Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 28 février 2010

Blog en mode flemmasse (et méchante).

( Je vous préviens, cette semaine, c'est blog en mode flemmasse (et méchante, j'aime ça), une photo trois mots par jours, je veux.)

Il y a si longtemps que je l'aime qu'il y a de l'Isabelle en moi, tu vois, donc hier soir, j'étais devant les César à pleurer le temps qui passe en même temps qu'Isabelle, parce que tu vois, elle a beau ne pas être folle vous savez, elle a beau être beaucoup moins jolie depuis qu'elle a la peau plus tirée qu'à ses vingt ans, elle a beau m'agacer à se laisser passer les rôles sous le nez, Isabelle c'est la plus grande.

(et si j'étais pas si flemmasse, je vous causerais aussi de Jean-Hugues Anglade l'amour de mes quinze ans qui est reparti bredouille Simone fais les valises, et de la beauté de Mélanie Thierry-mais pas de l'insipidité de Marion Cotillard là ce serait vraiment trop de la méchanceté pure.)

mercredi 24 février 2010

Brisefer et sa coupe.

Note bien mon ami: je ne te cause pas de ce qu'il a gagné au ping', je te cause de ce qu'il a gagné en hérédité capillaire.
Brisefer, depuis toujours, il n'aime pas qu'on lui coupe les tifs. Sauf que jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il ronchonnait mais se laissait faire en attendant que ça passe et n'y pensait plus jusqu'à la prochaine fois, alors que depuis quelque temps il refuse obstinément de se laisser approcher par tout ce qui ressemble à une paire de ciseaux. Il est djeun, que veux-tu, et le bien dégagé autour des oreilles ça pue du cul léger, tu vois.
La belle affaire, me direz-vous, il n'a qu'à se les laisser pousser si ça lui chante, hein.
On voit bien que vous ne connaissez pas les tignasses qu'on a chez nous, vous. On les a épaisses, drues, touffues, ni raides ni frisées ça pousse à -la- va- comme, ça ne ressemble à rien d'aimable, c'est indomptable indompté et indomptible, bref, chez Bellzouzou, avec son plafond, on a bien des malheurs rhalala.
Pour mémoire, son père c'est ça sur son couvercle,

sa mère, il suffit qu'elle entre dans un salon de coiffure pour entendre distinctement soupirer la coiffeuse qui sait qu'elle va en avoir pour des plombes à dés-épaissir la tignasse,

et quant à sa grand-mère maternelle, quand elle demandait il y a quelques années qu'on lui coupe les tifs, la coiffeuse répondait avec empressement que Ouhla oui, là ça fait carrément queue de vache! (véridique, et tellement vrai même que Bellzouzou l'aïeule n'a jamais changé de coiffeur pour tout vous dire). Et ne croyez surtout pas qu'en vieillissant ça s'arrange, parce que ma grand-mère elle est défunte avec sa crinière de vingt ans sur la tête, crois-moi pas si tu veux. Alors avec Brisefer, pensez bien que j'ai tout essayé pour lui domestiquer -un peu- la chevelure, hein: lui parler de son casque, de sa perruque, de son foin à buffle, l'appeler Crasse-Tignasse, lui parler de passer un casting pour playmobil, lui proposer de le payer pour qu'il y mettre de l'ordre, il s'en fiche tout ce qu'il y a de plus peau de balle et balai de crin, et en attendant, ça pousse, ça pousse, sur les yeux, sur la nuque, sur les oreilles,

c'est l 'i n v a s i o n, c'est le péril jeune.

L'Ours, désespéré mais philosophe: "il faudrait que ça soit une fille au collège qui le lui dise". Et il n'a pas tort, je crois. (une fille, viiiiiiiiite!)

(évidemment, ç'aurait été bien plusse parlant avec une photo je suis d'accord avec vous, mais Brisefer a refusé catégoriquement de poser parce qu'il n'est "pas une bête de foire nan mais oh!", et il vous fait savoir que lui, il se trouve "très bien, d'abord".)

lundi 22 février 2010

En vrac et en pas rangé.

. Elton John a dit: "Jésus était gay". Perso, si il veut Elton, je n'y vois pas d'inconvénient. Ça m'a même donné l'occasion de rigoler avec le sondage proposé en ligne par le Nouvel Obs: Qu'est-ce qui est le plus crédible ? 1) Dire que Jésus était gay (Elton John) 2) Dire que Jésus a marché sur l'eau (la Bible) 3) Ce sondage est vraiment de mauvaise foi.
. Dans le même temps, on apprend que ce pauvre Jésus, encore lui, a été représenté une bière et une cigarette à la main dans un manuel scolaire indien. Y en a qui sont très énervés à cause de ça, et il y a de quoi, je trouve. Elton, si tu veux mon avis, c'est pas le moment de rappliquer ta binette en Inde.
( Sale temps pour Jésus, pas vrai? )

dimanche 21 février 2010

Enthousi[ph]asme.

Pendant les vacances, on a eu le phasme de la classe de Puceminus à garder. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous, ça veut dire beaucoup, vu que garder le phasme c'est Le Grand Honneur Suprême et Absolu, et on se bat pour avoir le phasme car il n'y en a qu'un, de phasme et vingt-huit enfants qui veulent le garder, je te ferais dire. Bref, on a eu le phasme à garder, la classe.
Moi, je n'y connaissais rien de rien en phasme.
Mais maintenant si, et je suis très enthousi[ph]asmée.
D'abord le phasme est très discret, on ne le voit j a m a i s ( ou plutôt: on n'est jamais sûr que ce soye bien lui, et pas un bout de bâton qui traîne).
Ensuite, il est très résistant: on part une semaine au ski en l'abandonnant seul à la maison, on revient le phasme il est toujours là. Même pas rancunier, content de te voir limite, je dirais.
Pis gentil, aimable, beaucoup de conversation.
En plus, tu devineras jamais: il s'occupe tout seul figure-toi. T'as pas besoin de le caresser, de le faire sortir pour faire sa crotte; tu lui donnes une feuille de lierre par semaine et tu lui vaporises de l'eau sur la tronche quand tu y penses, c'est tout ce qu'il te demande et il t'en est reconnaissant pour la vie.
Non vraiment, ce phasme, j'étais contente d'avoir fait sa connaissance.
Mais j'ai dû avoir l'enthousiasme un peu trop communicatif quand C. la grande copine de toujours de Brisefer, est venue à la maison.
C. elle aime beaucoup Puceminus qui le lui rend bien, et C., si c'est pas de la coincidence ça, elle a chez elle plus de quarante phasmes (parce que j'ai oublié de te dire que ça se reproduit très vite ces bêtes-là, faut dire qu'une femelle peut se féconder toute seule si j'ai bien compris, ceci explique sûrement cela.)
Donc C. ni une ni deux, le lendemain, elle apportait en cadeau à Puceminus 6 phasmes gaulois de sa collection et chais pas combien d'oeufs de phasme en bonus.
Je suis donc fière de vous annoncer tout à fait solennellement que chez Bellzouzou, désormais, on fait dans l'élevage de phasmes. L'enthousi[ph]asme, je vous dis pas.
Six gentils phasmes et des oeufs comme s'il en avait plu sont cachés dans cette image, sauras-tu les retrouver?

mardi 16 février 2010

Tag

C'est bien parce que c'est la Névros' de mon coeur qui me le demande, hein, aujourd'hui, j'fais du tag. Et du tag de compèt', attention: faut publier la 10ème photo de son premier album (et moi je dis qu'il en va des tags comme du téléphone arabe, au bout d'un moment, ça ne ressemble plus du tout à ce que c'était au départ, parce qu'il me semble bien que la première fois que j'ai croisé ce truc, c'était la 6ème photo du 4ème album, ou bien la 5è du 8è, je sais plus et ne venez pas m'embrouiller. De toute façon, il est clair comme l'eau de Rochas que tout ça c'est une tentative désespérée pour essayer d'apercevoir une photo de George nu de ma collection toute particulière, mais sachez que ces photos-là ne sont pas sur mon disque dur, mais sous mon oreiller, pardi.)
Mon ordi, si vous avez bien suivi, il a récemment planté, vindju me parlez pas de malheur ça vient bien assez sans qu'on les appelle, et mes photos elles sont maintenant toute éparpillées et il faut que j'aille les récupérer deci-delà aaah je suis bien malheureuse. Mais bon, la 10ème photo de mon 1er dossier actuel, si vous voulez tout savoir, c'est une photo de Minipuce prise il y a quatre ans.

Respire à fond et zieute un peu:

Cette oeuvre d'art-là, vous la devez à Bellzouzou l'aïeule qui venait de recevoir d'une vieille connaissance espagnole tout un assortiment de robes pour Minipuce Bon elles ont l'air comme ça, mais tu vas voir, elles ne sont pas si moches que ça... essaie-les donc, Minipuce! quoi? tu ne veux pas les essayer?!!! mais non voyons elles sont très jolies, ces robes, elles sont tout à fait ravissantes, même, tiens je vais te dire: elles sont à la mode (à la mode espagnole, certes, mais à la mode, crois-moi!)
Mais comme il n'y avait rien de rien eu à faire pour convaincre Minipuce de les adopter, Bellzouzou l'aïeule, en désespoir de cause, avait décidé d'organiser un shooting de la mort pour pouvoir envoyer les photos en Espagne et montrer combien Minipuce avait été ravie du cadeau et quel empressement elle avait mis à essayer toutes les robes les unes après les autres sans pouvoir décider laquelle elle préférait.
Le sourire sur ses lèvres, dommage que vous ne puissiez pas le voir, était d'ailleurs tout à fait convaincant.

(bon, alors qui je vais bien pouvoir emmerder avec ça, voyons....Bismarck, Mistinguette, Les Pitous, Dodinette, La jeune bergère, Griffollet, ça vous fera les pieds).

dimanche 14 février 2010

Vous mé réconnéssé? (2)

Je vais te dire: cette année, il y avait aucune chance que je marque des lunettes à mon retour, vu qu'à 3400 en altitude, il faisait -15 les bons jours et que vite fait tu foutais ta cagoule t'avais les boules la chair de poule, un peu. Mais sinon c'était bien, hein. J'ai pu vérifier au moins deux choses: 1) ce n'est pas encore cette année que Brisefer mon fils aura perdu son habitude de skier là où ça creuse bien, là où ça bosse dur, là où ça pente fort, et 2) aux deux Alpes c'est un scandale il n'y a pas un seul beau moniteur de ski et c'est pas faute d'avoir cherché. C'est bien simple, ils avaient 75 ans de moyenne d'âge et la gale aux dents. Celui de Puceminus pince-moi je rêve s'appelait Bernard et avait un bonnet en poil de bique.
Donc je n'ai pu fantasmer [sur un beau moniteur en peau de George avec qui sur un tire-fesse deux places -parce que ça, il y en avait, c'est malin- j'aurais sifflé une coupe de champagne de mes doigts moufflés] que très moyen. En même temps, tu me diras, j'avais statistiquement peu de chances avec un beau moniteur (rapport à la cagoule).

La vie n'est pas un long ping-pong tranquille.

C'est tout ce que je suis capable de vous dire ce soir, après un dimanche à plus de 200 km (Bourges-les-Oies, ça vous parle?) à encourager des pongistes en short court.
Pour tout vous dire seul moment de la journée où j'ai eu l'occasion de rigoler fut la mémorable rencontre de mon Brisefer avec ce grand dadichon-là:
Croyez-moi sur parole, ce gars-là, au ping', avec son short long, ses running, son bandeau dans les cheveuches et son coup droit force 10 avec le bras levé à trois kilomètres, il sentait le tennisboy reconverti à plein nez, et Brisefer-le-malin qu'est -ce qu'il a fait à votre avis, hum? il l'a forcé à jouer tout serré près du filet, le Björn Borg, il est vite retourné à sa terre battue, z'auriez vu.
Sur ce, bien le bonsoir chez vous mes zamis.

vendredi 5 février 2010

mardi 2 février 2010

Mes petits bonheurs.

( Propulsés par Dame Névrosia, who else? )
- Retrouver à midi, en cherchant des brocolis, un vieux fond de Häagen-D chocolate midnight cookies qui traînait dans le congélo (alors que ça fait un an que je n'en achète plus, devine pourquoi) et penser toute la journée que je vais lui faire un sort en matant Dr House quand les mioches seront couchés, oh yeah.
 - Aller chercher ma Puceminus à l'école, faire la queue des mamans devant la porte de sa classe, la surprendre en train de préparer, sérieuse comme un pape et toute fièrotte de ce grand honneur les pots de peinture pour l'après-midi avec sa maîtresse.
- Rentrer chez moi tard au petit matin après une belle soirée à rire et à potiner et voir la lune toute ronde éclairer ma maison et ceux qui y dorment bien au chaud, laisser un mot sur la porte de ma chambre disant qu'il est strictement défendu sous peine de mort fulgurante de venir me réveiller au petit matin, sacrebleu essaie un peu pour voir.
- Profiter de mon mardi libre pour m'offrir George en grand sur la toile rien que pour moi même dans un gros navet comme d'hab' et dire que je croyais ne plus l'aimer celui-là.
- Ecouter Brisefer passer au saxo de Que reste-t-il de nos amours? à La panthère rose avec le même état d'esprit, la même absence de nuance, pas d'état d'âme ma bonne dame et me réjouir qu'il soit encore un petit garçon.
- Constater que ma messagerie fonctionne, alléluia.
- Demander à Brisefer comment ça s'écrit, alléluia, et le voir ouvrir bouche et yeux rond.
- Me vautrer dans mon lit pour deux heures de lecture (en ce moment Le livre de Jonas de Dan Chaon, humm); variante: me vautrer dans mon bain pour deux heures de lecture, rajouter tous les quarts d'heure de l'eau brûlante en soulevant le mitigeur avec mon pied (Moukmouk, je sais c'est mal, mais je trie mes déchets très consciencieusement par ailleurs et je trouve Noël Mamère sexy avec sa moustache, alors ça compense).
- Penser que ma belle-mère fermera un jour son parapluie et son clapet par la même occasion.
- Admirer les longues jambes de mes filles et me dire que si ça se trouve, elles n'ont pas hérité de mon courtsurpattisme.
- Me projeter dans quatre jours sur le télésiège bien serrés tous les cinq.
- Voir que vous avez fait péter les com', au boulot mes zamis.
[J'éditerai au fur et à mesure, je suis à la fois dans les éval' de fin de semestre, dans les valises et dans le pâté, pour les petits bonheurs on repassera, hein.]