Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 19 février 2014

En vrac en en pas rangé dans les coins sombres.


- L'Ours a un ulcère à l'estomac. On l'a appris ce matin, après sa fibroscopie. On l'a même vu sur la photo, c'est presque joli un ulcère, figurez-vous, tout rose, beaucoup d'allure, non vraiment.
C'est le stress, monsieur, il va falloir faire beaucoup de sport, qu'il lui a dit le gastro-entérologue.  (quoi? l'Ours, l'homme le plusse calm and flegmatic in the entire world serait stressé au point d'en attraper un ulcère? et si nager quotidiennement 10 kilomètres au point qu'il lui a presque poussé une queue (à la place des jambes, j'entends) (je ne suis pas d'humeur à faire de l'insinuation mal placée, figurez-vous) ne le protège pas stomacalement parlant, qu'est ce qu'il faut faire, diteuh le moi?)
Et il va falloir arrêter de l'énerver, il a ajouté en me regardant.
Je suis ulcérée.

- L'autre jour (mon jour de congé, pour être précise), j'ai fait venir le plombier parce que l'Ours avait cassé le petit bouton du robinet (il n'y a là absolument aucune connotation sessuelle, arrêtez à la fin, vous êtes lourds), le petit bouton du robinet de la chaudière donc, qui à présent ne se refermait plus tout à fait complètement et devait être à l'origine selon lui d'un petit goutte à goutte qui détraquait la machine. Nan mais comment ça se fait que le robinet il est ouvert en grand comme ça? il a demandé le plombier, c'est les grandes eaux dans votre chaudière maintenant, c'est malin, ça, de ne pas connaître le sens pour ouvrir ou fermer un robinet. (Un ulcère, ça tient à peu de chose, hein.)

- depuis le coup du derrière Leclerc du Finistère de l'autre jour, j'ai deux autres parents qui sont venus m'annoncer un déménagement avant la fin du mois. Ils espèrent sans doute avoir eux aussi un bon mot de la dingue l'originale qui officie comme maîtresse dans cette école, mais je suis vigilante à mort, je fais répéter trois fois, au besoin je lis sur les lèvres et de toute façon je ne fais plus d'autre commentaire que Ah, OK.

- Je ne sais pas si je suis moins inspirante ces jours-ci ou si c'est juste que vous êtes occupés ailleurs mes zamis, mais toujours est-il que si vous continuez à non-commenter en masse,  c'est pas ça qui va m'aider à être gentille avec mon mari, je vous le dis.

- D'autant que ce blog est sur le point de fêter ses H.U.I.T ans, juste comme ça.

vendredi 14 février 2014

welcome

Figurez-vous mes petits zamis qu'après Washington, c'est à Chartrescityville que François Hollande est attendu lundi prochain. Comme je vous le dis.
J'avais l'intention de photographier à votre intention  le monumental DEGAGE HOLLANDE blanc sur fond noir que je vois tous les matins sur le chemin de l'école et de légender ma photo: "faudra pas qu'il passe sous le pont en bas de chez moi, le pôv, ça pourrait lui faire de la peine" , mais devinez quoi? le dessous du pont vient juuuste d'être repeint. Ah ça.

mercredi 12 février 2014

Plaît-il.

(ante scriptum qui n'a aucun rapport avec ce qui va suivre: j'ai été très touchée par l'enthousiasme délirant suscité par le billet précédent, laissez-moi vous le dire.) (ou-ais, je suis toujours d'excellente humeur après une animation pédagogique le mercredi après-midi.)


L'autre matin, entre deux portes, avec les enfants en train de rentrer/ sortir et le vacarme de la classe en bruit de fond, un père d'élève me dit:
"- je voulais vous dire que nous déménageons, S. va donc changer d'école après les vacances.
- oh, elle nous manquera (...) et vous allez où?
- dans le Finistère.
-  whaaaah, quelle chance vous avez, d'aller vivre là-bas!!
- (un peu surpris) ah, euh oui.
- j'espère que quand vous aurez l'occasion de repasser par ici vous viendrez nous rendre une petite visite, même si c'est pas la porte d'à côté, hein?
- (un peu surpris) euh, oui, nous n'y manquerons pas. Mais vous savez, ce n'est pas si loin."

En fait, ils déménagent derrière Leclerc, ville d'à côté.
C'est ce qui arrive quand on parle avec une maîtresse un peu neuneu dure de la feuille.

dimanche 9 février 2014

ça se voit, n'est-ce pas?, qu'avec mes petits je travaille depuis plusieurs jours dans le coin dînette sur comment on met la table de façon civilisée, le verre devant, l'assiette au milieu et les couverts tout bien comme il faut tout autour.

jeudi 6 février 2014

Question

Puceminus: eh ben tu sais, aujourd'hui, la maîtresse m'a félicitée devant tout le monde et donné une image (je vous rappelle que nous parlons de la maîtresse-plus-que -parfaite, ni plus ni moins, épargnez-vous la peine, par conséquent, de critiquer les maîtresses qui donnent encore des images en récompense, ndlr)
- Bravo ma puceminus à moi que j'ai faite et parfaitement réussie. Et en quel honneur, dis-moi voir?
- (gonfle les tétés) Ben pendant que la maîtresse elle interrogeait sur la leçon de géographie, les autres ils étaient là à rien faire, tandis que moi, je faisais ma fiche de maths."



Question: MA FILLE EST-ELLE UNE GROSSE FAYOTE ??

mardi 4 février 2014

On peut me plaindre (c'est même recommandé).

Je ne voudrais surtout pas avoir l'air de me plaindre, mais quelqu'un pourrait-il m'esspliquer, avec des mots simples parce que je suis prof en maternelle, pourquoi en pleine épidémie de gastro du style méchamment féroce sévissant dans notre école, je suis la seule (l. a    s. e. u. l .e) maîtresse  à avoir chaque matin que Dieu fait mon effectif au graaand complet et des parents qui viennent me voir la bouche en cœur pour me dire qu'Il a été malade hier soir dans la nuit au petit matin on a passé des heures à éponger il y en avait partout mais ce matin figurez-vous que yipiiiyeah! il pète la forme il est guéri tout va bien rien à signaler,
tandis que mes collègues (t .o. u. s    m .e. s    c. o. l. l. è. g. u. e. s) ont dans leur classe 5/6 absents chaque jour (qui prennent la relève spontanément et sans relache de ceux qui reviennent guéris), et ne se gênent pas pour venir hypocriter dans ma classe le sourire en coin Alors, t'en as combien aujourd'hui, ma pauvre?


dimanche 2 février 2014

en vrac et pas rangé dans les coins sombres.

- Je sais que l'Ours est très fatigué en ce moment, mais trouver dans la boîte aux lettres une lettre qu'il s'est adressée à lui-même plutôt qu'à sa mutuelle, c'est, aidez-moi
- au-delà de tout ce que j'aurais pu imaginer venant de lui?
- bien le signe qu'il est encore plus fatigué que je le pensais?
- la preuve qu'il est bien monotâche, quoi qu'il s'en défende (quelqu'un était probablement en train de lui parler au moment précis où il rédigeait son enveloppe)?
- psychanalytiquement intéressant je pense, (mais ne m'en demandez pas plus)?

- Le même Ours est tombé de son vélo ce matin-même sur une plaque de verglas en allant chercher le pain, est rentré se faire plaindre et soigner par sa femme, puis est reparti illico, toujours sur son vélo, faire ses 100 fois 50 mètres de brasse coulée, exhibant à la face du monde ses genoux, tibias et coudes écorchés vifs et tout fraîchement mercurochromés. Cet homme est fou, maintenant c'est sûr.


- Puceminus vient de commencer un puzzle 3D qu'on peut faire, si on en croit la pochette, de 12 à 99 ans. Ben j'ai du temps pour le finir me dit-elle. (Est-ce que ça veut dire que sa chambre va rester en merdier toutes ces années, je me demande.)





- La même Puceminus prépare activement sa visite prochaine au musée du Quai Branly avec sa maîtresse-plus-que-parfaite, et ça se voit

moi qui vois toujours du Hannibal Lecter partout, je suis vernie.