la langue pour bien former ses petites lettres rebondies.

(C'est moi qui ai tout salopé son beau travail en rayant au fur et à mesure, mais essayez de vous représenter comme c'était tout joli à l'origine.)



Mais comme il a quitté le CP depuis fort longtemps avant la fin du siècle dernier (et je n'invente rien), il a fait la pire des choses, il a fait ce qu'il ne faut surtout pas faire: il a pris des défauts.

Et même le pire des défauts si vous voulez savoir, puisqu'il ne ferme plus ses lettres.

Sans doute pour gagner un peu de temps, vous me direz.

N'empêche que Brisefer et moi qui suivons à distance son parcours en plantant un cure dent à chaque étape, on a bien rigolé l'autre jour


(Tout ce qui est rayé a été fait, le cul d'enfer c'est bon, il connaît, il l'a escaladé même, tenez-vous le pour dit.)

mardi 8 juillet 2008

Oooh le mignon petit questionnaire!

Comme c'est pire encore que Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! Morne plaine ! sur la blogotruc, aujourd'hui, c'est décidé, je règle leur compte aux questionnaires.

Les questionnaires c'est bien pratique quand on n'a rien à dire, vrai de vrai c'est sûr ça occupe ça fait du remplissage.
Quelquefois, j'en vois qui me donnent envie d'y répondre -si si-, mais le plus souvent, même quand je suis questionnée par de très chouettes gens, je ne suis pas inspirée du tout, les machins de cuisine par exemple, vous dire que comme pratiquement tout le monde je n'aime ni les tripes ni les boyaux mais que par contre le chocolat c'est miam, bof-quoi.
Mais bon, c'est wâcances, il pleut il vente il fait pas beau, il y a un questionnaire qui circule et qui me fait de l'oeil, faut dire pourquoi on blogue, pourquoi on a choisi ce pseudo et ce titre aussi, ça n'engage à rien, c'est bête comme chat, ça casse pas trois pattes à un rat musqué, toussa.
Donc, bref, quoi.
Je blogue, c'te question, parce que ça m'amuse, ça me détend, ça fait râler mon homme. Et pis pourquoi je bloguerais pas, d'abord, hum?
Bellzouzou, parce que quand j'étais petite, ma soeur qui avait la lubie des surnoms et avait rebaptisé toute la famille (il y avait Néné, Pépé, Mimi et Coco hu hu, je n'invente rien de rien) m'appelait 'Zine, puis Zizine, puis Zouzou, puis Bellzouzou (dans mon souvenir, là, c'est l'aïeule qui avait lancé ça, c'était en référence à Colette, je crois, qui appelait la sienne de fille BellGazou, ce qui n'est pas mieux, on est bien d'accord).
On trouve de tout chez Bellzouzou, c'était parce que je ne savais pas quoi donner comme titre et que c'est la première chose qui me soit venue à l'esprit vu que j'ignorais jusqu'à ce que j'allais y mettre mais que je pressentais que ça allait être un grand foutoir fourre-tout. Pour ne rien vous cacher, à l'origine, je voulais parler d'un truc dont je n'ai finalement jamais dit un mot et dont vraisemblablement je ne causerai j-a-m-a-i-s, plus envie plus besoin.
Récemment rebaptisé Chez Bellzouzou, parce que j'aime la sobriété, tout compte fait.

dimanche 6 juillet 2008

Leçon de vie (à la Pyrénéenne).

A quoi voit-t-on qu'un homme vieillit?

C'est tout simple.
Et c'est terrible mais que voulez-vous.

Prenez au hasard un homme de ma connaissance, jeune, pimpant et portant beau, ayant il y a de ça quinze ans déjà, traversé les Pyrénées d'Ouest en Est oui oui vous lisez bien, de la gauche d'Hendaye à la droite de Banyuls quand vous les regardez toutes deux bien en face.

Le tout à la force de ses mollets de coq, portant sa maison sur son dos et dormant à la belle étoile, rentrant auprès de sa belle couvert de poux, les entre-doigts de pieds si mycosés qu'il a échappé de presque rien à l'amputation au-dessus des genoux, et arborant aux poignets deux ravissants coliers anti-puces pour chats et chiens tant étaient gênantes les démangeaisons dont il souffrait.

Le tout en un temps record, six semaines à peine, si si, essayez voir un peu.
C'est là la plus grande fierté de sa vie, d'ailleurs.
Après ce qui lui pendouille entre les jambes, bien sûr.

Eh bien un beau jour comme ça sans prévenir, quinze ans plus tard donc, vous surprenez le même homme en train de se préparer une randonnée de seulement 6 jours c'est bien assez, montre et boussole en main, paillasse et couverture réservées en refuge gardé Trois isards d'or au Michelin avec repas complet et douche chaude assurés tous les soirs.*
Là, d'un coup, que voulez-vous c'est ainsi que va la vie, vous lisez son âge aussi facilement que dans le tronc d'un vieil arbre ou dans le côlon d'un rat musqué**: votre homme a vieilli.

*Et comme ça m'a tout l'air d'être le début de la fin, je m'attends à ce que très bientôt il prépare sa rando avec La Pélerine et son système de transport de bagages, hein.
** Il paraît.

mardi 1 juillet 2008

SHarKistiquement vôtre.

Monsieur Brisefer mon fils qui aime les belles choses n'est-ce pas, est fan absolu des Dents de la mer, -ce qui, contrairement à moi, ne l'empêche pas de barboter dans l'océan comme un bienheureux l'été-.

Depuis que Bellzouzou l'aïeule lui a enregistré tous les épisodes (siii, elle l'a fait), et pour pouvoir les zieuter en boucle tranquille peinard mon nanar, il exhorte ses soeurs à aller jouer dehors allez allez parce que là, ça va saigner.

La maison retentit alors de stridents"hiiiiiiiiiiiiiii un requiiiiin!!!!" "attention, sur ta gauche, il attaaaaaque!!!" et autres "t'inquiète, je vais l'achever, ce salopard!!!".

Je suis stressée en ce moment, quoi.

Pour tout vous dire, je sursaute même quand mon fils me dit au petit déjeuner, les yeux brillants: "moi, ce que j'aime dans les Dents de la mer, c'est quand le requin il bouffe le gars en plusieurs fois, hein, pas tout d'un coup".