Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

mercredi 10 mai 2006

journée "portillon ouvert"

Dans mon école, il y a un portail devant et un portillon derrière (très bon début, Bellzouzou, ça commence bien, c'est captivant).
Faute de personnel disponible pour surveiller les entrées et sorties des enfants au portillon, il a été décidé lors du dernier conseil d'école (décision collégiale prise communément par les enseignants, les représentants de parents d'élèves et de la municipalité), et dans l'intérêt des élèves, que le portillon serait désormais fermé à 13H30. Du coup, les parents des élèves externes sont obligés de faire le tour de l'école (100 mètres de plus à pied quand même, hein) afin d' accompagner leur rejeton au portail pour la classe de l'après-midi.
Vous n'imaginez pas la levée de boucliers.
Les commentaires acerbes, indignés; les petits mots rageurs, assassins, quelque fois anonymes que nous avons reçus suite à cette décision.
L'autre jour, en sortant par le portillon en question (parce qu'on peut encore en sortir, z'avez suivi, j'espère), j'ai croisé un père d'élève d'une autre classe (150 kg au bas mot et lesté de deux gamins +un bébé en poussette) moche comme les 7 péchés capitaux (ça ne change rien à l'histoire mais ça me soulage de le dire.)
Il fait beau, je suis guillerette, tout va bien.
Je le dépasse, et j'entends derrière mon dos:
"-Eh, on peut pu les ram'ner par là maint'nant?" (hum..."les" ça doit être les gosses, non? et "là" le portillon, qu'en dites-vous?)
Eh réfléchit. Eh est sûre de courir beaucoup plus vite que lui et ses 150 kg au bas mot, donc elle peut lui envoyer dans sa face de rat son sac de maîtresse (lourd, car lestés de 27 colliers de nouilles pour la fêtes des mères, mais trop fragile, j'y renonce) ou ses 4 vérités, à savoir qu'il est plus laid que qu'un acarien transgénique ayant la goutte au nez et le regard torve (pléonasme, je sais).
Mais Eh est une fille très bien élevée (comme vous le savez bien) et surtout, Eh est enseignante, dans cette école qui plus est, et elle se doit de montrer l'exemple devant les pôv'gosses du sumo.
Eh décide donc de répondre sans se retourner un "non!" franc, affirmatif et sans réplique.
-"Oh p******, c'qu' y nous font ch***!!!!" entend alors brailler Eh derrière son dos.
J'adôôôôôôre les histoires de portillon à l'école, pas vous?

7 commentaires:

  1. :-D
    Même histoire dans mon école !
    Mais cela n'a pas découragé une maman : elle a escaladé le portillon, avec sa petite de 3 ans dans les bras ! (le portillon faisant quand même 1m40 de haut...)
    Je rigole encore en voyant sa tête quand elle s'est faite attraper par la directrice ! :-D

    RépondreSupprimer
  2. bah cétait un cri du coeur (ou du bide)

    je suis bien du style à lâcher ce genre d'horreur en public les jours où j'en ai plein le dos de transbahuter 3 trolls azimutées 4 fois par jour ;-)
    et j'assume 8-o

    tu remarqueras que son "y" est suffisamment vague pour ne pas t'être adressé directement...
    maigre consolation, soit.

    RépondreSupprimer
  3. il devait etre bien fatigué le sumo et avoir besoin de se lacher... ou alors, hypothèse moins "politiquement correct", c'est un gros faignant qui les amènera en bagnole la prochaine fois, ses morpions ;-)

    RépondreSupprimer
  4. ça vous apprendra à fermer les portillons, bande de sauvages!!!

    RépondreSupprimer
  5. Faut dire, 100 mètres, c'est vraiment terrible.

    RépondreSupprimer
  6. Et moi j'adooooore toutes les histoires autour des entrées et sorties d'école. A l'école, ce que j'aime c'est Sophie (l'instit') et j'avoue que je fuis le reste comme la peste de peur de me faire embrigader dans une pétition pour que les élèves sortent à 11h30 et non 11h32 surtout par temps de pluie, ou encore dans les histoires de foot ou de pompiers (faut bien s'occuper à la campagne, mais mon ours ne pratique pas !)... A bas les parents d'élèves !

    RépondreSupprimer
  7. oui, mort aux parents d'élèves!!!!

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: