Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

vendredi 28 octobre 2011

Je déprime d'autor et d'achar.

Ah ouais sans blague tu vas me répondre. Mais je tiens à te dire que je suis bien consciente que ce blog est moribond, la preuve, j'ai même écrit un billet d'adieu, in memoriam ça s'appelle si tu veux tout savoir, la faute à ma déprime d'automne, c'est rien ça passera ou ça passera pas, selon qu'on sera d'accord pour travailler plusse et mieux. Oui, j'ai écouté hier soir notre bon père de famille la rigueur Sarkozy (c'est bien simple, sans lui on remerciait tous son boulanger)(je déprime, je te l'ai dit?), alors que l'Ours, qui s'était enfoncé les boules quiès encore plus profond que d'hab, me conjurait de passer le temps autrement, suis mon regard. J'avais envie de me faire mal, j'ai regardé la crise droit dans les yeux du début à la fin. Hier on est allé à Paris, la faute à ma copine A. qui m'a dit l'autre jour tu sais quoi? George est à Paris. Je soupçonne un peu copine A. de me refiler des infos pas fraîches du jour -en même temps elle m'a dit ça il y a bien 15 jours-, parce que côté George rien de rien, en revanche j'ai découvert un petit musée très chouette, le musée de l'Orangerie à côté des Tuileries, les Nymphéas de Monet, des Derain, des Renoir, des Gauguin, des Soutine, des Modigliani, régalant, (courez-y). Pis avec ou sans George, plutôt sans je crois, j'ai pu faire ma kéké des plages quand même: comme j'ai deux excuses en peau de bique (je suis déprimée et pas écolo pour un sou), je suis allée essayer des baignoires à bulles vu que l'Ours m'en offre une pour mon prochain changement de dizaine (c'est pas du tout mon genre de cacher que je vais bientôt franchir la trentaine, vous le savez) et que j'avais apporté mon maillot de bain, si c'est pas de la chance. Au moment des plus gros bouillons possible et imaginable, ça pulsait de l'eau et de l'air dans tous les sens que j'avais bien du mal à garder la permanante digne sur la tête et les tétés bien rangés dans le maillot, la baignoire s'est mise à faire de la lumière rouge (car c'était une baignoire chromathérapeutique, on est kéké des plages ou pas, je te signale). Or j'avais beau savoir que le rouge représente l'énergie, la créativité et le dynamisme, qu'il favorise la gaieté et le bien-être moral et aide à traiter les problèmes de dépression (merci), j'ai eu l'impression de prendre un bain de sang bouillonnant, j'ai failli appeler au secours.
(De toute façon, ça, c'était avant d'écouter Sarkozy. Maintenant je sais que ce qu'il faut c'est travailler plusse et mieux, pas buller dans sa baignoire.) (et ça n'a rien arrangé à ma déprime, allez.)

15 commentaires:

  1. Ah, une baignoire à bulles qui fait des gronibards dans le maillot de bain?

    RépondreSupprimer
  2. quand on arrive à les maintenir dans le maillot, hiiiiii!

    RépondreSupprimer
  3. Et tu as résisté à l'appel de toutes les boulangeries devant lesquelles tu es passée?
    Wahou, si c'est le cas, ça méritait bien son bain bouillonnant dans... le jus de cerise ou de raisin? Le vin? Avec une pastille de bain qui colore l'eau comme ont mes enfants? Le sirop de fraise?
    Aller, un coup de déprime, ça passe, bien soigné au chocolat, et le blog repartira tout seul.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si George est à Paris ou pas, mais il est peut être ici, juste pour se remonter le moral !:)

    http://www.cathulu.com/archive/2011/11/02/dear-george-clooney-tu-veux-pas-epouser-ma-mere.html

    RépondreSupprimer
  5. Follette va !
    L'automne est une saison mélancolique, mais aussi chaleureuse avec ses feuillages flamboyants. Quand la déprime me guette je remplie une thermos de vrai chocolat chaud, je prends deux trois livres trop biens et je m'enferme dans ma chambre tout l'aprèm avec interdiction formelle de me déranger. Avant le retour au boulot pose-toi pour de vrai sans devoirs, grosse maladie, ni musées. Gros zoubs

    RépondreSupprimer
  6. Le coup du bain bouillonnant, classe!!! Quelques papouilles là dessus, un changement d'air et un bon resto (j'ai une adresse en Normandie) et surtout pas de Sarko, voila qui pourrai d'aider... Avec un peu de chocolat pour entretenir les grosnénés.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'aime bien le plan de Nevrosia !!!

    RépondreSupprimer
  8. je me demande si ton sarko, il ne serait pas bouffable avec une sauce au chocolat ? j,ai l'impression que j,aiderais beaucoup le moral des gens de ton pays si je tentais le coup.

    RépondreSupprimer
  9. Hu hu hu, manque la photo ! :-D

    RépondreSupprimer
  10. Moi, quand j'ai un petit coup de blues automnal, je viens faire un tour chez Bellzouzou : rien de tel pour me faire sourire/rire et me requinquer le moral... !!!
    Agnès

    RépondreSupprimer
  11. Ils ont trouvé le remède contre la déprime automnale : le film "Intouchables". Il est juste EXCELLENT !

    RépondreSupprimer
  12. elle est où la photo de Bellz dans les bulles??

    RépondreSupprimer
  13. Chez nous on a déniché une maison avec déjà la baignoire à bulles..;sauf que ça fait tellement de boucan que ça me vrille les nerfs en quelques minutes...j'dis ça...j'dis rien...par contre pour l'automne, une coupette avec des bulles...ça marche pas mal!!!

    RépondreSupprimer
  14. @ Hélène: en effet, le boucan, c'est ce qui nous a tout de suite bien refroidis, l'Ours et moi! (ça, et le bain de sang bouillonnant!)

    RépondreSupprimer
  15. ah ! ma bellzouz, moi aussi je connais la déprime automnale-post-déménagement-emménagement-poussière-cartons.... faut qu'on noie notre mélancolie dans un bon thé bien chaud et des chti cookies, hein ?

    thémilia

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: