Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

lundi 25 août 2008

Le terrible two.

[A ces mots, les mères de famille normalement constituées se seront enfuies avec des cris stridents et en contractant du périnée, mais revenez vite, ce n'est pas de ce terrible two-là que j'cause.] Nan, je fais juste allusion au terrible two affreux mois de congés d'été où tout est mort sur la blogotruc, où il y en a des qui ne sont pas là, des qui sont revenus mais qui vont repartir, des qui sont là mais qui font le mort pour le principe, des qui bossent ou qui font semblant on n'est pas des bêtes, allez, je sais ce que c'est de faire semblant de bosser.
Bref, y en a pas un qui voudrait donner des nouvelles durant le terrible two et le pas un, je le comprends.
Pis s'il s'en trouvait un quand bien même, ça serait mort de toute façon, parce que l'unique et dernière connection de Mamie Charlotte de Pissottes (85) c'est pas celle qui mène au ternet haut débit, si vous voyez ce que je veux dire.
De toute façon, ça n'est pas bien grave, vu que personne n'a fichtrement rien de rien à dire encore pire que d'hab', si ce n'est que se retirer le sable d'entre les doigts de pieds c'est pénible à la longue trouvez pas? et que bon sang mais qu'est ce qu'il y a comme guêpes c't'année ça serait encore un coup du réchauffement climatique que ça ne m'étonnerait pas.
Mais réjouissez-vous bonnes gens parce que le terrible two est bel et bien fini, et l'homo blogens est de retour, tout bronzé ou tout pelé du nez comme moi, c'est selon.
[Et pour la petite histoire, ceux qui attendent avec un sadisme non dissimulé le récit circonstancié de nos habituelles infortunes estivales, j'ai le regret de vous annoncer que cette année hélas fut un cru très médiocre. On a bien cru qu'à part une allergie géante de l'Ours en réaction à trois petites piqûres d'on ne sait quoi derrière le genou qui lui firent tripler la cuisse de volume (c'est bien simple: elle était devenue presque aussi grosse que la moitié de la mienne), ça serait la dèche sèche.
Fort heureusement, Puceminus qui a le sens du dévouement (et de surtout de l'Aventure, elle tient ça de sa mère, je crois) a rattrapé le coup ni une ni deux, histoire de sauver nos statistiques familiales: en s'approchant d'un peu trop près pour voir une grosse vache au sens propre, les deux mains sur la clôture électrique genre, tchiiiic tchiiiiic ça a fait; et parce que deux précautions valent mieux qu'une, en se grisant l'insisive supérieure lors d'une chute, ce qui ternit son resplendissant sourire plein de dents et m'a contrariée pour l'éternité au moins.
Mais bon, je me suis consolée en me disant que c'était toujours ça à se mettre sous la dent, huhu.]

20 commentaires:

  1. eh ben il était temps , je m'ennuyais moi, à faire que travailler!!!!
    biz
    FreD

    RépondreSupprimer
  2. AahhhHHaaaAAaa... AAhHHhhaAaaHhHHAa enfin... la vie reprend...

    RépondreSupprimer
  3. Ouille, pauvre Puceminus !!
    (je dis rien pour l'Ours, c'est un petit joueur, mon MrChéri à moi il s'est luxé la rotule, ça a quand même plus de panache, ça, madame)

    RépondreSupprimer
  4. Toutes des mauviettes, mon Homme à moi a passé la moitié de ses/nos vacances couché (dos bloqué après 10 minutes de vacances).
    Alors, on dit quoi hein ?
    Miss Next

    RépondreSupprimer
  5. aah te voilà, petite canailloute !

    je t'ai cherchée partoute

    RépondreSupprimer
  6. Ah ben quand même on a failli attendre!

    Mais je vois que la plume est toujours aussi aiguisée au retour ;-)

    Allez hop, au boulot!

    RépondreSupprimer
  7. Amen!
    A très très bientôt alors!

    RépondreSupprimer
  8. Encore j'allais laisser un commentaire sur le message précédent pour te demander ce que t'étais devenue !!

    RépondreSupprimer
  9. C'est une impression où tu commences à virer mégère comme ta BM ? ! :-D

    RépondreSupprimer
  10. enfin, j'ai écrit au moins 35 billets depuis que tu es partie dont 12 qui parlent de toi. Tu devras tous les lire pour savoir lesquels.
    Et puis des lèchouilles spéciales à Minipuce.

    RépondreSupprimer
  11. Ta verve sans pareille ne s'est pas ramollie pendant ces ces terribles two, cool!Pareil, tous les jours je suis passée voir si ça bougeait chez toi, mais que nenni).

    RépondreSupprimer
  12. Contente de te revoir,la Belle Zouzou!

    RépondreSupprimer
  13. yeeees!enfin she's back!!!

    RépondreSupprimer
  14. Aïe! Mon terrible-two à moi a très bien compris qu'il ne fallait pas toucher au fil...
    Et dis, c'est une dent de bébé, une qui va tomber, hein, qui est abîmée?

    RépondreSupprimer
  15. Moi, je n'ai pas "two" compris...
    Two, c'est août en verlan ?
    Et le terrible two des mères de famille, c'est quoi ? Leur numéro 2?
    Désolée, mais il paraît que je suis blonde...
    En tout cas, je suis ravie de te voir réapparaître, Belzouzou !
    (au fait, je suis allée chez George cet été, j'ai mis un article sur mon blog...)

    RépondreSupprimer
  16. Merci à tous; je suis bien contente de vous retrouver (malgré tout).

    @ Balotine: c'est la célèbre période d'opposition(nooooooon!!!!veux paaaaaaaas, moâ!!!!) vers l'âge de deuzans que vit chaque nain normalement constitué ;-)

    @ Bismark: heureusement oui, c'est une dent de lait, mais il n'y a rien à faire d'ici la petite souris quand même!

    @ Griffo: se porte à merveille, tu constateras de visu dimanche;-)

    @ Névrosia: je ne saisis pas la question (sauf ce qu'elle a de perfide)!
    ;-)

    RépondreSupprimer
  17. Je rentre en me disant "elle ne sera pas encore rentrée la belzouzou" et elle est là!! le bonheur!!!

    RépondreSupprimer
  18. tiens tiens! alors la Chine, c'était comment?

    RépondreSupprimer
  19. bon, j'avais pas compris non plus le "terrible two" et pourtant je suis passée deux fois par la... et bientot trois...
    sinon, contente de te revoir, hein :-)

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: