Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mardi 24 mars 2015

Comment j'ai vu l'arrivée du printemps (au travers d'une poche à perfusion ) #3

La suite, mes petits amis?
Je me suis couchée avec la promesse d'une opération le lendemain à la première heure, j'ai fait de beaux rêves, tu penses. (c'est moi ou bien à l'hôpital, quand enfin tu arrives à t'assoupir un peu, tu peux être sûr que c'est le moment que va choisir une infirmière pour venir te prendre la température alors que tu lui as rien demandé, après t'avoir allumé la lumière dans les yeux alors que tu lui as rien demandé non plus et qui te demande avant de repartir si Vous ne dormez pas? Vous voulez un calmant pour dormir?)

Le lendemain matin, j'avais toujours mal au ventre, mais moins quand même, je mettais un temps fou pour me tourner d'un côté ou de l'autre sur mon lit et ça m'aidait à passer le temps, on ne savait toujours pas ce qui m'arrivait, mais quelque chose ça c'est sûr, c'était prouvé par la médecine et les globules blancs et rouges à pois verts.
Le chirurgien est passé, un très brave homme, celui-là même qui a crevé un abcès de la taille d'une balle de tennis sous l'aisselle de ma coupine Thémilia il y a quelques jours, c'est vous dire s'il en a vu, des choses, cet homme, et il m'a dit après m'avoir tatée du ventre que l'opération, c'était pas pour tout de suite. Que peut-être, il n'y en aurait pas, même J'ai proposé de lui chanter Alléluïa à l'ukulélé, mais il a refusé, il était pas là pour faire de la musique. 

On m'a mise sous antibioques, deux même, j'ai trouvé ça chouette, ils n'allaient pas s'ennuyer tout seuls, on m'a sortie des urgences et on m'a installée dans une chambre.
Alors qu'aux urgences on m'avait bichonnée à mort avec toutes ces prises de sang et ces examens, dans ma chambre, on m'a bien laissée tranquille, à peine si on venait me changer la perf de temps à autre (ça te fait pareil, toi, quand on t'accroche une nouvelle perfusion, tu te sens propre comme quand tu viens de changer de culotte?), j'en avais un peu marre de regarder toujours les mêmes photos de Mads sur mon téléphone, et accessoirement j'avais toujours mal au ventre et je ne savais pas ce qu'il allait advenir de (pauvre de) moi. 
Heureusement que Thémilia est passée discuter dans ma chambre, ça tombait drôlement bien elle était dans la place, on s'est raconté nos malheurs, on a rigolé mais pas trop parce que ça me tirait le ventre à chaque fois, et elle, ça aurait pu lui rouvrir sa cicatrice.

Le docteur passait aussi de temps à autre, il ne savait pas me dire ce que j'avais plus que la veille, mais c'était quelqu'un de très philosophe, il me disait des choses comme La Médecine c'est un art, pas une science, vous savez, je buvais ses paroles et je prenais des notes pour Brisefer, des fois qu'il puisse ressortir ça le jour du bac de philo. [ pauvre Brisefer qui passait son bac blanc cette semaine justement, j'étais en grande forme pour le soutenir, pensez. Il est tombé en philo sur un sujet dont je ne comprends pas l'énoncé, Peut-on refuser l'idée d'un inconscient psychique?, si vous y voyez autre chose que quepouic, faites-vous connaître. (mais Brisefer a su, paraît-il) (et c'est bien le plus important) (moi, j'ai toujours su que cet enfant n'était pas de moi).

Le docteur m'a dit que pour en avoir le coeur et le corps nets, on allait faire un petit dernier examen, pour voir. Celui avant lequel tu dois te vider tripes et boyaux. Je n'avais plus du tout envie de philosopher avec lui, du coup. Mais vous le passez dans deux jours et le soir-même, vous êtes rentrée chez vous! Tu parles Charles m'ont dit les infirmières, il dit toujours ça aux patients pour se faire bien voir et ensuite c'est à nous d'annoncer que Madame, il n'y aura pas d'examen jeudi, vu que les docteurs jouent au golf sont en congrès ce jour-là ils auraient voulu le faire exprès, ce sera vendredi, au mieux. Comment vous vous appelez?  [A l'hôpital, d i n g u e, on n'a fait que me demander comment je m'appelais tout le temps, mais vraiment, genre quinze fois par jour (ils ont la hantise de l'erreur médicale, je crois) (ou alors j'ai une tronche d'Alzhzeimer) (sérieux, les gens qui ont Alzheimer ça doit les rendre fous qu'on leur pose toujours cette question) et aussi si j'étais enceinte ("Dieu merci, non", je répondais invariablement. Il n'y a que les gens qui ont des enfants qui rigolent, en général).]

Le lendemain, on m'a annoncé que de détoxe au jus de chou il n'y aurait pas avant la semaine suivante, les médecins jouant au golf  étant en congrès jusqu'au week end inclus ben voyons, et que, comme ça allait mieux, que le docteur philosophe avait enfin mis un nom sur ce qui m'était arrivé, j'allais pouvoir rentrer chez moi pour le week end. 
Avec la promesse de revenir très vite, parce que ma détoxe au jus de chou, j'allais y avoir droit, je la prendrais, ah mais j'y comptais bien, mon côlon et moi, on était fin prêts pour la grande aventure.



(à suivre)



[post scrotum: la petite blague de l'Ours me rendant visite à l'hôpital: "Je t'apporte mieux qu'un bouquet de fleurs!" (trouvé sur son pare- brise)


Ben quoi? il règle les problèmes de santé, non?


L'Ours est un être fin, racé et spirituel, tenez-vous le pour dit.)

En vrai, pour m'être agréable et m'aider à supporter mon épreuve, l'Ours m'apportait tous les jours une pochette surprise avec un petit cadeau dedans. Bon OK, la pochette, c'était un sac en plastique Monop' et à l'intérieur, il y avait souvent une culotte propre. Mais c'est l'intention qui compte, je dis.]


19 commentaires:

  1. J'en ai laissé tomber mon bouquin du moment tellement ton récit est à la fois haletant, palpitant et il faut bien le dire désopilant, même si je compatis vraiment ! Amicales pensees d'une comparse temporairement ultra médicalisée ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Rahhhh! Bellzouzou si tu n'existais pas il faudrait t'inventer!!! Tu arrives à écrire un roman avec un "simple" mal au ventre. Et avec le rire en prime!
    P'ove Brisefer sans sa moman pour le soutenir... Refuser une idée en philo c'est possible? Je m'interroge aussi, bien sur...
    Et p'ove Ours si dévoué avec ses/tes culottes... Au moins lui n'a pas eu à te demander comment tu t'appelles...

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai, moi aussi ils m'ont demandé au moins 15 fois comment je m'appelais et ma date de naissance. Pas si j'étais enceinte par contre, je ne sais pas ce que je dois en déduire...Pourtant j'avais un joli bracelet vert que j'ai rangé précieusement avec les bracelets de naissance des enfants...C. m'a dit que si elle ratait le bac blanc ce serait de ma faute! Qu'elle était déconcentrée!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais sérieux il y a un truc avec nos enfants qui font toujours tout ensemble depuis 12 ans, jusqu'à faire hospitaliser leur mère en même temps, la semaine du bac blanc, histoire de pouvoir dire que si ils ont raté ça sera pas de leur faute ;-) aaah ces deux-là, on finira bien par les marier (air connu)

      (c'est parce que tu annonçais ta date de naissance tout de suite après ton identité: ils en déduisaient que vu ton âge avancé tu ne POUVAIS PAS être enceinte, stout).

      Supprimer
  4. Le suspens est insoutenable !

    J'ai pensé d'abord à une crise d'appendicite, puis à une pyélonéphrite obstructive, puis à une occlusion intestinale...

    Tu sembles aller mieux alors bonne santé à toi en attendant la suite.





    RépondreSupprimer
  5. Tiens, pareil que pour Laclanso : moi on ne me demandait jamais si j'étais enceinte.... suis vexée ;(... Et puis, elle, a un joli bracelet vert, moi il est tout moche, blanc...
    Bon, c'est pour quand le livre, la Bellzouz ? t'es prête !!
    Courage pour demain

    RépondreSupprimer
  6. ben tu a l'air bien en forme, toi , malgré tout ! :)
    courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, à une époque, mon papa faisait la collec' des petits mots de marabouts, c'était assez rigolo.
    Quand on te prend ton sang pour le donner aussi, on te demande tout le temps ton identité, des fois que tu leur joue des mauvaises blagues en te faisant passer pour ta grand-mère. En revanche, comme on ne me demande plus de pièce d'identité, je pourrais envoyer ma soeur à ma place (en lui apprenant les bonnes réponses), et ils rigoleraient moins en voyant un aussi radical changement de groupe sanguin.

    RépondreSupprimer
  8. Mais quel feuilleton palpitant ! Je brûle de savoir la suite ! Et accessoirement, je revis mon séjour interminable pour cause d'urticaire géant, ponctué d'analyses toutes plus bizarres les unes que les autres (le sang tenu au chaud dans un thermos, par exemple, à la recherche de "protéine froide"), sans jamais voir le moindre médecin pour me tenir informée, gratifiée d'une voisine de chambre qui avait Alzheimer (et à qui les infirmières et aides-soignantes répétaient 100 fois par jour qu'elle était à l'hôpital, parce qu'elle était tombée à la maison de retraite, mais qu'elle ne devait pas se lever, non, non, ni enlever sa couche, non plus… – ni frapper sa voisine de chambre, si, elle a essayé ! – quand elle est sortie, j'en ai pleuré de soulagement)
    pour me voir du jour au lendemain renvoyée chez moi, heu, enfin au boulot, parce qu'on ne donne pas d'arrêt de travail à l'hosto, alors que je ne savais toujours pas ce que j'avais et que je continuais à me gratter jusqu'au sang !
    (un virus inconnu, qu'on m'a dit un mois plus tard)
    En revanche, j'appellerais bien maître Chérif, je crois qu'on ajeté un sort sur mon électro-ménager ces jours-ci… il répare les micro-ondes ?

    RépondreSupprimer
  9. Au secours ! Je pensais enfin connaitre l'épilogue, et .................. toujours pas.
    Selon les indices que tu as laissés, nous savons que tu es toujours vivante (ou alors que tu disposes là-haut d'une connexion internet) et en bonne forme. Cela va donc suffire à me rassurer pour encore un peu de temps.
    Tu voudrais pas nous dire juste le nombre d'épisodes de "Madame Bellzouzou à l'hôpital - Saison 1" ?

    RépondreSupprimer
  10. Mais t'as quoiiiiiii alors ?
    (je kiffe ta façon de raconter, et rire après une journée de 13h de rang au boulot je t'assure que ça fait méga du bien. Merci !)

    RépondreSupprimer
  11. Et surtout j'espère que maintenant que tu nous racontes tout, tu vas beaucoup mieux, voire tu es guérite !

    RépondreSupprimer
  12. Ah ben merde alors moi qui pensais rigoler en venant sur ton blog! Tu me stresses! Qu'est ce qui T'arrives? J'espère que tu vas mieux je te fais des bisous ma bellzouzou

    RépondreSupprimer
  13. Pareil pour moi, ce n'est pas drôle ton affaire Bellzouzou, vivement l'épilogue ! Je t'apporterais bien des croissants au cacao mais ça ne convient pas à un régime détox. Courage !!!

    RépondreSupprimer
  14. Estime-toi heureuse que l'Ours soit venu ... Tu crèchais loin de la piscine....
    F.C

    RépondreSupprimer
  15. Moi qui venais justement te voir pour te proposer de refaire ton intérieur avec Mads, je n'imaginais pas que tu étais déjà en train de te faire refaire l'intérieur...
    Enfin bon si tu as un peu de temps devant toi :
    http://www.boconcept.com/fr-fr/springmm/springmm/competition

    Flore

    RépondreSupprimer
  16. J'aime beaucoup le concept de pochette surprise avec une culotte (propre) à l'intérieur....Ça doit pouvoir fonctionner avec TOUS les membres de sa famille sans passer par la case hosto!!
    Christine

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: