Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 12 mars 2009

Lettre à mon ingrate de fille, en espérant la faire culpabiliser un jour peut-être.

Ma chère Puceminus,
Ah ben c'était bien la peine de me répéter en boucle chaque jour que Dieu a fait depuis que tu savais que j'accompagnais ta classe en sortie en car, -depuis deux mois, à la louche, donc-: "dis maman, je te garderai une place et tu t'assiras à côté de moi dans le car, hein???"
Et c'était bien la peine aussi que je te réponde immanquablement, en bonne mère qui sait deux- en- un rassurer son enfant et lui faire une leçon de conjugaison incognito: "oui, ne t'inquiète pas, c'est promis, je m'assoirai ou je m'assierai à côté de toi, l'un ou l'autre çui kti veux ti choises ma fille".
Non, c'était vraiment pas la peine, parce que quand je suis montée dans le bus j'ai tout de suite vu que non seulement tu avais laissé Hugo s'assire à ma place réservée, mais qu'en plus tu étais en si grande conversation avec lui que tu m'as superbement ignorée quand je suis passée à côté de vous.
Et pour tout te dire, quand je t'ai (tout sourire, hein, je suis une mère très compréhensive et il faut bien que jeunesse se passe) fait remarquer ta muflerie, que j'ai été arrêtée par ta main théâtralement levée d'un geste cassant n'appelant aucune réplique et par ton air hautain, -genre "Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?"- et que tu m'as lancé sans vergogne:
" Non mais maman, attends là, je parle avec Hugo", j'en ai été très peinée.
Et un peu vexée aussi.
Ta pauvre mère qui te pardonne néanmoins, va (air de chien battu qui va bien).

12 commentaires:

  1. hum hum
    je parie qu'elle l'a entendue à la maison celle-là

    genre quand elle veut te dire un truc, mais que tu discutes avec l'Ours.

    au hasard.;)

    RépondreSupprimer
  2. Tu ne peux pas rivaliser avec un "Hugo", c'est sûr, faudra s'y faire !

    RépondreSupprimer
  3. aaaahh et puis, c'est pas fini hein !! courage...

    RépondreSupprimer
  4. Ah! L'ingrate!... Sait-elle à quel point tu as souffert pour la mettre au monde?... Sait-elle combien de nuit tu as veillé sur son sommeil agité et fiévreux?... Ah! ben elle verra quand elle aura des enfants elle-même!
    (Je le fais bien hein?... Et tu n'as ni la voix ni le geste!!)

    RépondreSupprimer
  5. Hi hi hi ha ha !
    "Tes enfants me vengeront !", disais-je autrefois.

    RépondreSupprimer
  6. Ben quoi ? Moi aussi je suis à tu et à toi avec Hugo (Victor).

    RépondreSupprimer
  7. tu sais si bien manier la culpabilité, c'est effrayant!
    :)

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien ce qu'a dit l'aïeul Bellz !! ;)

    RépondreSupprimer
  9. @ Poun: il n'a aucun mérite, il me répète ça depuis déjà plusieurs dizaines (eh oui!) d'années ;-)

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: