Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mardi 7 octobre 2014

Les privilèges.

Dans la classe de ma toute petite Puceminus, quand on "travaille bien", on a des bons points. 
N'attends pas de moi que je me mette à hurler comme un putois, je n'ai pas vraiment d'avis sur la question des bons points à l'école, ou plutôt si, j'en ai un: si les gosses ne sont pas foudroyés de honte à l'idée d'avoir encore des bons points à leur âge si ça fait plaisir aux gosses pendant leur dernière année avant le grand méchant collège, je ne vois pas où est le problème. Pis Puceminus, au cas où tu ne le saurais pas encore c'est ma petite dernière et autant l'idée qu'elle puisse chausser du 37 fillette à 10 ans me rebute, autant celle qu'elle puisse collectionner ses petits bons points Monsieur Madame (c'est moi ou la maîtresse de CM2 a sorti le grand jeu, là?) avec enthousiasme m'émeut à moort -ou presque-. Si tu n'as pas (encore) vu ton petit dernier grandir avec la fulgurance d'un bouquet final, tu peux pas comprendre.
Bref, quand la maîtresse est contente de toi, tu gagnes des bons points, et je n'y vois rien à redire. On donne bien des sardines aux otaries, et tout le monde trouve ça normal, hein.
Là où je trouve ça bizarre un peu, c'est que quand tu en as amassé dix, tu gagnes non pas une image, comme de mon temps et sûrement du tien où y a pas à dire c'était chrétien, mais -tiens-toi bien-


-vraiment bien-     un Privilège.


C'est moi toute seule ou toi aussi tu pensais que les privilèges avaient été abolis il y a de ça un certain nombre d'années, hum?

(Pour les curieux et je sais qu'il y en a, les privilèges en questions sont genre: descendre cinq minutes plus tôt dans la cour de récré et faire un jeu collectif, choisir son voisin de table, faire copier ses devoirs ou sa poésie par la maîtresse, ce que je trouve mignon comme tout.)

13 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Mouais, cela me met un peu mal à l'aise, est-ce utile de distinguer les bons élèves des autres ? même si je comprends qu'on puisse les récompenser de leurs efforts (vous me direz que c'est mieux que de punir les autres). L'instituteur de mon aînée fait un truc sympa : chaque semaine correspond à une fleur avec 5 pétales pour les 5 jours d'école, c'est l'enfant qui s'autoévalue (sur son comportement en classe et envers les autres) et qui colorie sa fleur (bleu : super ; rouge : très vilain) et on doit signer la fleur à la fin de la semaine. J'aime vraiment ce concept.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très répandu, parce que mes deux lycéens l'utilisent également, sous une forme à peine plus complexe, avec certains profs.

      Supprimer
    2. Le coup de la fleur me plait bcp mais il ne plaira pas à ma collègue, je vais lui soumettre.
      Les privilèges , c'est une bonne idée.

      Bon, je cale un peu sur Carrère , pourtant , cette histoire des premiers chrétiens me passionne! Pour l'instant c'est trop perso presque un peu niais -je suis un peu dure mais bon- j'avais dévoré le Saint Paul de Decaux.

      Supprimer
  3. Ce n'est pas un gros mot "privilèges " ?!?!!
    Domi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je croyais aussi ;-) mais non, il paraît.

      Supprimer
  4. ici aussi il y a des bons points à la maternelle : mais ils sont beaucoup moins modernes (des vraies images, quoi)... comme la maitresse! Rho, c'est pas gentil mais c'est pas faux, hein!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je donne aussi quelquefois à l'occase des images bien vieillottes, quand on fête un anniversaire le plus souvent, parce que la collègue dont j'ai repris la classe en avait plein son tiroir de bureau;-)

      Supprimer
  5. Cette histoire de privilèges, ça n'est pas la maîtresse de ta fillotte qui l'a inventée : ça nous vient du Canada, où on est moins complexé pour récompenser la réussite que par chez nous ! Tu trouves même des manuels de gestion de classe dans lesquels sont présentés des docs de suivi comme celui que tu mets en ligne.
    Perso, j'aime quand ce type de démarche s'applique au comportement (avec les autres et/ou face au travail).
    Je repense toujours avec émotion à notre instit de CE2, élégamment installée dans le jardin avec l'élève le plus INSUPPORTABLE de sa classe, autour d'un pique-nique digne d'un roi : c'était le privilège choisi par le jeune-homme à l'issue de son contrat réussi... :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour compléter : ce qui rend parfaitement sympathique ces privilèges-là, c'est qu'on ne les acquière pas de naissance, on les gagne par ses efforts... rien d'opposé à notre esprit républicain, donc !
      Et quelle revanche pour le vulgum pecus (!!!) de pouvoir ENFIN obtenir des privilèges ! Hahaha !

      Supprimer
  6. (C'est un peu barbant, ce système qui efface les comm au moment ou on s'identifie, et il faut tout recommencer!)
    Moi je dis, quand on a une couronne sur la tête, on a le droit de faire copier sa poésie par la maîtresse. Au fond, c'est un juste retour du travail fourni.
    Sinon, je vois que la maîtresse a le même lot de tampons que celle du P'tit Mousse, lequel voit ses travaux ("Non Maman, on n'a pas fait des travaux, on a fait du travail!") ornés de ce petit roi quand ils sont particulièrement bien réussis. Sinon, c'est juste le même bonhomme, mais sans couronne. Ou rien.

    RépondreSupprimer
  7. Faire copier sa poésie par la maitresse ! Quel bonheur ! Ca ne me choque pas ces bons points, ni les privilèges, tout cela reste bien raisonnable.
    J'ai adoré les sardines des otaries, très drôle !

    RépondreSupprimer
  8. Fais gaffe qu'elle ne te demande pas d'appliquer la règle des privilèges à la maison ...
    F.C

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: