Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 18 mai 2006

Bouboule

Quand j'étais petite, un jour, ma 'tite môman m'avait acheté un hamster.
Ne me demandez pas comment j'avais bien pu la décider, elle qui déteste ce genre de bestioles ("aaaaaaaah, on dirait des souris!!!!!!") Je pense que j'avais dû me rouler par terre en faisant semblant d'avaler ma langue ou quelque chose dans ce genre-là. Oui, c'était ma technique d'alors et parfois même je la ressors pour les grandes occasions à l'ours; ça fait toujours son petit effet.
Nous étions donc allées à l'animalerie chercher la bestiole.
Mais si elle avait cédé sur le fond, elle fut intransigeante sur la forme: " Pas d'embrouille, c'est un mâle ou rien" et le vendeur avait bien vu qu'elle ne rigolait pas du tout. Qu'elle lui pourrirait la vie jusqu'à la septième génération le cas échéant. Il avait rougi et bafouillé: "duas habet et bene pendantes!*" Ma mère, pleinement rassurée à défaut d'être satisfaite, s'était donc résignée.
J'avais donc un hamster, tout ce qu'il y a de plus commun, qui s'appelait Bouboule, qui courait comme un dératé dans sa roue, qui faisait des provisions dans ses abajoues que c'en était ridicule. Et qui schlinguait sa race. Il faut le savoir: un hamster ça pue grave, pire que Médor qui lâche un renard, genre.
Mais moi ça ne me gênait pas, vu que mon hamster je l'adoooooooooooorais. Tous les jours, j'allais sortir la pôv' bête de sa cage, je le serrais bien fort entre mes doigts, je lui faisais le manège, l'avion et la toupie trois en un, un dernier roulé-boulé pour la route, je le re(jetais)posais délicatement et je n'y pensais plus jusqu'au lendemain.
Jusqu'au jour où...(ah ah , quel suspense, Bellzouzou)
revenant de l'école, j'attrape mon Bouboule, je le bizoute tout plein, houououououou que tu es mignon toi, mon Boubouououououle, trois galipettes et et un salto arrière (la routine, quoi), quand v'là-t-y-pas que mon Bouboule se met à faire une drôle de tête et que plouf, kekchose me tombe dans la main (l'autre).
Quelque chose de mouillé, chaud, rouge, gesticulant.
Je rejette affolée la chose dans la cage (et ma Bouboule avec) et j'assiste éberluée à la naissance de onze autres hamstérons.
Le 'tit monsieur de l'animalerie s'y connaissait en zizi de hamster comme Bellzouzou en zizi de hérisson du Nouveau- Mexique.
"Maaaaaaaaaman"!
Ah, la tête de ma mère à cet instant. Un grand moment de Cinéma.
*Il en a deux et bien pendantes (s'il vous plaît)

14 commentaires:

  1. beurk, je préfère mes 8 oisillons mésanges qui sortent tout propres de leur oeuf.
    enfin il en faut pour tous les gouts.
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. ah ben je comprends mieux pourquoi tu l'avais appelée "bouboule"
    (et pas bi-boules) :-p

    RépondreSupprimer
  3. l'histoire ne dit pas ce que tu en as fait, des mini-bouboules ??? (joli, ce nom, d'ailleurs...très élégant ;-))

    RépondreSupprimer
  4. la puavre mettre bas en faisant l'hélico...hé dis tu t' y vois????!!!
    hahahaa!

    RépondreSupprimer
  5. Pareil chez moi quand j'avais 8 ans ! Mais moi, j'avais réussi à faire plus fort ! ( ce qui est difficile j'en conviens !) Faire accepter à mes parents l'idée d'adopter DEUX hamsters ! Comme nous n'avions pas du tout idée de leur identité sexuelle, mon père avait suggéré de les nommer X et Y (ouais, l'est scientifique, mon padre)et s'était dûment renseigné : si jamais il s'agissait d'un mâle et d'une femelle, aucun souci à les mettre dans la même cage jusqu'à leur 1 an, ils ne sont pas capables de se reproduire avant cet âge-là !
    Ben tiens... quand ils avaient 6 mois, qu'est-ce que j'ai retrouvé (j'ai manqué l'accouchement dans la main, moi par contre)dans la cage ? Une dizaine de hamsterons ! (ça se dit ?) Que mon père (toujours lui !) a lâchement et vénalement échangé à la boutique d'animaux de notre quartier contre un sac de graines pour nourrir leurs parents. Horrible, non ?

    RépondreSupprimer
  6. J'eu itou un couple de ceux-ci, malheureusement un jour ils s'égarérent et j'en retrouvais la famille dans le jeu de monopoly. Ils m'avaient emprunté quelques billets pour s'installer rue de la paix dans le petit nid douillet d'un hotel parisien. Je les envoyaient directement en prison, sans passer par la caisse, départ qui ne m'appitoya pas plus que cela. J'avais à faire à des ingrats, délaissant mon foyer pour claquer mon fric au dessus de mon armoire.

    RépondreSupprimer
  7. Aglaé chat fidèle18 mai 2006 à 17:59

    Trucs de hamsters ?
    Sans commentaire.
    C'est puant et je préfère
    La vie au grand air.

    RépondreSupprimer
  8. mère marmotte& Isma ----> moi, ma mère est retournée à l'animalerie râler, et le vendeur, tout penaud, lui a repris tous les bébés -sauf un ,tout blanc, que nous avons gardé- en échange d'un beau billet de 50 francs(une somme à l'époque!)qui m'est naturellement revenu. j'te dis pas la joie!!!

    Tirui & Aglaé---> vous n'êtes que des petites natures.

    Luna Pat---> j'étais l'innocence même à l'époque.

    François---> quelles sales bestioles, j'espère que tu les as refilées au python.

    Silo----> bah, au moins, j'lui ai fait penser à autre chose pendant les moments difficiles.

    RépondreSupprimer
  9. Tiens tiens tiens, qu'est-ce que c'est que cette histoire de billet de cinquante francs ? V'là autruchose !
    Mais considérant:
    1) qu'il y a sans doute prescription,
    2) que c'est bientôt ton anniversaire,
    3) que j'ai la flemme de diviser de tête 50 par 6,55957,
    4) que tu as trois autruchons à charge et de gros frais de fromage pour l'ours,
    tu peux les garder...

    RépondreSupprimer
  10. c'est trop d'bonté, Monseigneur!

    RépondreSupprimer
  11. Same story (mais dans l'autre sens) il y environ 10 ans chez moi, c'était le lapin d'une de mes soeurs. Le monsieur du magasin avait garanti que c'était une femelle, qui fut baptisée Zerbinette et le resta pendant quelques mois.
    Puis un jour, ma soeur (qui lui avait généreusement offert une de ses peluches exactement de son format) est restée perplexe devant les agissements de sa Zerbinette avec ladite peluche. (je vous fais pas de dessin, hein)

    Et voilà comment Zerbinette fut rebaptisée Pipoutch.
    Et la peluche... ruinée.

    RépondreSupprimer
  12. J'ajoute que ya pas que les hamsters qui puent, toutes ces bibittes en cage, ça empeste.
    Et quand ça vit dans la chambre d'un(e) préado, je vous raconte pas les mélanges...

    RépondreSupprimer
  13. argh, dodinette, voleuse d'histoire !!! c'était à moi de la raconter celle-là, tu m'as outrageusement devancée... et oui c'est moi la fameuse soeur qui a vu du jour au lendemain sa petite lapine devenir un (chaud) lapin. quel choc ! la tête de ma mère ? pas un grand moment de cinéma, non, mais plutôt un grand éclat de rire devant ma mine déconfite...

    sinon, question : comment ton petit hamster s'est retrouvé enceinte ? il y avait déjà un mâle dans la maison ou quoi ?

    RépondreSupprimer
  14. lilouss---> la scène primitive a dû avoir lieu dans l'animalerie avant l'achat ou alors c'est qu'on m'a caché des choses!!!!!

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: