Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

dimanche 12 octobre 2008

Comment je fais honte à mon fils (et j'aime ça).

Avant, il y a de ça bien longtemps genre, j'étais la plus belle des mamans.
 Je veux dire: je le suis toujours, bien sûr. Mais il fut un temps (béni) où mon fils était toujours d'accord pour me donner la main et me faire des bisous, en tous lieux et toutes circonstances, même devant l'école, fais-moi un petit mignon mon chéri et smack-smack -et doudou croque love c'était plié ni une ni deux.
 Maintenant, je peux toujours me brosser les ratiches pour avoir un bisou en public, et devant l'école encore moins, vu que je n'ai même plus le droit de l'accompagner jusque là. Je dois marcher -avec ses soeurs- à une respectable distance d'au moins 20 mètres derrière lui, qui prend son air détaché et nonchalant, oui, je vais à l'école tout seul moi kestukroâ morveux?
 Bref, j'ai juste un peu comme l'impression de faire légèrement honte à mon fils. Aussi l'autre jour était-il très inquiet de savoir que non seulement sa mère allait devoir l'accompagner jusqu'à la salle de ping pong, mais qu'elle allait aussi y entrer, et pire: discuter avec l'entraîneur des modalités d'un stage de trois jours auquel Brisefer tient beaucoup à participer.
 "- tu ne vas pas lui poser de questions sur le stage, au moins?
 - bien sûr que si, Brisefer, quand même, je ne vais pas te laisser partir comme ça, sans rien savoir, je suis ta mère quand même!
 - (gémissant) mais tu vas lui demander qu-ooooi?
 - ben, les détails, pardi, où vous allez manger, combien vous serez par chambre, à quelle heure vous allez vous coucher...
 - (explosant) AH NON! PAS ÇA! pas à quelle heure on se couche!!
-...?
- tu vas pas me faire honte avec ça, hein! chuis plus un bébé quand même!!
- ...? bon, allez, je ne dirai rien! je ne demanderai rien qui puisse te faire honte, rassure-toi! Tu iras te coucher quand tu seras fatigué, hein mon pépère?
- oui, de toute façon, même si les autres y se couchent tard, moi j'irai dormir tôt!
- ... ( c'est ça, mon gars, avec la marmotte qui emballe le chocolat)
- c'est vrai? (soulagé) tu me promets de ne pas demander à quelle heure on devra aller se coucher, hein?
- c'est promis mon petit coeur, je demanderai juste si on peut emmener son doudou."

21 commentaires:

  1. thémilia-and-sèb11 décembre 2007 à 15:02

    Ben ouais, chez moi j'ai encore droit aux bisous mais à une distance raisonnable de l'école.... bientôt ça sera fini, je sais, snifffff...

    Ah ! pov' de nous, maman de rejetons masculins ! (et un jour, belle-mère !!!!!)

    RépondreSupprimer
  2. J'ose pas imaginer comment tu as dû te faire fusiller du regard et l'abattement qui a du saisir Brisefer immédiatement après...

    Alors tu l'a demandé ou pas ?

    Je suis morte de rire et ma collègue aussi... Il a bien fallu que j'explique pourquoi je devais essuyer mon écran, pouffer en buvant le thé ça laisse des traces.

    RépondreSupprimer
  3. ça pourrait être pire : lui au moins ne te piquera pas tes fringues ou ton maquillage ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Comment tu es une mère indigne. Franchement, le coup du doudou...
    Si j'avais eu une mère pour me faire ça, je l'aurais reniée.

    RépondreSupprimer
  5. affreuse,tu n'as pas de coeur!!!

    RépondreSupprimer
  6. @ Estelle: et je m'en vante! (manquerait plus qu'ça, avoir du coeur!)

    RépondreSupprimer
  7. Hihihi...le coup du doudou...franchement moi je dis chapeau (bravo...clap clap clap)!
    Il a dû faire une drôle de tête ton Brisefer !!

    RépondreSupprimer
  8. tu voudrais te faire passer pour une mère indigne??? trop tard, on sait très bien à quoi s'en tenir!

    RépondreSupprimer
  9. Ah ah ah ! Mère diabolique !
    Lorsque j'entrainais des adolescents au basket et que je leur demandais pourquoi leurs parents ne venaient jamais les voir jouer (inquiète qu'ils aient le sentiment que leurs parents se désintéressaient d'eux), ils me répondaient : "Tu rigoles ou quoi, mes parents ils ressemblent à rien, ce serait trop la honte !"

    RépondreSupprimer
  10. Arf, voilà ce qui m'attends dans quelques années...

    RépondreSupprimer
  11. hou! c'est pas gentil ça!!! c'est même très méchant! c'te honte!

    Bon, tu lui as fait le coup ou pas?

    RépondreSupprimer
  12. Huhuhu, presqu'il me tarde que mes korrigans aient honte de moi (presque, hein)

    RépondreSupprimer
  13. Le pire c'est que ça ne s'arrange pas avec le temps, bien d'accord pour être gentils avec nous, mais quand même pas nous sortir en public.

    RépondreSupprimer
  14. hon...

    alors, de 2 choses l'une : tu publies un Précis d'Éducation à la mode Bellzouzou.
    l'autre : tu m'en envoies le premier exemplaire sorti de presses.

    ou alors tu me donnes des cours de répartie.

    comme tu veux, tu choizes. :D

    RépondreSupprimer
  15. Ouarf Ouarf Ouarf! Méchante, tu es méchante! Je dirais même que tu risques de finir en tatie danielle!
    J'adore!

    RépondreSupprimer
  16. Tu l'appelles vraîment "mon pépère" et "mon p'tit coeur" ?

    Je me demande comment j'appellerai le Roi des Belges quand il fera de nouveau appel à moi (voir chez moi).

    RépondreSupprimer
  17. Ach ! Ch'imachine la Fierche Marie parlant au cheune Chéssus teu zon toutou afant zon zdache jez les togdeurs teu la loi. ("Mon bédid zagré guoeur ! Hein mon bébère !")
    N'ouplions bas que nodre Zaufeur afait une mère chuife.

    RépondreSupprimer
  18. Ce genre de honte ne dure que quelques années. Mon fils, enfant, n’avait jamais été très « bisous » et le coup du bisou dans la rue d’à côté, j’ai connu. J’ai su que c’était fini le jour où, le retrouvant dans la rue de la ville où il était étudiant, il embrassa son père qui vous écrit comme du bon pain devant la foule qui s’en foutait et lui d’elle.

    Alors, patience !

    RépondreSupprimer
  19. gniark, gniark, gniark...celle-là je m'en souviendrai pour l'affreux là qui veut plus que je l'accompagne depuis 2 mois....

    héhé, je vais me lacher, j'te préviens...;-)

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: