Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

lundi 31 août 2015

Vis ma vie le jour de la pré rentrée

Avec, en guest star, notre Danois d'Oliwoude madsgnifique préféré, parce que ça faisait bien longtemps et qu'il nous a manqué, avouons-le, et puis aussi parce qu'un jour de pré rentrée, il te faut un peu de Mads, obligé.



Quand il a fallu remettre le réveil ce matin, bon sang

Quand c'est un matin de pré rentrée, quoi.

Quand sitôt arrivés à l'école et avant d'en venir aux choses sérieuses, avec les collègues et les atsem,
on commence toujours par se raconter nos vacances par le menu
(et ça peut durer longtemps)

Quand on compare nos bronzages



Quand on continue avec un petit croque convivial,
-on n'est pas des bêtes, hein-






Quand à un moment on est bien obligés de s'y mettre
-au boulot, je veux dire-



Quand on récapitule les effectifs de chaque classe
et que tu réalises que tu en as trois de plus que tout le monde


Quand tu essaies de négocier avec tes collègues une répartition plus équilibrée

Quand on te répond que
Hey non mais dis donc,
c'est pas toi qui en avais moins que tout le monde deux années de suite?





(Quand tu perds un peu le fil de la discussion parce que tu penses à autre chose) (devine, tiens)
(tu ne sais plus vraiment de quoi on cause, là)
(pardon, mais tu as complètement perdu le fil)


Quand tu reviens brutalement à ce qui se dit:
on aborde la répartition des services de récré
et c'est chacun pour sa peau et les mioches seront bien gardés

Quand ça commence bien: personne ne veut faire le service du lundi matin
-c'est hors de question, c'est toujours moi qui me fais avoir tous les ans c'est la même chose-


Quand dans l'intérêt général, quelqu'un fait un effort
et accepte le service du lundi matin il faut bien se serrer un peu les coudes
-mais en échange tu fais le mercredi ET le vendredi matin-
Quand la réunion s'éternise alors que tu aurais mille choses plus utiles à faire dans ta classe


Quand c'est ta collègue qui récupère Zébulon cette année,
et que c'est loin de l'enchanter, pardi

Quand tu sens que tu vas bouffer de la paperasse cette année
(c'est nouveaux programmes, yihaaah)
Quand c'est nouveaux programmes ET nouveau projet d'école, d'ailleurs


Avec peut-être même une petite inspection pour couronner le tout, dis donc


Quand tu as cette année dans ta classe une nouvelle atsem 
ET une petite sortante de l'école des maîcresses 
et que toutes ensemble vous reufleuchissez très très fort à comment aménager l'espace au mieux.



Quand tes collègues veulent savoir ce que tu vas travailler avec tes petits cette année


(comment ça j'avais peut-être un peu autre chose à foutre aujourd'hui que te raconter ma vie en images par le menu, hum? )

vendredi 28 août 2015

Le petit guide du Danois.

L'autre jour à la médiathèque, en attendant Minipuce, je feuilletais avidement nonchalamment (tu me connais) un 'petit guide du danois de poche' qui m'est tout à fait par hasard tombé dans les mains je t'assure, quand
tout à coup
sous mes yeux zéblouis
j'avise qu'il y a une page entière consacrée à
(je cite de mémoire)
"la drague, le flirt et plus si affinités"
où on t'essplique par le menu comment séduire un beau Danois
et quoi lui dire au moment très fatal
(et même comment le prononcer)
(le fameux 'coup de glotte')
L'air de rien, je montre ça à Minipuce. Et là ma fille qui me prend entre quatre yeux, et qui me dit le plus sérieusement du monde que vu que tout le monde doit draguer Mads en anglais (hum?), si moi, Bellzouzou, je le draguais en danois ça serait le petit plus qui ferait sûrement toute la différence. Comme ma fille est LA spécialiste de l'Amour, je vous rappelle, j'ai emprunté le guide et il ne fait pas que décoration sur ma table de chevet, si tu vois ce que je veux dire.
Un petit coup de glotte, Mads?

mardi 25 août 2015

Des vacances #3

Brisefer mon fils il a laissé tomber une petite semaine ses palettes, son étiqueteuse, ses toiles cirées et son rayon "C'est la rentrée!" (qu'il remplit, entre autres, sans discontinuer depuis son premier jour de boulot)(qui était aussi son premier jour de vacances) (c'est vous dire s'il est content), et il est parti une semaine en vacances (les vraies) avec ses potes à Oléron.
Pour s'habituer dès à présent, je suppose, à l'exiguité (tout petit pléonasme) de la chambre de 9 (neuf) (n. e. u. f) (tu as bien lu: neuf) mètres carrés qu'il occupera à la rentrée universitaire, il a dormi dans une tente. Peut-être même pas tout seul, histoire de réduire un peu l'espace, mais je n'en dirai pas plus, héhé.
Et pour s'habituer à être parfaitement détaché de nous, lui qui nous a déclaré récemment que non mais sans blague si on pensait que cette année il allait rentrer tous les week ends à la maison on se fourrait le doigt dans l'oeil et bien profond, il ne nous a (presque) pas passé un coup de fil de la semaine (sauf pour demander de l'aide pour une sombre histoire de panaris, de rendez-vous chez le docteur et de carte vitale. Je sais pas si ça compte, quoi.) (aaah, c'était bien la peine de l'avoir allaité si longuement que j'ai depuis les seins comme des chaussettes où qu'on aurait mis des cailloux, va.)
Pour me venger, à son retour, j'ai décidé d'aller l'espionner un peu sur son lieu de travail, vu qu'il n'était pas question que je ne le voie pas avec son petit gilet Foirefouillou, qui paraît-il, lui sied à merveille.
J'ai tourné et retourné dans le magasin sans le voir et m'apprêtais à partir, désespérée, sans l'avoir vu, quand tout à coup j'ai entendu une annonce au micro " (Brisefer) est demandé au rayon rangements, (Brisefer)!".
Sans me presser je me suis dirigée vers le rayon rangements, donc. Sans me presser, parce que JE SAIS qu'il faut appeller Brisefer trois ou quatre fois avant qu'il se déplace, pardi. Et encore, quand c'est pour venir manger. Pour du rangement, j'avais bien peur qu'il ne se déplace JAMAIS, pour tout te dire.
N'empêche, quand je suis arrivée au rayon, il.y.était.déjà, et je l'ai entendu décréter doctement à un vieux monsieur que ce bac-là était moins large mais plus profond que l'autre. (Maintenant je sais que mon fils est capable d'obéir dès la première injonction, et je sais aussi qu'il est un professionnel du rangement en largeur comme en profondeur. Ces deux révélations devraient changer ma vie.)


Minipuce mon adoleschiante, elle vit le grand Amour depuis quelque temps, tu ne peux plus l'ignorer. Tous les jours que fait le petit jésus elle voit GrantAmour, tous les jours sans exception, même le dimanche et les jours fériés. Quand toi tu en as un peu ras le pompom de GrantAmour tous les jours, tu décides d'emmener toute ta petite famille pour quelques jours chez ton beau-père, loin, très loooin, au fin fond de la Vendée profonde. (En réalité, on y serait allés, GrantAmour ou pas GrantAmour, mais reconnaissez comme moi que ça tombait bien de s'éloigner un peu, quoi).
Eh ben on n'était pas plutôt arrivés que devinez quoi, on apprenait que si c'est pas de la chance ah ben ça, devine où GrantAmour est en villégiature avec ses parents pilepoil au même moment? A LaTroncheSurMer (je n'invente rien), le patelin.juste.à.côté. 
Et qui c'est qui a eu GrantAmour sa soeur sa mamie et ses parents pour l'apéro, dis donc? 


Puceminus ma toute petite, elle est bien trop petite justement pour avoir déjà un portable. Donc elle n'en a pas. Et vu l'usage que font du leur ses aînés, elle n'est pas près d'en avoir un, mais ceci est une autre affaire dont nous reparlerons (sans aucun doute) une autre fois, vous et moi (et elle et moi surtout, à vrai dire).
Bref, elle n'a pas de téléphone, et pour communiquer avec sa copine pendant nos vacances, elle utilisait le mien. Logique. Quand j'en ai eu marre de la voir textoter toute la sainte journée, j'ai confisqué mon propre téléphone, je l'ai éteint, je l'ai caché, j'en pouvais plus. Quand je l'ai rallumé oh bonheur j'avais reçu 244 sms à la queue leuleu, hum, tous dans le genre: " T là?
(message reçu 1 mn plus tard) T làààà?
(message reçu 1 mn plus tard) T pas làààà?
(message reçu 1 mn plus tard) ??????
(message reçu 1 mn plus tard) T làààà, (Puceminus)??
(message reçu 1 mn plus tard) Pk tu repond pas??
(message reçu 1 mn plus tard) ???????
(message reçu 1 mn plus tard) ???????
(message reçu 1 mn plus tard) ???????!!!!
(message reçu 1 mn plus tard) ;-(((  "
J'en ai fini par déduire que la copine ne devait pas savoir que c'était MON téléphone, donc j'ai pris le taureau par les cornes, et j'ai textoté sans vergogne la copine en question: "bonjour (la copine), je ne peux plus te répondre parce que ma maman ne veut plus que j'utilise son téléphone. On se verra quand je rentrerai et on pourra tout se dire à ce moment-là, bisous, (Puceminus)". (J'ai failli ajouter un post scriptum " Laisse un peu tomber ton portable et va lire Marcel Pagnol", mais je me suis dit que ça ne serait pas crédible.)
La copine a parfaitement bien pigé que c'était mon téléphone à ce moment-là, je crois: elle ne textote plus Puceminus, elle m'envoie désormais direct à moi des chaînes de l'amour à faire suivre à mes propres copines, et si on rompt la chaîne on aura toutes des malheurs pour la vie entière et peut-être même pour la suivante et bisous.




dimanche 23 août 2015

Des vacances # 2

Il y a quelques jours, dans ma bonne ville de chartrescityville avait lieu la coupe du monde de natation, rien que ça oui, la coupeuh du mondeuh, mais t'emballe pas, c'était tout de suite après les JO de Kazan et les grands nageurs du monde entier ils en avaient un peu marre et ras le bonnet, ils ne sont pas vraiment venus, juste un peu les nageurs français et encore pas tous les plusse meilleurs bref, mais nous on s'en fichait, avec Puceminus (qui veut devenir Laure Manaudou quand elle sera grande, remember), on avait nos (meilleures) places réservées dans les gradins (MON poteau, remember), on a soutenu les Français à fond les drapeaux bleu blanc rouge* (surtout elle, moi j'avais un peu honte, je crois), et on s'est bien rincé l'oeil quand c'était Camille Lacourt (surtout moi, Puceminus elle avait un peu honte (de sa mère), je crois).

Euh, Camille, ce que tu fais là ne se fait pas en société, tu sais.

samedi 15 août 2015

Des vacances**.

Pourquoi le sud du Portugal, hein, on me demande, vu que j'ai bien assez raconté comme ça comme je supporte mal la chaleur et combien je suis tombée en amour pour la Suède l'été dernier tellement que j'avais dit que maintenant j'irai en Suède en Suède et en Suède. Disons qu'un jour l'occasion a fait le larron et qu'en l'échange de la notre une grande maison en Algarve avec piscine et la plage à 5 minutes nous tendait les bras, qu'on aurait été bien fous d'aller en Suède cette année, pissétou. 
Pourquoi le sud du Portugal, je me demande, vu tout ce qu'on m'en avait dit, la chaleur, donc, mais aussi en vrac: la mer qu'on peut pas s'y baigner tellement il y a (au choix) du vent qui te met du sable jusque dans la réducu, des rouleaux et des courants trèèès dangereux petite malheureuse, des oursins*, des serpents comme dans le désert, des araignées grosses comme ça, et gaffe: des scorpions dans ta tatane vérifie ce qu'il y a au fond avant de l'enfiler,ah ça, on n'allait pas rigoler tous les jours, je vous le dis.

Alors qu'en fait, le reste du pays je ne sais pas, mais l'Algarve, c'est magnifique, et des enquiquinements qu'on nous prédisait nous n'avons pas vu l'ombre de la queue (de sardines grillées, huhu) (dont nous avons fait de folles orgies, merci de demander), la chaleur était 'supportable' (l'effet psychologique de la mer toute proche, je dis) (entre nous soit-dit, nul besoin d'avoir le bac pour être météorologue au Portugal: la météo, là-bas est un jeu d'enfant, ce soleil, c'est tellement prévisible que c'en est lassant, pff) et le Portugais, question gentillesse, il vaut bien le Suédois ah ça oui (même si le Danois est tout de même beaucoup plus beau, définitivement).


* Puceminus ma toute petite, qui passait des heures à explorer le fond de la mer avec ses lunettes, a repéré "des petits hérissons, j'ai voulu en ramasser un, mais j'ai demandé à papa d'abord" (tu as bien fait, ma fille) (elle a onze ans et demi, moui moui moui).

** Je bloguerai mou du genou durant quelques jours, parce que c'est toujours vacances, je signale.
















[Lectures d'été, mes petits zamis, pour cezécelles que ça intéresse: Les lunes de Jupiter, des nouvelles un peu mollassonnes d'Alice Munro, parfaites quand tu es tellement écrasée de chaleur que tu n'es pas sûre d'avoir envie d'action, ni dans ta vie ni dans tes lectures.
De très chouettes nouvelles, de Sherman Alexie, Dix petits indiens (d'Amérique), des personnages touchants et souvent très drôles aussi qui nous parlent de leur difficulté à s'intégrer face aux poids de l'héritage et des traditions tribales, aux préjugés et au racisme. (s'il y en a qui connaissaient Sherman Alexie et qui ont gardé ça pour eux c'est vraiment pas mignon, permettez-moi de vous le dire).
Sinon, tu la connais, la fille qui par 40° sur une plage portugaise lisait une histoire de vikings suédois en peaux de bête au Xème siècle, hum? Le viking qui voulait épouser la fille de soie, de Katarina Mazetti (Le mec de la tombe d'à côté, remember).
Dans un tout autre genre, Sincères condoléances de Erling Jepsen (un Danois, mais pure coincidence, crois-moi) est un livre  déjanté et pas bien follichon mais qui se laisse lire néanmoins quand tu n'as plus grand'chose à te mettre sous la dent.
Et si tu veux tout savoir, je viens de reprendre ma lecture de Les Thibault, interrompue il y a quelque chose comme 26 ans suite à une frustration terrible (que Jacques puisse quitter Jenny m'était tout à fait insupportable), aujourd'hui je devrais pouvoir surmonter ça, me suis-je dit, d'autant que je suis maintenant plutôt amoureuse d'Antoine, on dirait que je suis devenue une femme d'âge mûr et d'expérience (ne vous sentez pas obligés de démentir). Pourquoi je raconte ça, déjà, moi? ah oui, Les Thibault, quel bonheur, mes amis.]