Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

samedi 28 septembre 2013


Offre aide au travail du soir, soutien personnalisé, patience, longue expérience, références vérifiables. Ecrire au blog qui transmettra.

mardi 24 septembre 2013

retour aux urgences


 
(toujours pas de Dr Carter, hélas, trois fois hélas)
 
C'est que je somatise beaucoup, moi, on dirait, depuis que j'ai eu 29 ans (très récemment), je disais à l'Ours. Oui, a-t-il confirmé en hochant du bonnet, va falloir que je me trouve une petite jeunesse qui tienne la route pour te remplacer. Avec ton grand âge et ton alopécie*, ça va être duraille, je lui ai répondu. (ou-ais, parfaitement, c'est l'amour vache chez nous.)

* tous à vos dictionnaires, pour percer à jour le petit secret de l'Ours.
 

dimanche 15 septembre 2013

Le très mystérieux de ma vie.

Je connais un type, depuis plusieurs années, disons que je suis amenée à le fréquenter de près mais que je me tiens à distance de lui, ce qui fait que je le fréquente de près et de loin à la fois ce qui peut paraître étrange -suis-je claire?-, je me tiens à distance de lui parce que je supporte difficilement son air important et sa vue basse et aussi parce que je saisis généralement mal la profondeur de ce qu'il raconte- alors que nous nous rencontrons dans un cadre qui ne porte pas profondément sur la philosophie, c'est ça qui m'inquiète, je crois.
Même si je ne m'empêche pas de changer discrètement de trottoir quand je l'aperçois -que je m'y emploie activement, même-, nous nous connaissons de près et de loin donc depuis environ six ans, peut-être plus, nous nous croisons chaque semaine au moins une fois ici ou là -quand je n'ai pas eu le temps de changer de trottoir-, nous nous tutoyons, nous connaissons les grandes lignes de nos vies respectives, avons des connaissances communes, et pourtant j'ignore complètement -mais vraiment- ce qu'il fait dans la vie. Je veux dire: à part avoir l'air important de celui qui raconte des choses pas très philosophiques pourtant mais que personne ne comprend,- pas moi en tout cas. J'ignore où, avec qui et dans quelle branche il travaille. Ce n'est pas faute de le lui avoir demandé, de l'avoir subtilement sondé l'air de rien mon ami je t'embrouillaminasse comme je sais bien faire, allez, il esquive, il élude, il change de trottoir, ce n'est pas faute non plus d'avoir interrogé notre cercle commun, mais rien,  personne ne sait rien de rien sinon qu'un jour il a demandé à être rayé d'une liste de diffusion chuuut chuut parce que ça pouvait lui poser problème dans le câââdre de sa profession, il est le très profond et secret avec son air (pré)(très)occupé, il est le mystérieux de ma vie.
 

dimanche 8 septembre 2013

En pas bien rangé dans les coins sombres (et avec la poussière planquée sous le tapis).




- Puceminus est devenue croyante cet été à force de visiter des églises je vous l'ai déjà dit, et elle est devenue d'autant plus croyante que toutes ses prières, même les plusses folles, ont été exaucées, même celles auxquelles on n'osait même pas croire, comme être cette année encore dans la classe de la maîtresse plusse-que-parfaite, et avec sa copine L si possible (c'est possible).
 L'été prochain on ira à nouveau visiter des églises, je crois bien.

- J'ai cette année dans ma classe des petits mignons comme c'est pas permis d'en rêver, et j'ai même pas fait de prière cet été dans les églises pour réclamer ça, je le jure.
Bon, j'en ai bien un qui a essayé de me mordre et qui a eu l'air étonné que je ne le laisse pas faire, mais je lui pardonne, c'est pas de sa faute, je l'ai compris le lendemain quand je l'ai vu tirer les cheveux de sa mère à lui en retourner la tête, sans qu'elle manifeste la moindre douleur. Pas plus que la moindre contrariété.
Et personne ne m'a dit de me casser, bâtard, vous m'en voyez ravie.

- à part ça, la rentrée, je trouve ça très surfait, une montagne de manuels à couvrir (celui de maths en moins)(c'est toujours ça que les Allemands n'auront pas), des inscriptions ici et là, des fiches de renseignements à compléter, l'assurance à contacter, des photos d'identité à faire, des certificats médicaux à réclamer, pfff, quoi de neuf  sous le soleil, Pussycat, hein?

mardi 3 septembre 2013

J'ai pas d'amie.

C'est ce que je dis quand, rentrant éreintée de ma première journée d'école, j'ouvre mes mails pour trouver un peu de réconfort une pauvre petite devinette Deviiine avec qui j'ai passé ma soirée d'hier, héhé??





 
avec ça en pièce-jointe:

 
 
J'ai pas d'amie. Et c'est pas la première fois que j'en ai pas, en plus.