Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 10 septembre 2014

Où il est question des nouveaux rythmes sco et de Souffrance, forcément.

Me lever le mercredi matin pour aller à l'école, c'est dur, je vous dis que ça. A voir la tête de mes petits élèves et celle de mes collègues après seulement deux semaines, je dirais que c'est dur pour tout le monde, même. Quand je pense que notre ministère a fait parvenir dans chaque école une affichette sur papier glacé et technicolor Cinq matinées dans la semaine c'est mieux pour les écoliers. (Il a osé.) Quand je pense qu'il y aura sûrement des instits assez obéissants pour épingler ça sur le panneau d'affichage de l'école. Vous avez remarqué que je ne finis pas mes phrases. C'est exprès.
[Mais c'est de la propagande, une affiche pareille il a dit, Brisefer quand je lui ai raconté. Mais carrément c'en est, mon gars, je lui ai dit.]

Cinq matinées par semaine (et aussi quatre après-midis ah ça tiens donc), j'ai une nouvelle atsem dans ma classe avec laquelle il est permis de rigoler. On ne s'en prive donc pas. Mais parfois aussi on partage nos souffrances, et actuellement, elle est grande (notre Souffrance), c'est de songer que -en plus de se lever le mercredi matin, donc - George se marie d'ici quelques jours. On n'arrive pas bien à savoir quand, d'ailleurs. A Venise, en plus, -comme si ça ne suffisait pas. On en cause et on en recause, on se pince pour y croire, parfois on se tait pudiquement mais on sait qu'on y pense toutes les deux quand même. On s'est d'ores et déjà promis de venir travailler en noir ce jour-là, de nous nourrir exclusivement de jus de noni, de ne parler que si c'est absolument nécessaire et de faire pénitence. Quand on saura la date, hein.

Sinon, comme troizième grand malheur, il m'est arrivé récemment une chose stupéfiante.
Pendant quatorze ans et demi, j'ai eu une fille la plus mignonne du monde, facile sage obéissante calme toujours d'humeur égale jamais un mot plus haut que l'autre et qui disait toujours bonjour à la dame, et un beau matin je me suis réveillée comme d'habitude, et j'avais à la place une mégère colérique et malaimable et exigeante et hystérique et bornée et ne sachant que lever les yeux au ciel et répondre en hurlant de sa voix de tête et manquant singulièrement d'humour.
Le plus étrange, c'est que ça s'est passé du jour au lendemain, cette histoire. Mais vraiment, hein. Je veux dire: un jour c'était comme toujours et le lendemain, paf! la mégère. Surprendre la Mort debout dans mon bac à vaisselle ça m'aurait moins embêtée que de réaliser que ma petite fille était devenue une adoleschiante, une vraie de vraie, comme on n'en voit que dans les histoires qui font peur, voyez.
(Je pense que je suis la seule mère au monde qui ne supporte pas de voir ses enfants grandir, faudrait que j'en cause à Tonton Sigmund, à l'occase.)



( Et rien à voir sinon pour dire que j'ai aussi de petits bonheurs, parfois: courez voir Gemma Bovery si vous m'en croyez et vous m'en direz des niouses.)

20 commentaires:

  1. (mon commentaire a été avalé par les tréfonds de goo*gle, je recommence. s'il réapparait, je radote...)

    alors les "nouveaux rythmes scolaires" ne sont plus nouveaux chez nous, ça fait un an qu'on se les tape, et je confirme C'EST DE LA DAUBE. Et un sacré bazar dans nos campagnes, pas une école ayant les mêmes horaires qu'une autre, les remplaçants s'arrachent les cheveux (nous on n'en a plus depuis longtemps...)

    Le mariage de G. est un non-sujet non évoqué pour éviter toute manifestation lacrymale...

    Et la transformation style loup-garou de l’adoleschiante (j’adore / j’adopte la formule) est définitivement brutale. Nous le palier 2 a été atteint en 4 heures le mercredi de la rentrée, où, quand elle est revenue du collège elle ne parlait plus comme avant et avait oublié qu’on était ses parents et pas ses potes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah tiens, c'est drôle, depuis quelques jours, l'Ours ne fait que demander à sa fille de lui parler autrement parce qu'il "n'est pas sa copine". La première fois, ça surprend, hein.

      Supprimer
  2. Je sais pas si ça te rassure j'ai bien peur que ma fille s'approche du côté obscure de la force ! POURQUOI!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la petite fille que j'ai vue en juillet? pas possib.

      Supprimer
    2. Il y a des prémisses du début de la chose....

      Supprimer
  3. Ah oui, le matraquage publicitaire à propos des nouveaux rythmes scolaires, style "c'est pour votre bien" n'a pas échappé non plus à mes enfants. Entendant pour la deuxième ou troisième fois l'annonce radiophonique, ils ont conclu d'eux-mêmes "manger bouger point effère". Il ne faut pas les prendre pour des abrutis, non plus.
    (Et sinon, pareil ici pour le petit dernier, le quatrième lever tôt de suite, le jeudi, donc, est assez difficile. Le vendredi, je ne sais pas, c'est mon mari qui s'y colle.)

    RépondreSupprimer
  4. j'ai pas vu l'affiche, mais le message radio tous les matins quand t'es en train décoller tes paupières au pied de biche devant tes tartines, j'adore (j'ai pensé aussi "propagande", je m'attends maintenant aux tracts balancés d'avion sur la cour des écoles),
    moi aussi j'héberge maintenant une adoleschiante (15 ans hier, misère) qui ne sait pas s'adresser à ses parents sans les engueuler mais la transformation n'a pas été subite, c'était plus insidieux...
    je ne sais pas ce qui est le mieux (comme pour le sparadrap qu'il faut décoller d'une peau velue, qu'on le fasse tout doucement ou d'un coup sec, on douille toujours)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heureusement que je n'écoute pas la radio, alors, les filles, si j'ai bien compris.

      Supprimer
  5. courage on doit toutes passer par là..je dis toutes parce que les filles avec leur mère c'est plus coton que les garçons,il me semble..

    RépondreSupprimer
  6. :-) Tu supportes pas bien parce que tu étais sans doute une adolescente modèle. Mardi soir quand ma demoiselle a failli me rendre chèvre au sujet de ce petit haut (un chouia indécent à mon goût) qu'elle voulait absolument mettre au collège et alors qu'elle montait dans les aigus et que j'avais furieusement envie de lui couper les cordes vocales tout en la bâillonnant avant de l'enfermer à clef dans sa chambre, je me suis souvenu que j'avais sans doute été bien plus calme en apparence devant mes parents mais en réalité mes adolescenteries étaient bien pires que les siennes, alors j'ai revêtu ma cape de sérénité, usé d'arguments raisonnables, compté sur la nuit pour apaiser les esprits et au matin nous avions trouvé un compromis.

    Ta fille n'a pas encore les hormones en ébullition avec pour principale (voire seule) préoccupation les garçons, parce que te connaissant à ce moment-là nous allons te perdre ma pôv'dam :-)

    Oui l'adolescence nous semble plus longue avec nos filles, alors mets-toi au prozac ou au yoga car quelque chose me dit que ta petite dernière ne t'épargnera pas. (prière de ne pas la noyer à titre préventif, tu n'es pas à l'abri d'une bonne surprise).

    p.s : pour ce qui est de l'avant-dernière phrase entre parenthèses t'inquiète, vu le temps qu'il te reste jusqu'à la retraite t'auras tes jeunes élèves pour te faire oublier que tes enfants grandissent, en attendant de devenir grand-mère et recommencer à pouponner. La vie est bien faite ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la petite dernière ne grandira jamais, je le lui ai déjà dit, et elle sait que ce n'est pas négociable.

      Supprimer
  7. Pour George, sois généreuse, pense à son bonheur.
    La solitude devait lui peser alors s'il réussit à se satisfaire de cette vilaine opportuniste, arriviste, pseudo-intellectuelle mal peignée au teint blafard et au regard chafouin, il serait indigne de nous montrer jalouses.

    RépondreSupprimer
  8. Pour les rythmes scolaires ben pas d'avis, mes enfants sont à minima au collège alors il y a bien longtemps qu'on ne pionce plus le mercredi matin et je pourrais me la jouer solidaire vu que je me souviens bien combien ils avaient besoin de ce mercredi de repos mes loustics à l'époque, mais en fait je suis trop méchante alors je m'en fiche et je vais continuer de lire un roman trop bien qu'on m'a offert pour mon anniv ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. héhé, bois-le comme du petit lait celui-là, c'est du bon!

      Supprimer
  9. Ne me dis pas que les filles c'est pire que les garçons!!! S'il te plaaaaaiiiiisss!!!!! Parce que là j'en ai deux, des gars, en plein dedans, le coté obscur de la force et c'est... Gratiné! J'avais espoir que pour la p'tite... (Mince, je risque d'être trop vielle quand elle y sera pour y résister!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au contraire: tu seras archi bien rôdée quand viendra son tour ;-)

      Supprimer
  10. Réponses
    1. de ses copines pour le moment (et c'est déjà bien assez ;-)

      Supprimer
  11. ben quoi y a pas de raison que tu n'aies pas la chance, toi aussi de côtoyer cette ado
    non mais... (j'ai dû mettre le réveil mercredi j'ai le droit d'être de mauvaise humeur d'abord !)
    bon courage, il exagère G. c'était pas le quart d'heure
    patricia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu m'as l'air d'avoir le même genre de malheurs que moi, toi ;-)

      Supprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: