Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 13 mars 2016

Vrac micmac et foutrac du dimanche soir.

Tu devineras jamais quoi. Puceminus a fini de déchiffrer les six pages de son p** de Clair de Lune. Tu as bien lu, elle a fini par lui faire la peau.
Bon, reste maintenant à l'interpréter, hein, il lui a dit diplomatiquement, son prof.

Copine F. m'envoie des textos un peu mystérieux parfois, genre Tu l'as vu le film dans lequel Mads joue le rôle de Stravinsky? ce à quoi je réponds que bien sûr pourquoi cette question très chère pour qu'elle m'avoue qu'elle est déçue: elle a trouvé le film par hasard à la médiathèque, l'a emprunté toute contente et voulait me faire une surprise en me le prêtant. (Genre: elle croyait qu'il y avait encore un film de Mads que je n'avais pas vu, la bonne blague.)
eh! soyons sérieux!

Vous je sais pas, mais l'Ours et moi, ce temps magnifique ça nous donne des envies folles et on a passé le week end à semer des graines et à cultiver notre jardin.
(On a planté une glycine, bande de rigolos).
Bon, on l'a aussi passé à jouer au juré de la nouvelle star bac blanc de français et de T.P.E avec Minipuce. Minipuce, elle voulait qu'on l'écoute parler de la passion amoureuse chez Phèdre et de la liberté des médias dans le monde, et puis qu'on imagine à quelles questions elle allait devoir répondre cette semaine pendant ses oraux, si si si, on devait pouvoir deviner en gros, c'est juste qu'on y mettait de la mauvaise volonté et qu'on voulait pas l'aider.

Côté lectures, j'ai eu un peu de mal avec Histoire de la violence d'Edouard Louis, sur le fond -la violence, toutes les violences- comme sur la forme -le récit des faits par Edouard se confondant avec celui que fait sa soeur à son mari, deux registres de langue, des coupes dans le temps et l'espace, du mal à suivre parfois, mais ça m'a donné envie de relire Eddy Bellegueule, que j'avais beaucoup aimé. Et puis je viens de m'offrir un recueil de nouvelles de Jim Harrisson, je n'y suis pour personne pendant un bon moment, je vous prie de le croire.

Et sinon, ça vous fait ça aussi des fois le dimanche soir, de n'avoir pas du tout du tout envie d'aller travailler demain, juste comme ça?

16 commentaires:

  1. Ma Suzanne, qui a été malade et à la maison toute la semaine, me dit tout à l'heure: "Je suis perdue dans le temps, c'est pas possible qu'on soit déjà dimanche?!" Et puis j'ai reçu un message de ma collègue: elle a la grippe... Pourquoi je ne l'attrape jamais?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est la faille temporelle du dimanche soir, Suzanne.
      à l'école cette semaine, 50% de l'effectif enseignant a la grippe (et 100% des remplaçants= pas de remplaçant, justement).

      Supprimer
  2. Ben oui , copine F t'envoie des textos mystérieux ...et tu ne réagis même pas ...elle est déçue ...
    Si tu l'invites un 1er avril , normal qu'elle te réponde qu'elle part aux Bahamas le même jour ... ;)
    F.C

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'y ai cru et j'étais trop verte de jalousie pour te répondes, stout.

      Supprimer
  3. Aller trav... what ? moi pas comprendre du tout :-(
    Biz quand même !

    RépondreSupprimer
  4. Et la pub de Mads, vous étiez informée?
    (Visiblement il y a un film mais il est fort peu probable qu'il soit crédité sur AlloCiné hein..) (sinon c'est par la : http://www.boconcept.com/fr-fr/
    Juliette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu penses. (il est chouette le film, en plus, je trouve, mais peut-être bien que je ne suis pas objective) ;-)

      Supprimer
  5. Moi je triche pour le dimanche soir. C'est le seul soir de la semaine où en pensant au lendemain je fais haaaaaaaaaaa... de bonheur. Particulièrement quand j'ai bossé le samedi et le dimanche. Et je grogne sur toutes les personnes qui à partir du vendredi 16h commencent à dire "bon week end" "ah, enfin vendredi...".. Alors je me venge. J'ADORE les lundis. Voilà, c'est dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme ça c'est pas perdu pour tout le monde ;-)

      Supprimer
  6. Ah, ben moi, dis-je pour la troisième fois, mais peut-être que celle-ci mon com' va passer, en voyant le petit dernier s'endormir les joues bien rouges sur le canapé, hier soir, j'ai juste dit "bingo, encore un enfant malade"!

    RépondreSupprimer
  7. Comme Mamanlit, quand le dimanche soir je n'en suis qu'à la moitié de mon week-end, ça va, je gère. C'est plutôt le lundi soir que le blues m'empare parfois. Et idem, jamais malade ! C'est pas possible d'avoir une telle santé ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. viens bosser en maternelle où on te met les enfants malades le matin ("il a seulement 37°9 ce matin, ça va"), tu pourras attraper tout plein de maladies, comme ça ;-)

      Supprimer
    2. "Il avait 38° ce matin, mais c'est bon, je lui ai donné un doliprane. Si ça va pas, vous m'appelez, hein, mais pas ce matin, je travaille". Oui oui oui, parce que moi, je travaille pas ? Si si, garde-malade aujourd'hui !
      Sinon, c'est pas tant le dimanche soir que c'est dur, je ne bosse pas le mardi, ça me fait comme un mini we après seulement un jour de taff. Par contre, le mardi soir, j'ai du mal à me dire qu'il faut que j'y retourne demain

      Supprimer
  8. C'est dimanche tous les jours en ce moment... pas bon...

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: