Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 19 avril 2006

amour amour, je t'aime tant.

Le tirouquin de Tirui est amoureux hi hi, c'est beau l'amour moi j'dis. Figurez-vous que ma minipuce aussi est amoureuse. Et plutôt trois fois qu'une.

Je ne voulais pas avoir l'air d'intervenir dans ses amours, mais ça me semblait un peu tiré par les plumes cette histoire, je lui ai quand même demandé des explications. "Ben T. c'est mon amoureux pour de vrai, et J.et M. c'est mes amoureux de rechange." Comme ti veux ti choises, ma fille.

jeudi 13 avril 2006

let's rock tonight (3)

(suite d'ici et )
Au rock, mon ours et moi, on fait d'une pierre deux coups, on révise le programme de maternelle: on fait travailler nos 5 sens. Oui, tout le programme de moyenne section en accéléré sur une heure et quart.
La vue first:
On change de partenaire sans arrêt, c'est ça qui est bien.
Sous les yeux exorbités façon Tex Avery de mon ours dansent les décolletés et même tout ce qu'il y a dessous, ce qui n'est pas pour lui déplaire, je le sais, bien qu'il fasse l'innocent. Je le connais, avec son air de pas y toucher. Saint- Nitouche, va.
Sous mes yeux à moi (que je me force à garder ouverts pour ne rien vous cacher) ce serait plutôt la gourmette en argent marquée "Guy-Pierre 25/11/44" en argent, l'immonde touffe de poils noirs dépassant de la chemise, les auréoles sous les bras de chemise.
L'odorat of course: Il y a les partenaires parfumées haut de gamme(chanelnumberfive), ou -passe encore- les parfumées au rabais (déo marque repère d'EdouardL), mais pour moi, comme par hasard, ce serait plutôt les parfumés 100%naturel (vouiiiiii, c'est ma vraie sueur que vous sentez là) et les parfumés qui schlinguent leur poids (odeur dromadaire du désert).
Comme on danse de très près et qu'on est des gens civilisés magré tout, on est parfois tenté de faire la conversation. Fatale erreur. Sauf si vous aimez recevoir de plein fouet les postillons de votre cavalier et les relents fétides d'haleine de ragondin.
Quant aux effluves libérées par certains encrassés du côlon, allez, je vous les épargne. C'est bien parce que c'est vous.
Very important, le toucher:
- de mains sales, froides, moites, calleuses, et même parfois poisseuses (oui, oui, ça paraît incroyable mais ça s'est vu).
- de bedaines: au rock, faut accepter le contact, hein, pas moyen de faire autrement, surtout quand le prof prend sa baguette en criant: "serrés, on danse serrés !!!"
- de reins: oui, vous avez bien lu. Au cours de certains mouvements, la cavalière doit effleurer le bas du dos de son cavalier en tournant autour de lui. Il s'agit là d'un acte très sensuel. Sauf que c'est plus souvent boudins de graisse et autres poignées d'amour (ou bien des côtes saillantes, c'est selon) que je tâtonne, moi.
- de seins: il s'agit d'un petit toucher futé, discret, furtif, ni vu ni connu, est-ce du lard ou du cochon, genre: Arno- les- gros -sabots te touche les seins pendant un changement de place tellement vite fait bien fait j't'embrouille que tu te demandes si c'était volontaire ou non, limite si tu deviens pas un chouia paranoïaque. Tout un art, moi je dis.
Enfin, last but not least, l'ouïe. Faut quand même avoir le palpitant bien accroché pour supporter" L'amour c'est comme une cigarette/ Ça brûle et ça monte à la tête /Quand on ne peut plus s'en passer /Tout ça s'envoooooooole en fumée..." Vous aurez remarqué qu'on a la B.O qu'on mérite: pas question pour nous de rocker sur du Bill Haley, c'est proprement inenvisageable, du moins tant qu'on confondra encore la troisième sortie du premier degré avec la cinquième sortie du second. Non mais.
Heureusement que pour finir, things are taking a turn for the better, il y a le goûter. C'est en pensant à lui qu'on endure tout le reste.
Ca se passe strictement entre mon ours et moi... Comment vous dire?
En rentrant du rock, mon ours et moi sommes si contents de nous retrouver que nous sommes plus amoureux que jamais.
(Mon ours, qui lit par-dessus mon épaule comme d'hab', me suggère du ton bourru que j'aime tant car il fait tout son charme, de préciser que " c'est bien le seul jour de la semaine".)

mardi 11 avril 2006

Ouvre l'oeil et le bon (clin d'oeil à Camille)

Dans la famille Bellzouzou, on n'a pas les yeux dans la poche et on les a bleus. D'amoureux.
Et je pourrais bien remonter jusqu'à la 36ème génération qu'ils seraient toujours bleus, hein. Mais bon, j'arrête de faire ma crâneuse. Tout le monde a les yeux bleus chez nous (et personne n'a d'oeil qui dit merde à l'autre dans la famille, attention) et c'est très bien ainsi.
Sauf que.
Ma pauvre soeur, qui a pourtant le coup d'oeil, a eu la très malencontreuse idée d'épouser un homme aux yeux marron. Bah, il a de très nombreuses qualités, ça crève les yeux, mais il a quand même les yeux marron, faut bien le reconnaître.
On voyait donc ça d'un mauvais oeil, c'était risqué. On a essayé de lui ouvrir les yeux, mais ma soeur s'en battait l'oeil, elle a décidé de tenter le tout pour le tout. Elle a joué à la roulette russe. Elle a tenté le diable. 
Eh bien le croirez-vous? son petit garçon a l'oeil vif et les yeux bleus. Si c'est pas de la chance ça.
Mais mon histoire n'est pas terminée. Ooooh que non, ce serait trop facile. Car ma soeur est une vraie aventurière, elle aime vivre dangereusement. V'là qu'elle remet ça, hein, c'est r'parti comme en quatorze.
Ma toute petite nièce est donc née bon pied bon oeil et sous les meilleurs auspices, le 14 février dernier . La plus mignonne des petites bouilles, le plus adorable des bébés. Le portrait craché de son père, je l'ai vu tout de suite.
Allez, bienvenue dans la famille, petite Camille, on t'aime gros comme ça, même avec les yeux marron.
De cochon.
(C'est ce qui s'appelle avoir le mauvais oeil, non?)

lundi 10 avril 2006

frugal repas.

Un récent billet de la maman des poissons et ses commentaires ont pour moi comme un parfum de déjà vécu. Ben oui, toutes les mamans d'enfants de moins de 10 ans savent que quand on n'entend rien c'est louche. Très. Méfiance absolue. La dernière fois que j'ai entendu le Rien, j'ai descendu les escaliers ventre à terre, me préparant mentalement à trouver Puceminus au choix: - nageant dans un mélange mayonnaise/soupe aux choux/ noix de pécan du plus bel effet - ayant apposé le joli gribouilli qui lui sert de signature sur les évaluations de fin de trimestre de M.Brisefer
- avec un cornichon dans les trous de nez et une nouille dans chaque oreille Ou tout ça à la fois. Mais j'ai été rassurée. Puceminus avait trouvé bien mieux que la tablette de chocolat: les pastilles "week-end" pour poissons rouges, qu'elle avait sucées consciencieusement une par une. Un vrai régal à en juger par sa mine réjouie et son air repu .

samedi 8 avril 2006

Mon 'tit père

Avec mon papa, c'est comme si j'avais toujours 4 ans. Je veux dire que je l'aime toujours autant mon vieux père, limite j'en ai pas encore fini avec mon Oedipe, hein. J'ai des souvenirs plein ma brouette (oui, cette brouette en bois qu'il m'avait offerte un soir en la déposant devant la porte de ma chambre et qui maintenant sert à M.Brisefer pour transporter ses petites soeurs) de choses que mon père faisait pour moi comme dégonfler ma bouée chaque jour un peu plus pour m'apprendre à nager, ou me lire le journal de Mickey tous les soirs. Mon papa était un papa super chouette, mais il est un grand-père extra super chouette (eh oui, en plus, il se bonifie avec l'âge, la classe.) Comme il a appris les petites misères de Puceminus récemment à la cathédrale, il a voulu lui faire une surprise. Voilà donc ce qu'elle vient de recevoir par la poste:

"Il y est, il y est, Alléluia!" (et c'est pas d'la blague, cherchez bien...IL est là, Puceminus l'a trouvé) Alors, quand j'vous disais qu'il était grandiose mon papa?

Pas vrai que Victor Hugo avec sa longue barbe blanche et son Art d'être grand-père y peut aller s'rhabiller?

vendredi 7 avril 2006

Bellzouzou-la-gaffe

A la piscine. Puceminus à bras, j'entends: "tiens, tiens, mais c'est un de mes petits castors, çaaaaaa". (Bon, j'vous explique, ma toute petite est une authentique autruchonne aucun doute là-dessus, mais elle va aussi à la crèche" des castors ", ceci explique cela, ne soyez pas déboussolés.) C'est C. la (charmante) éducatrice de la crèche, justement. Je ne me suis jamais vraiment posé la question, mais je lui donne la petite cinquantaine. Comme Puceminus, qui sait recevoir n'est ce pas, lui tourne ostensiblement la tête, je fais la conversation pour deux. Avisant deux bambins derrière elle, je lui lance: "ah, vous profitez du week-end pour garder vos petits-enfants?" Elle verdit, bafouille de la bouillie pour les hamsters, et s'éloigne. C'est alors que j'entends sa petite:" Maman, tu viens?" Oups.

jeudi 6 avril 2006

rencontre au sommet

devinette: que se passe -t-il quand un enfant de grande section et un autre de petite section (10 cm de moins) se "rencontrent" de plein fouet à l'heure de la récréation? Réponse: une demi-douzaine de points de suture sur le front pour le petit, deux incisives en moins pour le grand, une maîtresse qui tourne de l'oeil devant le spectacle, et quatre pompiers dans la cour. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, y'avait de l'ambiance à la récré hier matin.

lundi 3 avril 2006

Suppôt de Satan.

Petite visite hier à notre grande dame de Chartres, "la cathédrale de nous" comme disait minipuce il y a quelques années. Il faisait beau, on passait devant. Et puis les nains l'apprécient beaucoup. M. brisefer parce qu'il y a des clochards devant le grand portail et que même parfois ils "chantent" (ça vaut le détour, je vous assure); avec un peu de chance, on peut aussi croiser quelques doux illuminés à l'intérieur, nu-pieds et vociférant d'étranges paroles. Bref, very much excitement for Mister Brisefer. Minipuce parce qu'il y a des choses qui brillent, les lustres, les cierges, les vitraux et qu'il y a même un trésor caché. Puceminus jusqu'à hier, parce qu'il y a des pigeons qui nichent dans les petits coins.

Jusqu'à hier, donc, Puceminus n'accordait à la cathédrale qu'un intérêt tout relatif. J'irais même jusqu'à dire qu'elle s'en fichait royalement.

Mais les choses ont bien changé, oooooooooooooh oui, ça vous pouvez me croire.

Je peux vous dire que plus jamais nous n'irons faire un tour à la cathédrale par hasard. C'est que de gré ou de force, nous allons devoir y aller car elle a pris d'un coup une importance considérable; je sens même qu'elle est quasiment devenue le pivot central de notre existence. Nous sommes désormais liés à la vie à la mort. Misère.

C'est que M. brisefer a fait une blague à sa toute petite soeur.

Il lui a fait croire que quelque part dans ce magnifique vitrail

SE CACHAIT T'CHOUPI.

hihihi. très drôle.

Puceminus est restée 20 minutes postée devant dans l'espoir d'entrevoir son idole, et nous a fait une colère du tonnerre de dieu quand, de désespoir, nous l'avons sortie manu militari; même l'évêque est sorti de la sacristie pour voir qui était la possédée du démon qui hurlait de la sorte.

dimanche 2 avril 2006

ferme ton bec

Tout à l'heure, à la jardinerie, minipuce et brisefer étaient en admiration devant un magnifique perroquet. M. brisefer tentait de lui apprendre quelques (gros) mots et renonçait rapidement: "-bah, pourquoi y veut pas parler c'perroquet? - bin c'est normal, lui rétorque sa soeur, y nous connaît pas!"

samedi 1 avril 2006

d'une logique imparable (c'est indéniable)

"- minipuce, viens faire tes devoirs! - j'peux pas, j'suis en train de jouer .. - alors arrête de jouer et viens! - ah bin non, sinon tu vas m'faire faire mes devoirs.."