Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 24 mars 2013

Moi je dis.

- Brisefer mon fils, à sa première leçon de code, il a fait 8 fautes, et de l'avis de l'auto école, c'était waah! tout à fait exceptionnel et oh combien prometteur, mon garçon.
Sauf que ça fait maintenant 1 mois et demi que Brisefer hante les cours de code comme un fantôme en son manoir écossais, et qu'il fait désespérément 8 fautes chaque fois, qu'il neige, qu'il vente, que le capitaine s'appelle François ou mon Raymond.
 
- par les temps qui courent, vaut mieux  s'appeler François que mon Raymond, moi je dis.

- L'autre jour, j'ai donné carte à blanche à Minipuce pour une après-midi en tête à tête. Je me suis retrouvée vite fait bien fait devant Jappeloup pendant 2 heures 10, et croyez-moi, même si Guillaume Canet il est miam et le canasson drôlement bien coiffé avec ses petites couettes pour les compèts, c'était looong, puis chez cache-ca*che à tenir bien fermé le rideau de la cabine d'essayage tout en écoutant le debriefing de Jappeloup (encore plus long que le film, si c'est possible).
Et je vous dis le pire: Minipuce elle y est retournée aujourd'hui avec sa copine, voir le canasson à couettes.
Dingue.

- vaut mieux rester chez soi à ranger son sous-sol qu'aller voir Jappeloup, moi je dis. (mais vaut mieux aller voir Jappeloup que participer à Koh Lanta.)
(oui, je suis très en forme).
 

mardi 19 mars 2013

Si tous les instits du monde voulaient bien s'donner la main, ensemble ils feraient une grande ronde (et moi, il faudrait que je cherche la suite sur gogole)

 ( Brèves croisées d'entre deux portes à l'heure des mamans)
 
- je voulais vous dire: l'an prochain, mon fils, je suis désolée mais il continue pas chez vous, je le mets dans le privé - nan mais vous faites de la peinture tous les jours ou quoi?  - attention, c'est pas votre travail que je remets en cause, surtout pas, bien au contraire - parce que je veux bien être patiente, mais ça commence un peu à bien faire - c'est un garçon vous comprenez, j'ai besoin qu'il soit bien tenu - elle avait de la peinture sur le pull jusqu'aux coudes, vous leur mettez pas de blouse ou quoi? -parce que je travaille beaucoup, moi, je compte quand même sur l'école pour l'éduquer -et c'est de la peinture qui part pas facilement au lavage je peux vous le dire - ici, il a de mauvaises fréquentations, et puis c'est quand même pas pareil - ça suffit pas de remonter les manches de la blouse, il faut remonter les manches du pull aussi - l'an dernier il était déjà dans le privé, mais quand on a déménagé ici on a trouvé de place nulle part alors on est venu là et on en a été contents, hein, c'est pas le problème - elles ont des élastiques aux poignets, vos blouses? - mais le privé pour lui ça sera mieux, il sera plus calme, c'est un garçon - si vous voulez, je peux vous en fournir, moi, une blouse pour ma fille, il suffit de me le dire.
 
- Ce sont les premières jonquilles du jardin, elle a absolument voulu qu'on les cueille pour vous, elle vous adore.
 

jeudi 14 mars 2013

(édité)


Figurez-vous que je me suis drôlement bien amusée à découvrir les derniers ouvrages de Jean-Loup Chiflet "Concaténation, ma passion" et "Allégorie ma chérie" que m'ont gentiment envoyés les éditions Chiflet & cie.
 
J'y ai appris ce que sont une citation apocryphe, des vers olorimes, un salmigondis
(ça en jette, hein)
 et la signification du mot Hexakosioihexekontahexaphobie
 (la peur du nombre 666, hé hé).
Et aussi qu' anticonstitutionnellement et ses 25 lettres
fait pâle figure à côté du nom de la vitamine B1, le chlorure d'aminométhilpyrimidinylhydroxyéthylméthythiazolium
et ses-49-lettres-qui-dit-mieux?
 (il paraît que l'épeler à l'envers vaut tous les moutons du monde les nuits d'insomnie).
On peut aussi paufiner ses insultes québecoises ou son suisse romand.
Bref, c'est rigolo, instructif et ça peut te permettre de briller en société,
si ton but dans la vie c'est de briller en société, oeuf corse.

Si toi aussi tu veux savoir si ton mec est un jonisse, un kroumir ou un olibrius
(à toutes fins utiles) ,
comment utilier à bon escient "par contre" et "en revanche",
pourquoi on se souhaite merde au théâtre,
et qui diable est ce fameux Glinglin de la Saint Glinglin,
tu me le dis en comm', 1ère porte en bas,
et la blanche main de Puceminus, l'Innocence personnifiée,
tirera prochainement le nom du gagnant d'un exemplaire tout neuf livré à domicile, oh yeah.
 
 
EDIT: Dorémi (comm' 4) et Belle de Fontenay (comm' 10), l'Innocence sur pattes vous a désignées, envoyez-moi vos coordonnées postales.

mardi 12 mars 2013

Mauvaise pente.

Chaque neige et verglas  que le petit Djézusse fait, dans ma rue pentue à 12% (j'habite en Beauce  dans une rue pentue à 12%, je vous l'ai déjà dit?), il y en a des certains qui se plantent la bagnole vite fait bien fait, et pourtant, l'année suivante ils la reprennent (leur bagnole) (et aussi ma rue pentue) ( le degré de la pente est pourtant annoncé par un joli panneau en amont et certifié par huissier). 
Ce matin, sous mes yeux, vlam une voiture glisse et rentre dans deux autres déjà cabossées au milieu de la route, et boum elle se fait emboutir immédiatement par celle qui arrivait derrière. Comme la rue, en plus d'être pentue, elle est tournue, ça aurait pu être drôle d'attendre et de voir combien de bagnoles allaient descendre encore et se rentrer dedans, vu que d'en haut on ne voit pas ce qui se tamponne en bas. Mais comme il y a toujours des citoyens exemplaires* et tout particulièrement dans les rues pentues j'ai remarqué pas vous?, il y en a qui ont grimpé la côte pour dire en haut que c'était pas la peine de descendre sauf à aimer vivre dangerously, pff même pas drôle.
 
* pas moi, donc. J'attendais, fascinée, de voir combien de personnes étaient assez nazes pour prendre à voiture ce matin une rue tournue et pentue à 12% où plusieurs fois l'an il y a la photo d'un carambolage dans le journal.
 

mardi 5 mars 2013

 
Ma copine Chris, chaque fois qu'elle vient chez moi, juste pour me claquer la bise cinq minutes (je lui sers le thé) ou plus si affinités (je lui sers le champagne) (je précise pour montrer que la boisson n'a -presque- rien à voir avec ça)
chaque fois qu'elle vient chez moi, donc, en plein jour comme en pleine nuit, elle manque mourir.
Mais mourir vraiment, mourir au sens propre, hein.
( bon, elle manque finir aux urgences, en tout cas.)
Je vous mens pas: elle porte sur son corps au moins deux cicatrices faites chez moi, vous pourrez vérifier. La classe, hein.
Je continue de l'inviter, j'adore qu'on vienne mourir chez moi, voyez. Elle continue de venir me voir. On a très envie de voir jusqu'où on peut aller, elle et moi on est trop des aventurières. (Surtout elle.)
 
Copine Chris, donc, puisqu'elle n'est pas encore morte, (juste couverte de cicatrices), elle ouvre sa petite boutique en ligne, et je vous engage vivement à aller y jeter un oeil, ne serait-ce que pour récompenser son courage. (Et aussi parce qu'elle est drôlement chouette, sa boutique.)
 
 

dimanche 3 mars 2013

Grande nouvelle.


J'ai le grand plaisir d'annoncer officiellement que mon Brisefer est enfin devenu raisonnable, comment je le sais, bah je le sais parce que (il est allé se faire recenser à la mairie, s'inscrire à la conduite accompagnée, a une carte vitale à son nom et vient de choisir son orientation en première, mais surtout:) cette année au ski j'ai pas pensé sans arrêt à skier le plus loin possible de lui comme quand il était petit. (En vrai, c'est parce que le problème ne se pose plus, il ne descend pas les pistes pour mémères sur planches, LUI. )
En revanche, il y en a des certains qui n'ont pas pensé à se méfier de sa toute petite soeur, -celle qui dévale les pistes noires sur les bosses tout en dansant le gangnam style-, le vieux bonhomme anglais qui a méchamment déchaussé après qu'elle a foncé sur lui à toute berzingue récupérer son bâton tombé du télésiège, par exemple.
Sinon cette année merci de demander j'ai même pas la marque des lunettes et tu m'en vois ravie, par -22° les bons jours en haut des pistes, j'ai pas quitté ma petite laine des joues, et (aucun rapport) j'ai pas skié sans cache-tété non plus  (c'est parce que j'avais sévèrement renforcé la couture de chacune de mes bretelles avant de partir).
Voilààààààà que des niouses de toute première importance, hein, mais demain je te cause du remplacement de Benoît the sixteenth, si tu préfères, t'as qu'à me dire.