Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 11 décembre 2014

Le monde très curieux de l'adoleschiance #2

Il y a pire que l'adoleschiante: il y a l'adoleschiante amoureuse.
L'adoleschiante amoureuse figure-toi, elle est tombée en amour d'un seul coup d'un seul, et c'est pour toute la vie et celle d'après aussi, elle a envie et beoin de voir son chéri tout le temps tout le temps tout le temps et encore plus et tu peux pas comprendre ça,  t'as jamais eu 15 ans, toi, t'as jamais aimé et t'aimeras jamais t'es trop vieille. Et même pas dans tes rêves je te dis comment il s'appelle ça va pas la tête c'est mon secret même pas sur mon lit de mort je le dis.

L'adoleschiante elle invite le samedi soir ses copains et son amoureux secret à sa fête d'anniversaire, et il va sans dire que son père, sa petite soeur et toi devez avoir quitté la maison une bonne demi-heure avant l'arrivée de ses invités et ne rentrer que longtemps après leur départ, histoire d'être bien sûre qu'aucun ne vous croisera, tellement vous êtes pires que des Bidochons. Et surtout pas l'amoureux dont il faut taire le prénom, ça serait pire que tout s'il vous voyait.
(Le frère aîné, lui, a le droit de rester confiné dans sa tanière, va comprendre, soit il n'a pas hérité de notre tronche de bidochon (il me semble pourtant, vu qu'il me ressemble), soit c'est qu'on estime qu'il pourra peut-être être utile en cas de panne de musique).
Vous vous tapez donc tous les trois un documentaire animalier Disney au cinéma (la programmation est aussi pourrie que la météo) puis la crêperie du coin, c'est samedi soir sur la terre et il fait un froid de gueux dans la nuit noire quand tu penses que tu pourrais être en train de mater Mads Mikkelsen nu sur une peau de bête à l'heure qu'il est, vous attendez d'être enfin autorisés à rentrer chez vous, vous l'êtes, vous rentrez, L'adoleschiante est partie pour l'after chez une voisine amie, elle a la permission de minuit et rentre à l'heure avec le sourire, tu te couches sur tes deux cliquettes avec le sentiment du devoir accompli de la mère absolument parfaite que tu es, tu n'en doutes pas.

Le lendemain l'adoleschiante qui s'est levée fort tard et a passé le reste de la journée à ranger la maison comme elle s'y était engagée, t'annonce bouche en coeur et rond de jambe qu'elle sort une petite heure ou deux voir son chéri.
Ce à quoi tu réponds ni une ni deux que pas question ma fille faut pas pousser mémé au lac et dans les orties aussi tu t'es couchée tard hier tu as des devoirs à faire je suppose et tu n'as pas été privée de ton chéri ce week end et comment s'appelle-t-il d'ailleurs celui-là? Je suis vieille grosse et moche et je ne peux pas comprendre l'Amour de toute façon je peux toujours courir pour qu'elle me dise son nom, claquage de porte et Latronche.

Et à la nuit tombée, alors qu'il est prévu que tout le monde se couche tôt après un week end aussi plein d'aventures palpitantes, (devine quoi) l'adoleschiante se sauve en catimini de la maison ni vu ni connu sans annoncer où elle va ni à quelle heure elle compte rentrer ni même si elle compte rentrer un jour, tiens, retrouver son chéri parce que sa petite heure ou deux tu croyais qu'elle y avait renoncé sans trop d'histoires finalement, mais non, figure-toi. Latronche veut toujours avoir le dernier mot, souviens-toi.
Ça aurait  (presque) pu nous faire (un peu) rigoler si elle était partie faire le tour du pâté de maison pendant un quart d'heure histoire de rouler trois pelles souhaiter la nuit bonne et les rêves en or à son amoureux, mais ça nous a pas fait rire (du tout) vu qu'elle est rentrée deux heures plus tard, piteuse certes, mais avec son téléphone éteint dans la poche, trempée et toute frigorifiée de la tatane (il pleuvassait et gelait à fendre pierre, mais l'Amour ne prend pas froid, on dirait).

Ça ne nous a pas fait rire du tout son père et moi, disais-je, et après avoir été sermonnée, avoir dû renoncer à son téléphone pour une durée indéterminée et promettre de ne jamais plus recommencer sous peine de finir au pensionnat des amours mortes, Latronche a dû lâcher quelques petits renseignements à toutes fins utiles genre pour la prochaine fois qu'elle se barrera sans rien dire de la maison à la nuit tombée, à savoir (entre autre): nom, prénoms, date et lieu de naissance, adresse, digicode, numéro de téléphone, numéro de sécu, profession des parents, nom de jeune fille de la mère, prénom des deux grand-mères, groupe sanguin et signe astrologique de l'amoureux.*

Toi aussi, Mads, si tu avais su ce que c'était que d'avoir des enfants tu aurais plutôt pris des chats?



* par pitié ne me dites pas qu'on fait mal, de toute façon on fera mal il a dit Tonton Sigmund, hein.

18 commentaires:

  1. maman chérie et adorée11 décembre 2014 à 19:42

    De mes 6 frères et une sœur, je suis la seule à n'avoir encore pas franchement d'ados (l'ainé a 12 ans au compteur), mais l'expérience familiale me pousse à te prévenir que tu n'as pas fini d'écrire des # sur le monde très curieux de l'adoleschiance!!!( et n'hésite pas à tout nous raconter, c'est un vrai délice). En attendant, à défaut de pleurer avec toi, empathie oblige, je suis morte de rire!( Ton histoire ferait un carton dans "parents mode d'emploi".)

    RépondreSupprimer
  2. Meuh non, je ne te dirai pas que tu fais mal !
    Mais je ne te dirai pas non plus ce que je faisais à 15 ans quand ma mòman me croyait trèèès occupée à babysitter ... (poum poum poum, y'a prescription depuis, et le coresponsable est toujours là juste à côté sur mon canapé !)

    RépondreSupprimer
  3. Si quelqu'un connaît la recette, qu'il n'hésite pas à partager...Mais bon! L'amour ça fait faire des grosses bêtises!

    RépondreSupprimer
  4. Nan, pas possible, Mads j'peux pas, tu peux l'garder , no soucy , en exclusivité!!!
    Alors vois-tu je suis encore au stade des gâteaux en forme de cadeau pour un concours de gâteaux avec ma fifille , et je savoure (la fiiflle, le gâteau- m'en suis écoeurée, ces moments) ...
    Et oui quoiqu'on fasse c'est pas bien...de toutes façons.
    Là j'ai démarré le Médecin d'Ispahan , très bien. Giaconda m'a touchée , surtout 'histoire de l'auteur, mais ma pudeur de vieille anglaise fut un peu shocking, mais ça c'est une vieille histoire, que je règle avec Sigmund. Bref, bon courage, et vive les paillettes !

    RépondreSupprimer
  5. Dire que j'en ai 2 d'un coup, qui arrivent à ces merveilleux moments.... (sic)
    Je suis bien pire que toi, bon, pas sûr que ça te console.
    Ceux qui sont passé par là disent que "après, on en rigole", tu le tournes déjà en dérision alors imagines la tranche de rire que ce sera dans 10 ans ;-)

    RépondreSupprimer
  6. mais comment faire pour partager (sur FB,par exemple) un article si intéressant,d'utilité publique,oserai-je dire !??????,
    sterenn

    RépondreSupprimer
  7. D'après mon expérience personnelle (ta serviteuse au même âge), il y a encore pire que l'adoleschiante amoureuse : il y a l'adoleschiante au coeur brisé... Tu as toute ma compassion par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ah ah (hum) ça fera sûrement l'objet d'un billet un jour.

      Supprimer
    2. Pas possible : elle, c'est pour toujours toute la vie et même plus encore...

      PS : ne te mine pas pour Sigmund, écoute plutôt Donald. Non, pas le canard, Donald Winnicott : par nature, la mère est suffisamment bonne.

      Supprimer
  8. ô mon dieu, pourquoi c'est si compliqué! déjà que je trouve que c'est un peu tendu à 11 ans qu'est ce que ça va être! courage!! Mais bon continue de nous raconter parce que c'est intéressant!

    RépondreSupprimer
  9. Que cela fait du bien de te lire ! J'éclate de rire toute seule devant mon ordi, mes enfants me demandent "Que se passe-t'il maman ??"
    Quand je me connecte chaque jour, je regarde si tu as posté un nouveau billet, je crois que je suis accro !!!!
    Merci pour ces moments de détente, de partage..... on se sent moins seule face à notre progéniture !!!!

    RépondreSupprimer
  10. on ne s'ennuie jamais avec les enfants, contrairement aux chats!

    RépondreSupprimer
  11. et c'est qui alors , merde? on le connait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah parce que tu connais tous les boutonneux de 15 ans de Chartres, toi??

      Supprimer
  12. Garde bien ce recul que j'admire, mais oui, c'est bien d'être amoureux mais pourquoi sont-ils si opposés au fait de nous dire qq chose, je sais psychologiquement, on nous explique ta...ra....ta ...ta.... mais je me souviens moi du départ de mon premier copain dont j'étais follement amoureuse (et oui, il habitait Paris et moi j'étais loin très loin dans la France profonde) et ma mère qui m'envoie ballader, un de perdu... tu as bien d'autre choses à faire et de rigoler... il faut qu'ils sachent les jeunes que ce jour-là j'aurais aimé trouver une tte petite oreille attentive, qui me demande comment il s'appelait et m'aide à trouver des solutions pour le revoir ; moi je n'ai jamais oublié ce jour et d'autres jours comme ça il y en avait pour ttes à l'époque antique ... Alors ??? Pourquoi ??? Et si justement on se moquait d'eux, comme si l'amour était devenu pour nous les vieux comme une bagatelle, ben non, nous les jeunes on y pense encore plus que jamais et meme que ça pourrait réchauffer nos vieux os, même sous la flotte ou le givre, et meme au Danemark en février... N'est-ce-pas ?

    RépondreSupprimer
  13. Oh qu'il ne me tarde pas de vivre ces doux moments...

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: