Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 28 février 2016

Vrac micmac et foutrac du dimanche soir

Le prof de techno de Puceminus est (enfin) parti à la retraite fin janvier après des semaines et des semaines de rumeurs (d'espoir) de départ et je lui avais dit, en toute bonne foi, avant les vacances, qu'il y avait peu de chance qu'il soit remplacé d'ici la fin de l'année parce que la techno on s'en fout un peu (enfin: l'Administration, je veux dire, hein) et que même si jamais l'Administration ne s'en foutait pas, le temps qu'elle passe son annonce sur le bon coin pour recruter, hein, va ma chérie tu peux dormir sur tes deux cliquettes et te réjouir de commencer à neuf heures tous les jeudis matins désormais,
la tête de ma Puceminus, donc, quand elle apprend que le remplaçant du prof de techno est dans la place dès la semaine de la rentrée et qu'il commence déjà à donner des devoirs, tiens.

Vu The Revenant, comme tout le monde ce week end. Moi je me fiche des quelques incohérences, paraît-il, du film, je suis à fond, j'ai froid, j'ai faim, j'ai mal, je tremble d'effroi, je mange du bison cru tout juste découpé sur la bête et j'aime ça, je me perds dans la magnifitude des paysages et dans la bravitude de Léodicap, je te saurais bien te donner un peu de réconfort, moi, mon pauvre bichon, allez.
Ce qui m'a juste un peu gâché le plaisir (ça, et aussi  que pendant la scène où Léo se fait attaquer par l'ourse et que tout le monde fait aaaahh avec les cils qui se dressent d'effroi sur les yeux, il y en ait un dans la salle qui riait (qui r i a i t) tellement il trouvait ça "pas crédible", -à croire qu'il sait exactement à quoi ça ressemble de se faire attaquer par un grizzli qui défend ses petits-, je te le donne entre mille, c'était l'Ours mon mari qui ne perd jamais une occase de se faire remarquer), pour tout te dire, c'est de ne pas avoir aperçu le début de l'ombre d'une moitié de la raie des fesses de Léo, même pas quand il se couche tout nu dans les entrailles de son cheval mort. Au prix où tu es payé j'imagine, Léo, tu pourrais bien nous montrer un tout petit quelque chose, hein, Mads ne fait pas tant de manières, lui.


L'ours mon mari (encore lui) peut râler que je lui ai fait perdre son temps en l'emmenant voir une belle connerie au ciné qu'il aurait pu utiliser à lire des ouvrages dont je ne comprends même pas le titre et que la bibliothécaire doit aller lui chercher en réserve parce que pardon, mais on les met en réserve parce que ce sont des livres qui ne sortent pas souvent,
n'empêche il sait aussi regarder Les Lapins crétins à la télé en se marrant comme une baleine quand il tombe dessus, ce matin, tiens, par exemple.

mercredi 24 février 2016

Le petit jeu des questions / réponses (5 et fin)

Anne: Tu viens cet été? 

Avec plaisir, Anne! 

Eve : pourquoi vous bloguez? (ça me démange parfois aussi, j'imagine ce que je dirais et comment ça serait, et puis après je trouve ça bizarre de s'exposer ainsi)

(honteusement pompé sur ce que j'avais répondu à un questionnaire en 2008) Je blogue, c'te question, parce que ça m'amuse, ça me détend, ça me fait du bien, ça fait râler mon homme. Je blogue parce que j'aime ça. Et pis pourquoi je bloguerais pas, d'abord, hum?
Louis Jouvet mon prof de théâtre de quand j'étais jeune disait qu'on faisait du théâtre parce qu'on voulait être aimé. Comme ça s'applique à à peu près toutes les situations je trouve, on peut dire que je blogue pour qu'on m'aime. 
Quant à l'exposition, je trouve qu'on n'expose que ce qu'on veut bien exposer.


ce que vous attendez des commentaires: une "attestation de présence", ou un échange, ou autre chose?

Dans l'absolu, un échange, bien sûr, mais une attestation de présence, ça me va aussi. 
Mais je ne fais pas toujours le job non plus chez les autres, et il faudrait que je prenne le temps de répondre plus souvent/longuement aux commentaires chez moi, alors bon.


Bismarck : que penses-tu de cette réforme de l'orthographe qui te fait perdre ton accent circonflexe, maîtresse?

J'en pense comme je l'ai lu quelque part, que quand on voudra écrire Je me ferais bien un petit jeûne et que ça deviendra un petit jeune, on aura l'air con, surtout à l'âge qu'on a.
Non, sérieusement, il n'y a rien de plus important que ça, comme débat public?



Sixteen: d'où vient ton pseudo ? 

(honteusement pompé encore sur ce que j'avais répondu à un questionnaire en 2008) Quand j'étais petite, ma soeur qui avait la lubie des surnoms et avait rebaptisé toute la famille (il y avait Néné, Pépé, Mimi et Coco hu hu, je n'invente rien de rien) m'appelait 'Zine, puis Zizine, puis Zouzou, puis Bellzouzou (dans mon souvenir, là, c'est l'aïeule qui avait lancé ça, c'était en référence à Colette, je crois, qui appelait la sienne de fille Bel-Gazou, ce qui n'est pas mieux, on est bien d'accord). Des fois mon mari m'appelle sa Zouzou Belle, et j'aime bien.


Tef : c'est quoi ton vrai prénom original et hexagonal?? 

Jamais de la vie je le dis, je l'ai déjà dit. Mais il y a une commentatrice d'il y a peu qui a trouvé toute seule ;-)

Carotte: poils ? 

Euh, c'est une question, vraiment?


Sopair: as-tu déjà pensé à écrire un livre ? 

De façon sérieuse? jamais. C'est un métier, hein. Et pas le plus facile.
"Le talent est une question de quantité. Le talent, ce n'est pas d'écrire une page, c'est d'en écrire trois cents" , c'est pas moi qui le dis, c'est Jules Renard, d'abord.


Daphnénuphar: C'est quoi le truc bête et méchant qui te fait rigoler en douce, même si c'est mal? 

D'avoir fait croire à l'Ours, pendant des années, que je maîtrisais tellement bien la recette du gâteau basque que j'étais capable de le faire en cinq minutes top chrono les yeux fermés et sans salir ma cuisine. Hummm, il est tellement booon ton gâteau basque, c'est vraiment celui que tu réussis le mieux, tu devrais en vendre tu ferais fortune non mais sans blague hein, même dans le Pays basque ils ne le réussissent pas aussi bien.
Un jour, cherchant des glaçons, il a mis son nez dans le congélateur et découvert la picarderie, je suis sûre qu'à six ans quand on lui a dit que le Père noël n'existait pas, il n'a pas été aussi vexé que ce jour-là.

Un autre truc énooorme que Bellzouzou l'aïeule et moi on fait croire à l'Ours depuis plus de vingt ans, et que je ne peux évidemment pas révéler ici, mais les quelques personnes qui sont au secret n'en croient pas leurs oreilles, qu'il puisse croire un truc pareil.

Combien de blogueuses t'as vu en vrai?

Un nombre certain, une bonne dizaine, je dirais, et ça a été un grand plaisir à chaque fois, surtout la fois où je t'ai rencontrée ;-)

Sarah: as-tu trouvé un fromage des amoureux, en forme de coeur ou autre, pour fêter la St-Valentin avec ton Ours ?

Même pas. Je n'étais pas très motivée, cette année, on dirait.

si tu changeais de métier, tu ferais quoi ?

C'est parce que je n'ai pas encore trouvé que je n'en change pas ;-)
Probablement un métier où l'on crée à plusieurs, du théâtre, du journalisme, de la pub.

lundi 22 février 2016

La forêt noire.

Voilà, sous vos yeux zéblouis, le gâteau d'anniversaire d'une petite cocotte dont j'avais dit à la maman qui s'était inquiétée (premier enfant à la maternelle toussa) du qui que quoi dont où lequel laquelle comment que ça se passe un fêtage d'annive en petite section, que surtout ne vous mettez pas la bile au court bouillon et faites simple, bon sang (mais avec mon ton 'bienveillant' validé par Madame l'Educationationale) (tu me connais).

Ah ben heureusement que tu lui avais dit de faire simple, hein, m'a dit l'ATSEM,
tandis qu'on nettoyait les bouches,
 les mains,
les pulls,
les sols
et les murs 

après notre petite sauterie,
on aurait peut-être eu la forêt noire à trois étages, sinon.


dimanche 21 février 2016

Le retour du petit jeu des questions / réponses (4)

Bien le bonjour mes petits amis. J'ai passé une semaine à skier (quand il ne neigeait pas, ne blizzarait pas, ne pelait pas, c'est-à-dire pas très souvent), à bouquiner (Vertiges, de Lionel Duroy, et deux excellents Frederick Busch, Filles et Nord que je recommande à mort) et à dormir, mais je suis de retour, et ça va pulser (j'espère).



Anonyme: Mieux valent des regrets ou des remords?
Ni l'un ni l'autre, j'en ai bien peur, mais ça ne change rien: on a les uns et les autres plus qu'il n'en faut, n'est-ce pas?

Où es-tu quand tu as l'air ailleurs ?
Je me le demande bien, mais ailleurs que là où je ne veux pas être, c'est sûr.

Plume de savon : Quelle est la chose la plus idiote que tu aies dite à tes enfants ?
Ça, il faudrait le leur demander, les pauvres.
Probablement, quelque chose du genre Fais ce que je te dis, je suis plus expérimentée que toi, je sais mieux que toi.

Mouchou : Vous gagnez au loto (le gros lot), vous faites quoi ? (rapport aux regrets)
Les regrets que je peux avoir ne sont pas liés à (au manque d') l'argent (pauvre petite fille riche), mais plutôt au (manque de) courage. Pour répondre à la question, si j'avais plein de sous, rien de bien original: je voyagerais partout tout le temps, j'irais manger dans des restos bons et dormir dans des hôtels jolis.

Paxi : Mais que dit L'Ours de ton béguin (pardon) de ton grand, bel et pur Amour pour Mads ? Parce qu'il ne peut l'ignorer, n'est-ce pas ?
Il s'en fout un peu parce qu'il sait que c'est pour de rire. (Tant que je n'ai pas dans ma pocheket mon aller simple pour Copenhague. Ce qu'il en pensera ensuite, ça sera une autre paire de manche, mais je m'en fous : je serai plus là pour entendre ce qu'il a à en dire, je lui enverrai des cartes postales avec des coeurs à paillette pour me faire pardonner.)

Couac : Quel est ton secret de beauté ?
Je passe très peu de temps dans ma salle de bain, mais tu devrais poser la question à Minipuce, elle aurait bien des choses à dire sur le sujet.

Manoudanslaforet : Et Dieu dans tout cela ????

Il rame.

mercredi 10 février 2016

Le petit jeu des questions / réponses (3)

Tin of tea : dans quel hobby farfelu tu te lanceras à la retraite?

J'ai bien peur d'avoir au moins 70 ans quand on m'autorisera à partir à la retraite. Mon hobby farfelu, ça sera alors d'essayer de mémoriser les prénoms de mes arrière-petits-enfants.

Marcopolette : quelle blague tu as faite à tes élèves l'autre jour, en fait ?

Nous avons mis la galette faite en classe à refroidir sur le rebord de la fenêtre et j'ai dit aux petits de bien surveiller qu'elle ne se sauve pas comme d'habitude les galettes. Ils se sont mis à la fenêtre et ont guetté à mort, puis se sont lassés et sont retournés petit à petit à leurs occupations, c'est alors que mon collègue est passé par la cour pour la voler, puis a fait le tour pour venir frapper à la porte de la classe tout essoufflé et en panique, la galette sous le bras, en disant qu'heu-reu-se-ment qu'il était là parce qu'il avait vu passer la galette devant la porte de sa classe, qu'il avait réussi à l'attraper au vol et c'était moins une parce que le portail est juste à côté, et que ce n'est pas normal de ne pas mieux surveiller sa galette quand on sait que ...(il y a mis tout son cœur, quoi).
Je n'ai aucun mérite, parce que cette idée de blague m'a été entièrement soufflée par Bidulette suite à mon billet sur Roule Galette il y a peu.



Bidulette : es-tu assez souple pour te ronger les ongles de pied ?

Plus maintenant, hélas, mais sans vouloir me vanter, il n'est pas tout à fait impossible que je l'aie été dans ma jeunesse.
 
que penses-tu de l'influence de la lune sur l'oeuvre de Léonard de Vinci ?


que du bien. 

est-ce que le nombre record de 5 cacas établi par un de tes élèves est toujours inégalé ?


tu penses.

combien font 3 + 2 (l'usage de la calculatrice est interdit)


je demanderai à Brisefer, c'est lui le chiantifique de la famille.

Anonyme : Qu'est-ce que tu espères pour cette année 2016 ?

J'aimerais bien...
...ben voilà: ça, exactement.


A part ça, trois fois rien, forcément. Monter sur les planches pour de bon au mois de mai, explorer la Suède côté est cet été, et puis que Névrosia se remette à bloguer comme elle l'a promis.


Qu'est ce qui te ferait plaisir si tes lecteurs / lectrices pouvaient faire quelque chose pour toi ?

Ben commenter régulièrement, tiens, par exemple, voilà qui serait chouette. 

Ligoter Mads dans une cabane sombre et m'en donner la clé (je saurai bien m'occuper du reste, allez.)

Si tu pouvais changer une règle de grammaire française, laquelle ce serait ?

Je suis contre le fait de changer quoi que ce soit : sans blague, on ne s'est quand même pas emmerdé à apprendre toutes ces règles pour ne pas pouvoir profiter du plaisir d'emmerder les jeunes avec ça à notre tour.
Mon amie Mistinguette a écrit récemment au sujet de l'orthographe, le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle ne partage pas mon avis, et que ce qu'elle a à en dire est parfaitement sensé.


Préférerais-tu être le dentiste de Mads ou le coiffeur de George ?

J'irais même jusqu'à être le proctologue de Mads, pour tout te dire.


dimanche 7 février 2016

Le petit jeu des questions / réponses (2)

Eléonore: le top 5 des livres que vous avez lus?

Belle du Seigneur d'Albert Cohen, Une prière pour Owen de John Irving, Lignes de faille de Nancy Houston, Une vie de Maupassant, Des souris et des hommes de Steinbeck.

Le film "reflex" que vous regardez en réponse à un besoin de chialance-romance-qui-finit-bien?

Ce n'est pas le genre de film que j'affectionne, mais récemment j'ai adoré Take this waltz de Sarah Polley, Soul Kitchen, une comédie allemande de Fatih Akin et dans un autre registre, Two lovers de James Gray. Ce ne sont pas vraiment des chialance-romances, mais ça finit bien à chaque fois.


Ce que vous aimeriez savoir faire de vos mains (merci à l'ours de ne pas lire, on ne parle pas de ça)?

Faire de belles photos, aménager mon jardin d'une façon jolie, jouer du violoncelle. de l'accordéon, de l'harmonica. Faire danser les cobras avec une flûte à bec, aussi, tiens, je pense que ça pourrait impressionner autour de moi.

Une ville que vous conseillez de visiter?

Chartres, parce que je suis amoureuse de ma ville d'adoption, Rouen, Troyes. A l'étranger, Amsterdam, Séville, Bruges.
Sinon, on ne me le demande pas, mais les plus belles balades que j'ai faites, c'était du côté de Granville, et sur la côte basque espagnole entre Hondarribia et San Sebastian.
Et j'ai tellement aimé Venise que j'ai peur d'y retourner un jour et que tout soit gâché. 

Ktl:  est-ce que tu as une vie sexuelle aussi épanouie que tes sous entendus le laissent supposer?

Voyons Ktl, tu n'es pas sans savoir que les vaches qui remuent tant la queue ne sont pas celles qui donnent le plus de lait.

est-ce qu'un jour on saura ce que tu as PRECISEMENT écrit dans ta lettre pour Mads ?

Il va falloir le lui demander.





Laclanso : c'est quoi ton secret ?

C'est drôle, parce que c'est une question qui a été posée à William Réjault, aussi.
Je trouve cette question assez mystérieuse, je réponds donc que mon secret, c'est de toujours pouvoir m'échapper par le rêve.

Mimi-je-rêve : Au fait, tu les préfères à quoi tes crêpes ?

beurre/sucre ou banane/chocolat

Cloc : je voudrais bien savoir comment tu t’assois (en écrivant ça je me rends compte que c'est pas très clair, mais on va dire qu'on n'a rien vu)?

Comment je m'assois? (t'es kiné ou de la police?);-) Tu veux dire : est-ce qu'il m'arrive de mettre mes pieds sous mes fesses comme mes petits élèves ou de lever les genoux comme Minipuce à table ? (Non, je m'assois sur mon séant, merci, j'essaie de me tenir droite, parfois je croise les jambes, je sais c'est fou.)

Laurence : es-tu sensible aux odeurs?

Nan mais les filles, c'est quoi ces questions? Vous avez pris de la drogue ou quoi?

Anonyme : as-tu un tatouage (même inavouable)?

Désolée parce que ça m'aurait bien plu d'avouer que j'en avais un inavouable (gn?), mais je n'en ai aucun, nulle part, et même: je trouve ça laid et follement vulgaaaire (pardon).

vendredi 5 février 2016

Le petit jeu des questions / réponses (1)

Merci pour vos questions, j'ai de quoi bloguer pour des années, je vais répondre tranquillement, en plusieurs fois, si vous le voulez bien. (et sans blague, les filles, vous avez de drôles de questions, des fois, hein.)

Myriam : Est-ce que tu fais des teintures à tes cheveux ?

Hélas trois fois hélas, oui, mais si tu le répètes, je nierai (et personne ne voudra te croire, de toute façon).

Johanna: ce que tu détestes le plus dans ton (notre) métier?et inversement, ce que tu apprécies le plus.  

Je déteste les gens qui jargonnent et le côté moutonnant et corporatiste des profs, le fait qu'on s'estime heureux de n'avoir que 25 élèves par classe parce qu'on sait que ça pourrait être 30 comme chez le voisin, alors qu'on devrait se battre pour exiger d'en avoir seulement 15; je déteste être si mal payée.
J'aime ne jamais faire la même chose d'une année/journée sur l'autre, voir mes petits grandir à vue d'oeil de jour en jour, raconter des histoires en théâtralisant à outrance, travailler en équipe.

Nanou(du fin fond) de l'Anjou Il y a eu George, maintenant Mads, qui sera le prochain ? (paske Mads, bon...ça ne le fait vraiment pas ... tout à fait d'accord avec l'aieule) 

Nanou du fin fond de l'Anjou, tu vas prendre cher, je te le dis.




Anouchka974:  le n°2 après Mads ce serait qui pour vous? (en excluant "what else" et Mr l'Ours) 

Décidément.
Le numéro 2 (très trèès loin derrière, quand même), voyons: Adrien Brody, maybe?

Isa: Combien d'échanges de maisons avez-vous faits et où? 

Un certain nombre, maintenant : Amsterdam (deux fois), Espagne (deux fois), Italie, Portugal, Copenhague, Londres, Suède (un vrai coup de coeur), Croatie (ce que j'ai vu de plus beau, avec Séville et Venise, ever), Bretagne (presqu'île de Rhuys) et Paris, prochainement Stockholm cet été, j'espère, et le comté d'Hampshire en octobre.

où aimerais-tu aller le(es) prochaine(s) fois? 

Je retournerais bien partout, et puis j'aimerais découvrir l'Islande, la Norvège, et  le Monténégro.


que recommanderais-tu à quelqu'un qui souhaiterait se lancer?

De ne pas avoir peur. 

mercredi 3 février 2016

Tiens, un tag.

Figurez-vous que j'ai été taguée il y a quelque temps, pour raconter onze choses que vous ignorez sur moi. Ça faisait bien longtemps, dites donc. En revanche, je crois bien que c'est la cinquième fois que je reçois ce tag-là précisément, ce qui signifie que j'ai déjà dit quatre fois au moins que je n'aimais pas beaucoup le sur-commande, mais qu'en même temps c'était commode quand on n'avait pas trop idée de ce qu'on allait bien pouvoir raconter, tu penses, et que j'ai déjà fait au moins quarante quatre révélations, -nanmé très sérieusement, je me demande s'il y a des choses que vous pouvez encore ignorer de moi, au bout de tout ce temps, hein. 
J'ai déjà dit que je savais faire bouger mes oreilles, dire des cochoncetés en danois, que mon hamster de quand j'avais huit ans s'appelait Bouboule, que j'aimais bouquiner cinémater théâtrer potinetboireduthé avec les copines échanger ma maison pour les vacances, que j'aimais encore mon métier même si je songe souvent -mais jamais assez sérieusement pour le faire- à en changer, que je savais y faire avec les petits zenfants mais pas m'y prendre avec les zados et c'est bien ma veine en ce moment, que mes amygdales avaient repoussé après mon amygdalectomie, que j'aurais voulu avoir cinq enfants, que j'étais une grande rêveuse, alors qu'est-ce que je pourrais encore bien pouvoir vous dire, hum?

Je déteste les collègues qui se font mousser, photos à l'appui, sur le oueb ou dans la vie du plancher des vaches, moâ je fais ci et ça dans ma classe et oh et ah ça marche hyyyper bien ma façon de faire, je suis bienveillant(e) à mort avec mes élèves, je prépare ma classe tous les soirs jusqu'à pas d'heure, les nouveaux programmes sont à peine sortis que je les sais déjà par coeur tellement je les ai lus déjà, je me paie pendant mes vacances et sur mes propres deniers une formation privée trop de la balle et je le fais savoir, nan parce qu'il faut que les gens sachent que les enseignants consciencieux ça ne court pas les rues, certes, mais quand même il y en a, regardez-moi.
Bref, je déteste ces gens, et pire: je les trouve très suspects, pour tout vous dire. Sans blague, c'est pas un peu normal que tu fasses bien ton boulot, pourquoi tu as tellement besoin de le dire, enfin?

Je ne sais pas si je serai capable un jour de réaliser que Brisefer a *un peu* quitté la maison. Hier soir encore, en repassant le pyjama 5 team de l'Ours (je repasse les pyjamas, oui) (comment ça, je me fais mousser? comment ça, c'est normal que je fasse bien mon travail et que je repasse les pyjamas?), je me suis dit qu'on n'était plus vraiment une 5 team et pour un peu j'aurais versé ma larmiche, voyez un peu où j'en suis rendue  mes pauvres zamis.

Je ne me suis jamais rien cassé (au grand désespoir de la petite fille que j'étais, dont le rêve le plus fou était d'avoir un bras dans le plâtre -et de porter des lunettes, aussi-), à part la voix. Je casse beaucoup les pieds autour de moi, en revanche, il paraît.

Plus le temps passe, plus les choses me désolent. Une des choses qui me désolent le plus, c'est de constater combien mes enfants lisent peu. Je me souviens que mes parents se désolaient que je lise aussi peu quand j'étais (plus) jeune, et pourtant, qu'est-ce que je lisais, au regard de ce que lisent mes enfants. (#jevirevieille bique, je ne vous le fais pas dire).

Je suis une fille à regrets, je sais c'est mal et puis ça ne se dit pas, et puis il n'est jamais trop tard quand on le veut vraiment. Mais en fait si, il est trop tard quand même un peu, on le sait bien au fond. Je regrette de ne pas avoir appris à parler plusieurs langues, à jouer correctement d'un instrument, de ne pas être partie vivre à l'étranger quelques mois. Je regrette d'autres chose encore que je ne peux pas dire, mais j'en cause à tonton Sigmund dans ma tête.

(T'inquète, je gère).

J'essaie depuis toujours, et Puceminus tente régulièrement de m'apprendre, mais je suis incapable de rouler les R avec ma langue (c'est un peu la raison pour laquelle je me suis mise au danois plutôt qu'à l'espagnol), bien que ma langue soit très musclée et très longue et que je sois, de l'avis de certain, très habile avec (un dessin, peut-être?), et capable -entre mille autres choses- de toucher l'arrête de mon nez avec. Je suis sûre que je t'en bouche un coin, là, avoue.

Je ne pratique aucun sport, mais je passe l'aspirateur énergiquement très souvent.

Plus le temps passe, plus je confonds mes filles sur les photos. (Brisefer, non: il a toujours la même tête). Je suis sidérée ces derniers temps par le coup de vieux que prennent les gens de mon âge autour de moi, (et je ne veux surtout pas imaginer qu'ils puissent penser la même chose de moi, merci).

Un jour, j'ai vu Mads Mikkelsen comme je te vois, je suis presque sûre de ne jamais te l'avoir dit. D'ailleurs, quand je l'ai raconté à droite à gauche, tout le monde ou presque a cru que je mythonais à mort (les autres ne savaient pas qui était Mads Mikkelsen). J'ai accroché au-dessus de mon bureau la photo où il me tient amoureusement par l'épaule, et où je le regarde avec les yeux de l'Amour, lui ne me regarde pas: il regarde l'objectif et ça pourrait bien m'avoir légèrement vexée sur le coup mais en fait non, parce que là maintenant tout de suite à l'heure où je te parle, il me regarde tendrement, et on est bien tous les deux.

Ce blog a dix ans, bientôt.
Il tourne un peu en rond en ce moment, il manque d'inspiration, faites pas comme si vous ne l'aviez pas vu.
Je me suis bien amusée, j'y ai rencontré pour de faux et aussi en vrai de bien belles personnes, avec une certaine, c'est à la vie à la mort, même.
J'y ai passé beaucoup -trop- de temps vous dira l'Ours qui regrette régulièrement que je n'utilise pas mon temps libre et mon savoir faire ailleurs, suivez mon regard.
Je suis un peu fatiguée, je regrette que certains de mes blogamis ne bloguent plus, que seul un lecteur sur trente en moyenne laisse un commentaire avant de partir (les bons jours), j'ai régulièrement envie d'en finir, et en écrivant ceci je me sens déjà un peu soulagée, comme si j'allais m'arrêter, maintenant. Je rêve souvent d'aller cultiver mon jardin, de passer à autre chose, ailleurs, et que ceux qui m'aiment prennent le train, j'ai souvent envie de vous dire Au revoir, mes amis, c'était bien.
Mais ne croyez pas pouvoir vous débarrasser de moi aussi facilement, je reste encore un peu quand même, et tant pis pour vous. Jusqu'à ce que Mads me paie un aller simple pour Copenhague en tout cas, ce qui nous laisse encore un peu de temps devant nous, voyez comme je suis lucide.
Et pour fêter dignement nos dix ans, mon blog et moi (on a pris la grosse tête) on a décidé d'aller jusqu'au fond des choses: on vous propose de répondre à vos questions, comme sur les blogs des grandes stars (des fois qu'il persiste encore une petite part de mystère en nous) (et histoire que ça dope un peu le nombre de comm', aussi). Lâchez-vous, mes amis, parce que Madsou vous le dit: