Bellzouzou, Pensées profondes, livre XVIII verset 126:
"un blog n'est pas seulement ce qui vous arrive. C'est ce que vous choisissez de dire de ce qui vous arrive, et comment vous le dites."

Bellzouzou, Pensées profondes, livre XXIV verset 777:
"tout est vrai, seul le reste est (peut-être) faux."

jeudi 13 avril 2006

let's rock tonight (3)

(suite d'ici et )
Au rock, mon ours et moi, on fait d'une pierre deux coups, on révise le programme de maternelle: on fait travailler nos 5 sens. Oui, tout le programme de moyenne section en accéléré sur une heure et quart.
La vue first:
On change de partenaire sans arrêt, c'est ça qui est bien.
Sous les yeux exorbités façon Tex Avery de mon ours dansent les décolletés et même tout ce qu'il y a dessous, ce qui n'est pas pour lui déplaire, je le sais, bien qu'il fasse l'innocent. Je le connais, avec son air de pas y toucher. Saint- Nitouche, va.
Sous mes yeux à moi (que je me force à garder ouverts pour ne rien vous cacher) ce serait plutôt la gourmette en argent marquée "Guy-Pierre 25/11/44" en argent, l'immonde touffe de poils noirs dépassant de la chemise, les auréoles sous les bras de chemise.
L'odorat of course: Il y a les partenaires parfumées haut de gamme(chanelnumberfive), ou -passe encore- les parfumées au rabais (déo marque repère d'EdouardL), mais pour moi, comme par hasard, ce serait plutôt les parfumés 100%naturel (vouiiiiii, c'est ma vraie sueur que vous sentez là) et les parfumés qui schlinguent leur poids (odeur dromadaire du désert).
Comme on danse de très près et qu'on est des gens civilisés magré tout, on est parfois tenté de faire la conversation. Fatale erreur. Sauf si vous aimez recevoir de plein fouet les postillons de votre cavalier et les relents fétides d'haleine de ragondin.
Quant aux effluves libérées par certains encrassés du côlon, allez, je vous les épargne. C'est bien parce que c'est vous.
Very important, le toucher:
- de mains sales, froides, moites, calleuses, et même parfois poisseuses (oui, oui, ça paraît incroyable mais ça s'est vu).
- de bedaines: au rock, faut accepter le contact, hein, pas moyen de faire autrement, surtout quand le prof prend sa baguette en criant: "serrés, on danse serrés !!!"
- de reins: oui, vous avez bien lu. Au cours de certains mouvements, la cavalière doit effleurer le bas du dos de son cavalier en tournant autour de lui. Il s'agit là d'un acte très sensuel. Sauf que c'est plus souvent boudins de graisse et autres poignées d'amour (ou bien des côtes saillantes, c'est selon) que je tâtonne, moi.
- de seins: il s'agit d'un petit toucher futé, discret, furtif, ni vu ni connu, est-ce du lard ou du cochon, genre: Arno- les- gros -sabots te touche les seins pendant un changement de place tellement vite fait bien fait j't'embrouille que tu te demandes si c'était volontaire ou non, limite si tu deviens pas un chouia paranoïaque. Tout un art, moi je dis.
Enfin, last but not least, l'ouïe. Faut quand même avoir le palpitant bien accroché pour supporter" L'amour c'est comme une cigarette/ Ça brûle et ça monte à la tête /Quand on ne peut plus s'en passer /Tout ça s'envoooooooole en fumée..." Vous aurez remarqué qu'on a la B.O qu'on mérite: pas question pour nous de rocker sur du Bill Haley, c'est proprement inenvisageable, du moins tant qu'on confondra encore la troisième sortie du premier degré avec la cinquième sortie du second. Non mais.
Heureusement que pour finir, things are taking a turn for the better, il y a le goûter. C'est en pensant à lui qu'on endure tout le reste.
Ca se passe strictement entre mon ours et moi... Comment vous dire?
En rentrant du rock, mon ours et moi sommes si contents de nous retrouver que nous sommes plus amoureux que jamais.
(Mon ours, qui lit par-dessus mon épaule comme d'hab', me suggère du ton bourru que j'aime tant car il fait tout son charme, de préciser que " c'est bien le seul jour de la semaine".)

10 commentaires:

  1. un festival de rock qui nous tient en haleine (!) ce matin: quelle crise de rire!!!
    et nous on a de la chance c'est pas le seul jour de la semaine ;))

    RépondreSupprimer
  2. hi hi hi, moi aussi, ça m'a bien fait marrer :-)) quel talent de conteuse

    RépondreSupprimer
  3. Oh! Un ours mal léché, genre, mange avec ses doigt plutôt qu'avec des couverts en argent. Il faut que tu saches que ce n'est pas parce qu'il est au régime, qu'il n'a pas le droit de lire le menu.

    RépondreSupprimer
  4. génial récit!
    je ne peux plus me passer des visites chez ma belle zouzou, mieux que la pilule du bonheur;-)

    RépondreSupprimer
  5. je veux venir au rock avec toi!!!!ça a l'air trop bien!

    RépondreSupprimer
  6. y a pas à dire, ça donne envie...!

    RépondreSupprimer
  7. Ah purée j'ai un souvenir d'haleine de ragondin qui me revient, le mec avec qui personne ne voulait se mettre pour danser, la caricature du vieux célibataire modèle Deschiens (heureux ceux qui venaient en couple pour s'entrainer avant leur mariage !) quand je tombais sur lui je manquais toujours de tourner de l'oeil.
    Voilà pourquoi j'ai vite abandonné les cours de rock...
    snif !

    RépondreSupprimer
  8. Bien vu ! Tu me fais revenir 10 ans en arrière, quand nous avons pris des cours de rock avec mon chéri pendant un an ! Mais nous, on dansait sur "Je cherche une fille, ohoh ohoh, je cherche une fille" et c'était affreux !
    (on y a quand même rencontré deux de nos meilleurs amis actuels !)
    Petite question : si c'est si horrible que ça, pourquoi vous obstiner ? Mis à part les retrouvailles ensuite... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. on doit être un peu maso sans doute, et puis les retrouvailles.....

    RépondreSupprimer
  10. Premier passage sur ton blog, sans doute pas le dernier (de quoi se mettre de bonne humeur même après un dimanche pascal avec belle-maman !). Mon ours (qui a le même pyjama que le tien) envisage un cours de danse pour ouvrir le bal de notre mariage, après lecture de ton post, c'est définitivement NON ! Merci pour cette bonne partie de rigolade...

    RépondreSupprimer

toi aussi, fais ton petit commentaire: